Galerie des Saints

Image Hosted by ImageShack.us
· Saintes (32)
· Saints (28)


Les Saints du Jour


Image Hosted by ImageShack.us
Image Hosted by ImageShack.us
Nominis
Ordre chronologique





Dictionnaire des saints
Biographies de nombreux saints, date de fête, saints-patrons, fêtes, légendes, etc. Le classement par ordre alphabétique et une présentation claire et soignée rendent très agréable la consultation de ce site.

Fête du jour
Le site est actualisé quotidiennement afin d'afficher en page d'accueil le nom et la biographie du saint du jour. Possibilité de télécharger un logiciel éphéméride de l'année complète, ou d'effectuer une recherche de fête par date ou par nom.

Infocatho
Pour chaque jour de l'année, une courte biographie des saint(e)s à fêter.

 

Dictons/Proverbes

Des dictons pour savoir le temps qu'il fera
Quelques dictons à saveur météorologique.

Au fil du temps
... Au fil des mois, la nature... tous les moyens sont bons pour tenter de prédire le temps qu'il fera.

Proverbes, de Congo Online
Très rafraîchissants ces proverbes africains, qui sont autant de préceptes de morale que de sagesse. Cités dans la langue d'origine, ils sont traduits en français et comportent une courte explication de leur signification.

Sans titre
Le site revendique plus de 4 000 proverbes et aphorismes dans sa base de données, mais j'avoue ne pas avoir compté pour vérifier!

 

Éphémérides

Almaniaque
Pour chaque jour : le(s) saint(s) à fêter, le dicton, le court récit d'un événement qui s'est produit ce jour-là dans l'histoire et quelques autres informations intéressantes.

Au fil de l'an
Présentation et description des principaux événements qui jalonnent une année : calendrier, jours fériés, traditions, fêtes religieuses, etc. Comprend une bibliographie.

Ça s'est passé un...
Section du site Jours d'histoire qui propose pour chaque jour de l'année une liste d'événements, principalement à caractère historique.

Ephéméride
Un peu sur le même principe que le site précédent, Éphéméride propose pour chaque jour de l'année les fêtes, le dicton, le proverbe, les événements importants et les anniversaires. En plus, la section Infos pratiques propose une douzaine d'outils interactifs permettant d'effectuer divers calculs (jour de la semaine correspondant à une date, calcul de l'ascendant astrologique, calendrier perpétuel imprimable, etc.) ainsi que des informations pratiques.

Ephéméride
Site très complet pour rechercher événements, naissances et décès célèbres.

Fêtes, saints patrons et dictons
Site du courrier de l'environnement de l'INRA. Liste de saints patrons essentiellement relatifs au monde agricole, saints guérisseurs + quelques dictons.



Allez sur la page principale

Cliquez sur le logo
 Image Hosted by ImageShack.us

Texte Libre

Dicton

Image Hosted by ImageShack.us
Paroles du Seigneur
Image Hosted by ImageShack.us

<script src="http://gmodules.com/ig/ifr?url=http://www.efattal.fr/google/saints/module.html&amp;up_showBio=1&amp;synd=open&amp;w=160&amp;h=200&amp;title=Saints+et+F%C3%AAtes+du+jour&amp;border=%23ffffff%7C0px%2C1px+solid+%23595959%7C0px%2C1px+solid+%23797979%7C0px%2C2px+solid+%23898989&amp;output=js"></script>


<SCRIPT LANGUAGE='JavaScript'>var Largeur=150 ; var Couleur="#A40808"</SCRIPT>
<SCRIPT LANGUAGE='JavaScript' SRC='http://www.e-prenoms.com/jour2.js'></SCRIPT>

Cardinaux récemment décédés
cardinal hat

Image Hosted by ImageShack.us
 
  Image Hosted by ImageShack.us
Mercredi 29 février 3 29 /02 /Fév 00:00

Le 29 février est le 60e jour de l'année du calendrier grégorien

et du calendrier julien en cas d'année bissextile.


Le 29 février n'existe que tous les quatre ans (rythme des années bissextiles) sauf (pour le calendrier grégorien) les années divisibles par 100, mais existe bien les années divisibles par 400 (comme par exemple l'an 2000)


Décès:
Par echosdelabastide - Publié dans : Calendrier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 31 juillet 7 31 /07 /Juil 00:00

Saint Ignace de Loyola Fondateur de la Compagnie de Jésus (+ 1556)


Né en Espagne d'une noble famille, benjamin de treize enfants, Ignace est d'abord page à la cour puis chevalier rêvant d'exploits. En 1521, les Français assiègent Pampelune. Ignace s'illustre parmi les défenseurs de la ville quand un boulet de canon lui broye la jambe et lui brise sa carrière. Il rentre au château familial sur un brancard. Ayant épuisé les récits de chevalerie, il entame la vie des saints. C'est la conversion, totale, brutale. Dès qu'il peut marcher, il se rend dans une grotte à Manrèse, non loin de l'abbaye bénédictine de Montserrat. Il y découvrira sa vocation propre: non la contemplation, mais le service de Dieu parmi les hommes. C'est là qu'il rédige ses "Exercices spirituels" où il consigne ses expériences spirituelles. Après un pèlerinage en Terre Sainte, il commence ses études de théologie à Paris. Il partage sa chambre avec un jeune étudiant : saint François Xavier et le contact n'est pas toujours facile. Quelque temps plus tard, le 15 août 1534, l'étudiant attardé de 43 ans et ses jeunes amis étudiants font à Montmartre, le voeu de pauvreté, de chasteté et d'obéissance et fonde ainsi la "Compagnie de Jésus". Douze ans plus tard, ils feront profession solennelle à Rome "pour la plus grande gloire de Dieu." A Paris, existe encore le collège Montaigu où il logeait, actuellement collège Sainte Barbe. Rue Valette - 75005. La chapelle des voeux est actuellement désaffectée. 9, rue Yvonne Le Tac. 75018

Autre biographie:
En 1556 meurt à Rome Ignace de Loyola, prêtre et fondateur de la Compagnie de Jésus.
Né en 1491 dans une famille de la noblesse basque, Inigo Lopez de Loyola reçut une éducation chevaleresque, adaptée à la vie de cour. A trente ans, au cours du siège de Pampelune, il fut blessé à une jambe et contraint à une longue convalescence ; c’est alors qu’il fut conquis par la lecture des vies du Christ et de la Légende dorée de Jacques de Voragine. Il décida alors d’entreprendre un long cheminement pour discerner la volonté de Dieu sur sa vie.
Fruit de ces premières expériences et de l’année de solitude et de prière passée à Manrèse, Ignace rédige son livre des Exercices Spirituels pour rendre accessible à d’autres l’itinéraire de discernement qu’il avait parcouru.
Illuminé par une profonde vie intérieure, il voulut entreprendre un chemin de dépouillement et de pauvreté par amour du Christ, itinéraire qu’il commença en compagnie d’une petite communauté de frères destinée à l’annonce de l’Évangile et au service du bien spirituel des hommes. En perpétuelle tension pour harmoniser l’humain et le divin, l’invocation de l’Esprit dans la prière et la fatigue liée à la charité concrète, Ignace donna naissance en 1540, avec ses premiers compagnons, à la Compagnie de Jésus : « pauvres prêtres pèlerins », prêts à aller dans le monde entier pour répercuter l’appel à la sainteté que Dieu adresse à tout homme. Cette forme de vie religieuse qu’il inaugurait s’est révélée, au cours des siècles, parmi les plus féconds et les plus lucides de l’Église d’Occident.

Lecture

Par le mot même d’exercices spirituels on comprend toute façon d’examiner sa propre conscience, et aussi de méditer, de contempler, de prier mentalement et vocalement, et enfin de mener toutes autres activités spirituelles, comme on le dira par la suite. De même, en effet, que se promener, marcher et courir sont des exercices corporels, de même préparer et disposer l’âme à supprimer tous les attachements mal ordonnés et, une fois ceux-ci supprimés, à chercher et à trouver la volonté de Dieu sur l’organisation de sa vie et le salut de son âme, sont appelés « exercices spirituels ».
(Ignace de Loyola, Exercices spirituels, Première annotation )

Prière

Pour ta plus grande gloire, Seigneur, tu as suscité dans ton Église saint Ignace de Loyola : permets qu’avec ton aide et à son exemple, après avoir combattu sur la terre, nous partagions sa victoire dans le ciel. Par Jésus Christ.


Photo de l'autel de sa chapelle privée à Loyola.

Voir aussi:
http://www.jesuites.com/histoire/saints/ignacedeloyola.htm
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/07/31/index.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ignace_de_Loyola
http://www.cvxfrance.com/
http://www.revueviechretienne.com/index.asp?fichier=revues/priere.asp&menug=b&numrevue=515
http://www.magnificat.ca/cal/fran/07-31.htm#loyola
http://spiritualite-chretienne.com/s_coeur/annexe.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_de_J%C3%A9sus



Saint Calimer (2ème s.)


ou Calimero. Grec de naissance, il fut élevé à Rome par le pape saint Télesphore et devint évêque de Milan .Il parcourut la Ligurie pour y annoncer l'Evangile. Arrêté durant la persécution d'Antonin (empereur Commode), il fut transpercé d'un coup d'épée puis jeté, encore en vie, dans un puits où il consomma son martyre. Il est enterré sous le maître-autel de l'église qui lui est dédiée à Milan.


Basilica di San Calimero

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Calimero
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_puis_archev%C3%AAques_de_Milan
http://it.wikipedia.org/wiki/Basilica_di_San_Calimero



Saints Démocrite, Second et Denis martyrs en Asie mineure (3ème s.)


Emplacement de la région traditionnelle de Phrygie en Asie Mineure (jaune) et expansion maximale du royaume Phrygien (orange)

martyrs en Asie mineure.
À Synade en Phrygie, au IIIe siècle, les saints martyrs Démocrite, Second et Denis.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Phrygie



Bienheureux Denis, François et Jacques prêtre et religieux martyrs de la guerre d'Espagne (+ 1936)


Dionisio Vicente Ramos est né dans le diocèse de Teruel en Espagne en 1871. Il décide de devenir franciscain et part étudier en Italie. Ordonné prêtre à Rome, il devient curé à Anzio, tout en étant professeur de théologie dans divers séminaires. De retour en Espagne car il perdait la vue, il se consacre à la confession. Malgré sa cécité, lorsque la guerre civile éclate, il est arrêté et fusillé, pardonnant à ses bourreaux.
Francisco Remon Jativa est né au même endroit en 1890. Il fut envoyé du couvent de Granollers à Assise où il fit ses vœux chez les franciscains. De retour en Espagne en 1935, il était sacristain et portier, rôles qu'il assuma avec efficacité et gentillesse. Lorsque la guerre arriva, il fut reconnu, battu en prison, puis il rejoignit Denis Vincente et fut aussi fusillé le même jour.
Ils furent béatifiés le 11 mars 2001 avec José Aparicio Sanz e 232 Compagni Martiri in Spagna (+ 1936-1939)
- en espagnol - dont quatre autres frères franciscains espagnols.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20010311_sanz-compagni_sp.html

En Espagne, dans la persécution menée au cours de la guerre civile, en 1936, les bienheureux martyrs Denis Vincente Ramos, prêtre, et François Remon Jativa, religieux, tous deux franciscains conventuels, à Granollera, près de Barcelone - et à Valence, Jacques Buch Canals, religieux salésien.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martyrs_de_la_guerre_d%27Espagne
http://www.conferenciaepiscopal.es/santos/martires.htm



Bienheureux Évrard Hanse prêtre et martyr en Angleterre (+ 1584)


The Tyburn Tree, l'Arbre de Tyburn

Everard Hanse, protestant du Northampton en Angleterre, fait ses études à Cambridge et y est ordonné ministre. En 1658, il se convertit à l'Église catholique et part à Reims où il est ordonné prêtre en 1581. A son retour, il est arrêté et condamné puis pendu à Tyburn. Il a été béatifié en 1886.

À Londres, en 1584, le bienheureux Évrard Hanse, prêtre et martyr. Ancien pasteur de l’Église anglicane, du jour où il fit profession de foi catholique, il la garda fidèlement, la propagea parmi ses compatriotes et, sous la reine Élisabeth Ière, en témoigna glorieusement en subissant le martyre par pendaison à Tyburn.
Martyrologe romain


THE PLACE OF EXECUTION, TYBURN, IN 1750.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tyburn



Saint Fabius martyr à Césarée de Maurétanie (+ v. 303)


Baie de Césarée de Maurétanie (Cherchell) et le Mont Chenoua en arrière plan

À Césarée de Maurétanie (Cherchell), en 303 ou 304, saint Fabius, martyr. À l’occasion de l’assemblée de toute la province, il fut désigné pour porter les enseignes militaires dans un défilé. Il refusa, fut mis en prison, puis, comme il persistait dans la confession du Christ, il fut condamné par le juge à la peine de mort et décapité.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar%C3%A9e_de_Maur%C3%A9tanie



Bienheureux François Stryjas catéchiste laïc, martyr en Pologne (+ 1944)
Franciszek Stryjas - Béatifié le 13 juin 1999, "François Stryjas est un polonais, laïc, de Kalisz, dans le diocèse de Wloclaweck. Voilà que la Pologne est envahie par les troupes hitlériennes. Les prêtres manquent cruellement car beaucoup ont été arrêtés et déportés par les nazis. François comprend la responsabilité nouvelle qui revient aux baptisés de transmettre la foi, en dépit des persécutions. Il se met à enseigner la religion aux enfants de sa région, avec un zèle extraordinaire. Cela entraîne sa perte. Il est arrêté par la police nazie et emprisonné à Kalisz. Après dix jours de torture, il remporte la palme du martyre, le 31 juillet 1944."
(diocèse de Sion)
http://www.cath-vs.ch/files/pdf/Nouvelliste_31julliet2004.pdf

À Kalisz en Pologne, l’an 1944, le bienheureux François Stryjas, martyr. Beaucoup de prêtres ayant été emprisonnés ou déportés par le régime nazi, il se mit à enseigner la foi aux enfants des paroisses voisines. Arrêté par la Gestapo, il succomba en prison après dix jours d’interrogatoires et de tortures.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kalisz
http://www.kalisz.pl/_portal/



Saint Germain d'Auxerre Evêque d'Auxerre (+ 448)


Sculpture en bois polychrome représentant saint Germain l'Auxerrois datée du XVe siècle

Il était marié et remplissait de hautes fonctions officielles quand il devint évêque d'Auxerre en 418. C'est l'une des plus grandes figures épiscopales de son époque. Son influence s'étendit à la Gaule toute entière tant il était estimé aussi bien des chefs barbares que des empereurs. La mort vint le chercher à Ravenne, alors capitale impériale de l'Occident où il était venu plaider la cause des Bretons maltraités par les gouverneurs impériaux.
Voir aussi: Saint Germain (Germanus) (418-448) est sans conteste la plus célèbre personnalité historique de l’Eglise locale.
(site du diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/auxerre/article.php3?id_article=21

Autre biographie:
Fils de Rusticus et de Germanilla, un couple de la noblesse gauloise, il effectue des études à Arles puis à Lyon avant de partir pour Rome pour y étudier la rhétorique et le droit civil. Devenu avocat, il épouse une jeune noble nommée Eustachia. Très proche du pouvoir, il est ensuite envoyé à Auxerre en qualité de Gouverneur impérial. Il mène alors une vie mondaine et s’attire la réprobation de Saint-Amateur, l’évêque de la ville. Ce dernier lui ayant fait de terribles reproches, Germain entre dans une colère terrible et menace même de le faire assassiner. Mais l’évêque trouve les paroles pour apaiser Germain, et réussit même à le convaincre de se préparer à lui succéder comme évêque. Germain décide alors de changer complètement de vie et à partir de ce moment il se consacre entièrement à la prière et aux œuvres charitables. En 418, après le décès de Saint-Amateur, Germain est choisi à l’unanimité pour lui succéder comme évêque. Ses compétences professionnelles lui sont d’une grande utilité dans sa charge et le Pape Célestin Ier lui demande d’accompagner Saint-Loup de Troyes en Angleterre pour y combattre l’hérésie pélagienne. De retour en Gaule, il fait bâtir l’église Saint-Alban, puis en 447 il retourne en Angleterre en compagnie de Sévère de Trèves. Ensemble, ils évangélisent le Pays de Galles et apportent leur soutien aux Bretons dans leur lutte contre le Pictes et les Saxons. Il revient de nouveau en Gaule et agit comme médiateur dans le conflit qui oppose les Armoricains à l’Empire. Il se rend ensuite à Ravenne, où il rencontre Saint-Pierre Chrysologue, mais il décède peu de temps après (378-448)


Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/07-30.htm#germain
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet31bis.html
http://www.dioceserimouski.com/egl/cath/germain.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Germain_d%27Auxerre



Sainte Hélène (*)de Skövde (+ vers 1160)


Mariée et mère d’une fille unique, elle devient veuve alors qu’elle est encore très jeune. Elle décide alors de distribuer tous ses biens aux pauvres et effectue un pèlerinage à Rome. Lorsqu’elle revient en Suède, elle est assassinée par la famille de son gendre, qui l’accuse d’avoir comploté pour le faire assassiner. En raison des nombreux miracles qui se produisent sur sa tombe, Saint-Hélène est proclamée sainte dès 1164 par le Pape Alexandre III. Sainte-Hélène est la patronne des victimes de fausses accusations. Elle est invoquée pour apaiser les problèmes familiaux relatifs à la belle-famille.

À Gothane en Suède, vers 1160, sainte Hélène de Skövde, veuve, qui fut assassinée sous un faux prétexte de vendetta après un pèlerinage à Jérusalem et fut considérée comme martyre.
Martyrologe romain

(*)Hélène est un prénom d’origine grecque (Ἑλένη / Helénē). Le prénom aurait un rapport avec le soleil, ἥλιος "hélios", et non avec "hellène" (dans le sens de "grec"), Ἑλλην. Plus précisément, Hélène pourrait venir du grec "hêlê" (éclat du soleil) ou encore "hélènè" une sorte de flambeau rituel, donc garde le sens de la lumière.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sk%C3%B6vde



Saint Jean Colombini Fondateur des Jésuates (+ 1367)


l'Institut Don Orione Artigianelli à Venise
Les Jésuates (1392 - 1668) Vers la fin du quatorzième siècle des moines arrivent à Venise. Giovanni Colombini, un riche marchand siennois, mûrit vers 1355 la décision de se consacrer aux soins des malades et fonda avec des compagnons un mouvement laïque: les Jésuates, dont le nom dérive de leur fréquente invocation du nom de Jésus.
L’Ordre des Jésuates fut aboli par le Pape Clément IX le 6 Décembre 1668 et leurs biens furent confisqués par la République Vénitienne, alors engagée dans la guerre contre les Turcs.
http://www.donorione-venezia.it/fra/chi_siamo/storia.htm#

Comme saint Ignace, c'est par la lecture de la vie des saints qu'il dut son entière conversion. Marié et père de deux enfants, il était chef militaire à Sienne en Italie. A l'exemple des saints, il voulut chaque jour se donner à Dieu dans la pauvreté et l'autérité. Sa femme y consentit et quelques années plus tard, il quitta ses fonctions publiques et s'en fut prêcher l'Evangile dans les bourgs et les villages avec quelques amis. Il fonda ainsi une congrégation qui connut une époque de grand développement, mais au bout de trois siècles, elle fut dissoute par le pape Clément IX.

Autre biographie:
(Bienheureux) Noble laïc, marié et père de deux enfants : Pierre et Angèle. Magistrat à Sienne, sa vie est une succession d’épisodes de mondanités qui alternent avec des épisodes de mortifications et de pénitence. Après avoir lu l’histoire de la conversion de Sainte-Marie d’Égypte, il décide à son tour de se convertir et change complètement de vie, consacrant tout son temps au service des pauvres et des malades. Quelques années plus tard, son fils décède et sa fille devient religieuse. Il procure alors une rente annuelle à son épouse afin qu’elle ne manque de rien, et consacre le reste à doter généreusement un hôpital et deux couvents, lui-même vivant dans la plus stricte simplicité, mendiant quotidiennement pour sa subsistance. Graduellement, il attire plusieurs disciples et bientôt la classe aisée de la ville lui demande de partir, arguant de son influence sur la jeunesse locale. Il fonde alors une société de frères laïcs (les Gesuati) qui est approuvée en 1367 par le Pape Urbain V, 37 jours avant que Jean décède. La même année, une de ses cousines fonde une organisation similaire (les Sœurs de la Visitation de Marie), qui demeure jusqu’en 1872 (1300-1367)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9suates



Saint Jean l'Exarque (+ 927)
Prêtre et théologien bulgare, il fit ses études à Constantinople. Devenu évêque et exarque de l'Eglise bulgare, il eut le souci de traduire les oeuvres des Pères de l'Eglise et bien d'autres ouvrages théologiques dont "l'exposé de la foi orthodoxe" de saint Jean Damascène et "le traité de la Création du monde" de saint Basile. En cela il contribua à la création de la littérature religieuse slave.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Exarque



Bienheureux Jean-François Jarrige de la Morélie du Breuil prêtre martyr à Rochefort (+ 1794)


Les pontons de Rochefort

chanoine de Saint-Yrieix (Haute-Vienne) - Déporté sur les Deux-Associés - mort à l'âge de 42 ans.
Béatifié le 1er octobre 1995 par Jean-Paul II.

Les bienheureux martyrs des pontons de Rochefort (diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/spip1.9/Les-bienheureux-martyrs-des.html

Depuis 1910, chaque deuxième quinzaine d'août, a lieu un pèlerinage en souvenir des prêtres déportés (diocèse de La Rochelle)
http://www.catholique-larochelle.cef.fr/Ile-Madame,246

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jean-François Jarrige de la Morélie du Breuil, prêtre de Limoges et martyr. Sous la Révolution française, en raison de son sacerdoce, il fut détenu sur un bateau négrier, dans des conditions inhumaines, et y mourut de tuberculose.
Martyrologe romain


Croix de galets, île Madame.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pontons_de_Rochefort
http://www.foi-et-contemplation.net/amis/pretres/pretres-deportes/Hist-Pretres-Refrac.php
http://fr.metapedia.org/wiki/Les_pontons_de_Rochefort



Saint Justin de Jacobis Lazariste, évêque en Ethiopie (+ 1860)


Confesseur et missionnaire lazariste, il fut nommé vicaire apostolique en Ethiopie où il fut un artisan du rapprochement avec l'Eglise copte par son dévouement et son humilité. Il eut le souci de la formation des prêtres indigènes. Il mourut d'épuisement, dans le désert, près de Massoua. Il a été canonisé en 1975.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Justin_de_Jacobis
http://www.filles-de-la-charite.org/fr/st_justin_de_jacobis.aspx
http://www.clerus.org/clerus/dati/2002-06/28-6/Ens_P6_75_04.htm#_Toc13036572



Bienheureux Michel Ozieblowski prêtre et martyr à Dachau (+ 1942)


Michal Ozieblowski d'Izdebno mort à Dachau à l'âge de 41 ans - Béatifié le 13 juin 1999 par Jean-Paul II à Varsovie avec les martyrs de Pologne.

Au camp de concentration de Dachau en Bavière, l’an 1942, le bienheureux Michel Ozieblowski, prêtre de Varsovie et martyr. Sous l’occupation de la Pologne par le régime nazi, il fut déporté, parce que prêtre, et succomba aux mauvais traitements.
Martyrologe romain



Saint Pierre Chrysologue évêque de Ravenne (+ 450)


Evêque de Ravenne, près de Forum Cornelii [Imola], en Émilie, en 450, le trépas de saint Pierre Chrysologue, évêque de Ravenne, dont la mémoire se célèbre la veille.
Martyrologe romain

Ravenne était alors la résidence des empereurs d'Occident. L'évêque Ursus étant mort, le pape choisit pour lui succéder un simple diacre d'Imola, ville voisine: Pierre. On raconte que ce choix fut guidé par l'apôtre saint Pierre lui-même et saint Apollinaire, premier évêque de Ravenne. Il était éloquent d'où son surnom. Nous pouvons le constater par les sermons qui nous restent de lui et dont l'une des qualités et sans doute la meilleure quand ils sont riches de spiritualité : la brièveté. Saint Germain l'Auxerrois se rendit à Ravenne en 418 pour plaider devant l'empereur la cause de l'Armorique opprimée par son gouverneur. Il fut reçu par l'impératrice Galla Placidia et par l'évêque Pierre. C'est là qu'il mourut assisté par Pierre durant ses derniers instants.

Mémoire de saint Pierre, surnommé Chrysologue ('Parole d’or'), évêque de Ravenne et docteur de l’Église. Doté du nom de l’Apôtre Pierre, il accomplit le même ministère, si bien qu’il ramena des foules dans le filet de la doctrine céleste et qu’il les nourrit de la douceur de la parole de Dieu. Sa mort survint un 31 juillet, vers 450, près de Forum Cornelii [Imola] en Émilie.

Le Christ est le pain semé dans le sein de la Vierge Marie, levé dans la chair, formé dans sa Passion, cuit dans le four du tombeau, conservé dans les églises et distribué chaque jour aux fidèles comme une nourriture céleste placée sur les autels.
(Saint Pierre Chrysologue - sermon sur le Notre Père)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Chrysologue
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/12/04/index.html
http://jesusmarie.free.fr/pierre_chrysologue.html



Saints Pierre Doan Công Quy et Emmanuel Le Van Phung, laïc, martyrs au Vietnam (+ 1859)


Ils furent canonisés en 1988.
Martyrs du Vietnam (+1745-1862) site du Vatican
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19880619_martiri_vietnam_fr.html

À Cay Met, près de Saïgon en Cochinchine, l’an 1859, les saints martyrs Pierre Doan Công Quy, prêtre, et Emmanuel Phung. Après environ sept mois passés en prison, ils furent décapités pour le Christ sous l’empereur Tu Duc.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/T%E1%BB%B1_%C4%90%E1%BB%A9c



Bienheureuse Sidonie (Cécile Schelingova) martyre en Slovaquie (+ 1956)


"Dans la nuit du 19 au 20 février 1952, elle réussit à faire fuir le R.P. Stefan Kostial, mais une deuxième tentative pour faire fuir d'autres prêtres, quelques jours plus tard, échoua. Elle fut arrêtée par la police le 29 février, puis emprisonnée et soumise à d'indicibles tortures physiques et morales. Le 17 juin 1952, à l'issue d'un procès-farce, elle fut condamnée à douze ans de prison pour haute trahison et à la perte de ses droits civiques pendant dix ans. Après un an et demi de détention, une tumeur au sein lui fut diagnostiquée. En dépit de la mammectomie et de la radiothérapie qui lui furent pratiquées, son état ne s'améliora pas. Après plus de trois ans d'incarcération, ses très graves conditions de santé poussèrent le Président de la République socialiste à lui accorder l'amnistie le 7 avril 1955, afin d'éviter qu'elle ne meure en prison. Elle fut libérée le 16 avril, mais il était désormais trop tard pour espérer qu'elle puisse se rétablir. Hospitalisée à l'hôpital de Trnava, elle y mourut le 31 juillet 1955, à l'âge de 38 ans. Elle repose dans le cimetière de Podunajské Biskupice, près de Bratislava.
Le 6 avril 1970, le Tribunal régional de Bratislava réhabilita pleinement Sœur Zdenka, la déclarant innocente et abolissant la sentence de condamnation pour haute trahison. Dès le jour de sa mort, de nombreuses personnes étaient convaincues que Zdenka Schelingová était une véritable martyre au sens moderne du terme, c'est-à-dire sans avoir versé son sang, mais pour avoir été persécutée in odium fidei, par le régime communiste et pour avoir offert sa jeune vie en échange de la libération d'un prêtre, disposée à accepter d'indicibles souffrances par amour de Dieu et de l'Église."
Zdenka Cecilia Schelingová (1916-1955) béatifiée le 14 septembre 2003 lors du voyage apostolique en Slovaquie,
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/travels/sub_index2003/trav_slovakia-2003_fr.htm

Messe et béatification des martyrs Basile Hopko et Zdenka Schelingová sur la Place de Petržalka à Bratislava: Homélie
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2003/documents/hf_jp-ii_hom_20030914_bratislava_fr.html

- Biographie.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20030914_schelingova_fr.html

À Trnava en Slovaquie, l’an 1956, la bienheureuse Sidonie (Cécile Schelingova), vierge et martyre. Sœur de la Charité de la Sainte-Croix, à une époque de calamité pour l’Église de son pays, parce qu’elle avait protégé un prêtre, elle eut beaucoup à souffrir dans son corps et son esprit, et mourut enfin épuisée par la maladie, témoignant du Christ sans défaillance et dans la joie.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Trnava
http://www.trnava.sk/new/news2.php?the=trnava



Saint Tertullin martyr à Rome (4ème s.)


La voie Latine sur une carte du Latium antique
(1886, G. Droysens Allgemeiner Historischer Handatlas)

À Rome, sur la voie Latine, au IVe siècle, saint Tertullin, martyr.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Voie_Latine



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus

Catholiques d’occident : Ignace de Loyola, prêtre (calendrier romain et ambrosien)

Coptes et Éthiopiens (24 abib/hamlë) : Abba Anoub d’Alexandrie (IIIe s.), martyr (Église copte)

Luthériens : Bartolomé de Las Casas, père des Indiens d’Amérique du Sud

Maronites : Moines de Saint Maron (+517), martyrs

Orthodoxes et gréco-catholiques : Eudokimos le Juste (IXe s.) ; vigiles de la procession de la Croix précieuse et vivifiante ; Côme Hiéromoine (VIIIe s. ; Église géorgienne)
mémoire de Saint JOSEPH d'ARIMATHIE :
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet31.html

Syriens d’orient : Slemun le Gémissant (VIIIe s.), évêque

Vieux Catholiques : Germain d’Auxerre (+448), évêque.



BARTOLOMÉ DE LAS CASAS (1474-1566) pasteur


En 1566, s’éteint à Valladolid Bartolomé de Las Casas, passé dans l’histoire comme « le défenseur des Indiens ».
Né à Séville en 1474, il part en 1502 avec son père, compagnon de voyage de Christophe Colomb, dans une entreprise agricole que son père avait lancée en Haïti, sur un territoire que le pape de Rome avait donné à la Couronne d’Espagne pour évangéliser le Nouveau Monde.
Bartolomé, qui avait fréquenté les dominicains de Salamanque et surtout les textes prophétiques et sapientiaux qui dénoncent les injustices et les exactions perpétrées par les puissants, fut frappé par la cruauté du traitement infligé aux indigènes : il prit alors la décision de rendre la liberté à tous « ses Indiens », qui avaient été réduits en esclavage sous le prétexte de les évangéliser. Il mit ainsi en œuvre une annonce libre, pauvre et pacifique de l’Évangile qu’il poursuivra pendant toute sa vie.
En 1522, Bartolomé entra chez les dominicains et profita de son temps de formation en Haïti pour rédiger des ouvrages théologiques et juridiques appuyés sur sa vision évangélique des Indiens., Nommé évêque de Las Casas, au Chiapas, en 1543, il revint quatre ans plus tard en Espagne, où il continua, par sa parole et ses écrits, son combat contre l’oppression dans le Nouveau Monde et contre toutes les théories qui visaient à mêler l’Évangile avec la possibilité d’une « guerre juste ».
Quand il mourut, il avait pu voir, au moins en partie, un changement dans le comportement de l’Église catholique envers l’esclavage et les méthodes à utiliser dans les missions en Amérique.

Lecture

Le huitième remède que je propose, c’est que Votre Majesté ordonne, par une loi et constitution inviolable, que tous les Indiens des Indes soient incorporés à la Couronne royale et ne puissent jamais être aliénés ni « donnés en commende ».
Quel est l’insensé qui (sans mandat aucun des Rois Catholiques) a pu imaginer une invention aussi hypocrite, aussi condamnable et néfaste : dissimuler sous de beaux semblants cette tyrannie impérieuse et cruelle qu’est la convoitise de l’or, et, afin de satisfaire ceux qui en sont possédés, leur donner le droit d’enseigner la foi (eux qui ne la connaissent pas pour leur propre compte !) ; leur livrer à cet effet des innocents dont ils suceront, avec le sang, toutes les richesses ? N’est-ce pas comme si l’on confiait le soin des brebis à des loups affamés ?

(Bartolomé de Las Casas, Huitième remède 69-77)

Prière

Dieu de miséricorde, tu souffres en tous ceux que tu as créés et ton amour enveloppe la création toute entière : aide-nous à demeurer fermes dans la vérité, à lutter contre la pauvreté et à partager ton amour avec ceux que nous côtoyons ; alors, nous serons, comme ton serviteur Bartolomé de Las casas, des instruments de ta paix. Par Jésus Christ notre Seigneur.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bartolom%C3%A9_de_las_casas

 

Par Saints & Saintes - Publié dans : Calendrier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 juillet 6 30 /07 /Juil 00:00

Sainte Juliette Martyre en Cappadoce (+ 303)


District de Kayseri
Kayseri est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom, située dans la région de Cappadoce au pied du mont Erciyes. La ville se situe à 320 km de la capitale Ankara et 770 km d'Istanbul. Elle est anciennement connue sous le nom de Césarée de Cappadoce.

Nous la connaissons par l'un des sermons d'un de ses contemporains, saint Basile de Césarée. Elle était riche, mais son homme d'affaires la dépouilla de ses biens. Durant la plaidoirie qui tournait à son avantage, quelqu'un cria qu'une chrétienne ne pouvait ester en justice. Le président du tribunal lui retira la parole, lui intima l'ordre d'offrir l'encens aux idoles. Ce qu'elle refusa. Elle fut immédiatement condamnée à être brûlée vive.

Autre biographie:
Veuve chrétienne de Césarée de Cappadoce, elle se fait confisquer illégalement une partie importante de sa fortune. Elle intente alors une poursuite pour récupérer ses biens, mais elle est dénoncée comme chrétienne. Comme ces événements se produisent durant la période de persécution de Dioclétien (au cours de laquelle les Chrétiens ne peuvent bénéficier des protections légales), elle se retrouve donc accusée et condamnée à périr par les flammes.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Juliette
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar%C3%A9e_de_Cappadoce



Bienheureux 19 martyrs de la guerre civile espagnole prêtres, religieux et laïcs martyrs de la guerre civile espagnole (+ 1936)


Béatifiés le 11 mars 2001

En Espagne, dans la persécution qui sévit au cours de la guerre civile, en 1936, dix-neuf bienheureux martyrs : à Calafell, près de Tarragone, Braulion-Marie (Paul Corres Diaz de Cerio), prêtre, et quatorze compagnons les bienheureux Julien (Michel Carrasquer Fos), Eusèbe (Antoine Forcades Ferraté), Constant (Saturnin Roca Huguet), Benoît-Joseph Labre (Arsène Mañoso Gonzalez), Vincent de Paul (Canelles Vives), religieux - Thomas Urdanoz Aldaz, Raphaël Flamarique Salinas, Antoine Llaurado Parisi, Emmanuel Lopez Orbara, Ignace Tejero Molina, Henri Beltran Llorca, Dominique Pitarch Gurrea, Antoine Sanchis Silvestre, Emmanuel Jiménez Salado, novices de l’Ordre de Saint-Jean de Dieu, tués en pardonnant à leurs ennemis - à Castelseras, près de Teruel, Joseph-Marie Muro Sanmiguel, prêtre, Joachim Prats Baltueña, religieux, tous deux dominicains, et Zosime Izquierdo Gil, prêtre diocésain - et à Barcelone, Serge Cid Pezo, prêtre salésien.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martyrs_de_la_guerre_d%27Espagne
http://www.conferenciaepiscopal.es/santos/martires.htm



Saints Abdon et Sennen Martyrs à Rome


Abdon et Sennen, détail du retable de Jaume Huguet (1459-1460), Santa Maria de Terrassa

Princes persans qui renoncèrent aux pouvoirs terrestres pour rester fidèles au Christ. Ils furent amenés à Rome, prisonniers à la suite des victoires de l'empereur Dèce. C'est là qu'ils furent égorgés en refusant de renier le Christ. Saint-Abdon est le patron des fabricants de tonneaux. Il est invoqué pour protéger les cultures des contre les intempéries.
Abdon et Sennen sont deux saints honorés dans l'église de Drudas, village au nord ouest de Toulouse en Haute Garonne.
Ils sont aussi honorés à la fête d'Arles-sur-Tech dans les Pyrénées Orientales.
http://www.ville-arles-sur-tech.fr/fetearles.htm

Egalement, sur le site de l'abbaye saint Benoit: * Bréviaire, romain, récit conforme aux actes publiés par les Bollandistes.
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome02/107.htm

Des internautes nous écrivent:
"Saint Abdon est également fêté dans la Paroisse Saints Salvy et Rustique en Minervois, diocèse de Montpellier, le 30 juillet, lieu de pélerinage près du village d'Aigne."
"Saint Abdon était vénéré sur la paroisse de Fontaine-le-Dun, diocèse de Rouen, où une léproserie portait son nom. Une statue de lui est toujours présente dans l'église du village. Son culte s'est ainsi étendu jusqu'en Normandie !"
"Il existe une statue de St Abdon et St Sennen dans l'église de Mercurey (71) et une statue de St Abdon au bord d'un chemin, dans un petit oratoire à Rully (71). Il était invoqué contre la foudre et la grêle. Ces 2 villages sont producteurs de vins de Bourgogne réputés."
"Il y a une statue en pierre de St Abdon dans l'église de Ebaty en sud Côte d'Or. Il est représenté nue tête avec les mains enchaînées. (datée du XVIIème ou XVIIème siècle, avec des traces de polychromie). Ce village est à une douzaine de km de Rully, une quinzaine de Mercurey."
"Ces deux saints sont également les patrons de la paroisse de Messac (35480) en Ille et Vilaine. Les statues (en soldats romains) font partie du rétable principal de l'église ancienne, souvent modifiée à travers les siècles et qui vient d'être restaurée."

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Simiot#L.C3.A9gende_d.27Abdon_et_Sennen
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/07/30/index.html



Saint Abel Ancien Testament : Fils d'Adam et Eve (Livre de la Genèse)


Caïn et Abel offrant leur sacrifice (Gravure illustration Gustave Doré)

Qui, selon la lettre aux Hébreux, "offrit à Dieu un sacrifice de grande valeur". D'ailleurs la prière eucharistique I, ou canon romain, fait mention de lui dans la prière d'offrande et de consécration. La tradition en fait le premier des martyrs et la première figure du Christ.

Autre biographie:
Dès les débuts de l’époque du Nouveau Testament, Jésus et ses disciples ont nommé Abel « le juste », lui qui n’appartenait ni au judaïsme ni au christianisme.
Depuis lors, l’Église n’a cessé de voir représentés en lui tous ceux qui ont connu le vrai Dieu, à travers sa providence dans le monde et la lumière intérieure qui repose dans la conscience de tout homme. Abel est ainsi le premier témoin de la possibilité offerte aux païens d’être objet de l’élection que Dieu a réservée par amour, dès l’aube de l’histoire, à certains personnages, pour que tous aient la vie.
Abel est juste parce qu’il est élu, et il est élu pour témoigner de l’amour de Dieu par le don total de lui-même. C’est, de fait, grâce à son sang, versé comme celui de l’agneau qu’il venait d’offrir à Dieu et dans lequel la liturgie romaine voit préfiguré le sacrifice du Christ, que dès les débuts de l’histoire, à côté de la présence du mal, est déjà présente au milieu des hommes la possibilité de la victoire du bien.
Même si Abel n’est pas un personnage historique, la tradition a vu en lui un symbole de la souveraine liberté de Dieu, qui choisit ses témoins même en dehors de l’alliance abrahamique, pour pouvoir rejoindre tout homme par l’unique réalité qui sauve, le mystère pascal du Christ, son Fils.
Dans l’Église éthiopienne la mémoire d’Abel est célébrée le 2 du mois de terr.

Lecture

Le chrétien, associé au mystère pascal, devenant conforme au Christ dans la mort, va au-devant de la résurrection.
Et cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ, mais bien pour tous les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère pascal. (Gaudium et Spes 22).
L’action du Verbe se révèle en tout esprit humain, depuis les origines du monde. Justin n’hésite pas à reconnaître des disciples du Verbe et des saints dans les païens qui ont adhéré à cette révélation, y conformant leur conduite.
Combien d’hommes, dans le monde païen, ont adhéré à une telle révélation ? C’est le secret de Dieu. Il suffisait pour notre intention que l’Écriture nous dise que certains l’ont fait pleinement pour nous autoriser à parler des saints de l’alliance cosmique.

(Jean Daniélou, Les saints païens de l’Ancien Testament)


Caïn menant Abel à la mort par James Tissot (1836-1902)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abel



Bienheureux Édouard Powell, Richard Featherstone & Thomas Abel prêtres et martyrs en Angleterre (+ 1540)


Smithfield (XIXè.s)

Edward Powell était conseiller de la reine Catherine d'Aragon, femme du roi Henry VIII. Gallois, il était chanoine à Salisbury en Angleterre et connu pour son opposition à Martin Luther. Il s'opposa à la suprématie spirituelle instaurée par Henry VIII et pour cette raison, il passa six ans en prison avant d'être pendu à Smithfield - Londres. Il a été béatifié en 1886.
Richard Feather stone était chapelain de la reine et tuteur de la princesse Mary. Dans le conflit né du divorce du roi d'avec la reine, il défendit celle-ci et fut emprisonné puis exécuté à Tyburn.
Thomas Abel, diplomé de l'université d'Oxford, était également chapelain de la reine et lui resta fidèle dans le conflit dû au divorce. Il fut incarcéré dans la Tour de Londres pendant six ans puis exécuté à Smithfield. Il fut également béatifié en 1886.

À Londres, en 1540, les bienheureux Édouard Powell, Richard Featherstone et Thomas Abel, prêtres et martyrs. Docteurs en théologie, ils s’opposèrent au roi Henri VIII dans l’affaire de son divorce et demeurèrent sans faille dans la fidélité à l’évêque de Rome. À cause de cela, après avoir été internés à la Tour de Londres, ils furent accusés de haute trahison et condamnés à être pendus à Smithfield.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Smithfield_(Londres)



Sainte Godeliève de Ghistelles Martyre à Ghistelles (+ 1070)


Godeleine, Godelaine ou Godelive.
Son histoire, même si elle est triste, a toute raison d'être vraie.
Elle naquit à Saint-Omer en Artois. Elle avait dix-huit ans lorsqu'elle épousa Bertholf, le seigneur de Ghistelles. Elle était bonne, jolie et douce, ce qui n'empêcha pas sa belle-mère de la haïr bientôt et son mari de décider de la faire disparaître. Ils la firent enfermer dans un cachot quelque temps après le mariage, mais elle réussit à s'enfuir et à revenir au château paternel. Son père, par souci de conscience, porta cette séparation devant l'évêque de Tournai qui exigea que les époux reprennent la vie commune. Godeliève lui obéit et revint chez Bertholf qui la fit jeter dans un étang par deux valets, quelques jours après son retour. Le comte de Flandre se soucia peu de cet assassinat, il avait d'autres soucis avec ses seigneurs pour ne pas y ajouter celui-là.
Elle est fêtée dans le diocèse d'Arras le 6 juillet, à Wierre-Efffroy, et aussi en Belgique (diocèse de Tournai-Noyon, à l'époque).
Née vers 1049, de Hemrid, seigneur de Wierre-Effroy, et de Ogine (Boulonnais)
Mariée avec Bertolf, il ne semble pas que ce fut un mariage heureux... Elle décède dans la nuit du 6 au 7 juillet 1070. Les femmes maltraitées peuvent trouver en elle un bel exemple à imiter, et sujet de consolation, puisque Godeleine, après sa mort, transforma les mœurs de son mari...
Les peintres tiennent sainte Godeleine pour vierge, puisqu'ils la représentent avec deux couronnes: celle de la virginité et celle du martyre; on la peint aussi avec une corde, mais préférablement avec un linge tordu ou une écharpe autour du cou; l'épargne qu'elle faisait sur sa maigre portion pendant sa réclusion peut être rappelée par un morceau de pain qu'elle donne aux pauvres.
Une fête et procession patronale a lieu en été le dimanche de juillet proche du 6 juillet. Fête de Sainte-Godeleine à Wierre-Effroy.
http://arras.catholique.fr/page-17426.html

À Ghistelles en Flandre, vers 1070, sainte Godelieve, martyre. Donnée en mariage au seigneur du lieu, elle eut beaucoup à souffrir de son mari et de sa belle-mère, et fut enfin étranglée par deux valets.
Martyrologe romain


fête et procession de Sainte Godeliève à Gistel

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gistel

fête et procession patronale à Gistel:
http://sites.google.com/site/godelieveprocessie/



Saint Joseph Yuan Gengyin martyr en Chine (+ 1900)


Canonisé le 1er octobre 2000 par Jean-Paul II avec les martyrs de Chine.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html

À Daying, dans la province chinoise de Hebei, en 1900, saint Joseph Yuan Gengyin, martyr. Il tenait un comptoir sur le marché du village, quand fit irruption la troupe de la secte de Yihetuan, et il fut massacré en haine du nom chrétien.
Martyrologe romain


Carte indiquant la localisation du Hebei (en rouge) à l'intérieur de la Chine

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hebei



Saint Léopold de Castelnuovo prêtre capucin (+ 1942)


ou Léopold Mandic. Né en Dalmatie, frêle de nature, il désirait être missionnaire en Orient pour réconcilier les Églises séparées. C'est en confessant qu'il remplit ce désir: "ce qui attirait les pénitents, c'étaient sa bonté et sa douceur, sa compréhension si délicate de la faiblesse humaine. Ils étaient véritablement ses amis, il les aimait en vérité: voilà peut-être tout le secret de son rayonnement."
(Capucins - province de France - saint Léopold Mandic, 1866-1942)
http://www.capucins.org/Vocation_-_Capucins_Province_de_France/FS_St_Leopold_Mandic.html

Béatifié le 2 mai 1976 par Paul VI, canonisé le 16 octobre 1983 par Jean-Paul II.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fnews_services%2Fliturgy%2Fsaints%2Fns_lit_doc_19831016_mandic_it.html

À Padoue en Vénétie, l’an 1943, saint Léopold de Castelnuovo (Bogdan Mandic), prêtre capucin, qui montra un zèle ardent pour l’unité des chrétiens et consacra toute sa vie au ministère de la réconciliation.
Martyrologe romain


Saint Léopold Mandic à Rijeka

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9opold_Mandic
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fsaints.sqpn.com%2Fsaint-leopold-bogdan-mandic%2F
http://www.30giorni.it/fr/articolo.asp?id=592



Sainte Marie de Jésus du Saint-Sacrement Fondatrice des Sœurs Filles du Cœur de Jésus au Mexique (+ 1959)


Guadalajara (Mexique)

Née Marie Venegas de la Torre à Zapotlanejo, Jalisco le 8 septembre 1868 - Fondatrice des Sœurs Filles du Cœur de Jésus - Béatifiée le 22 novembre 1992 par Jean-Paul II canonisée le 21 mai 2000 (première femme mexicaine à être canonisée)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zapotlanejo

- biographie en espagnol
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20000521_venegas-de-la-torre_sp.html

- homélie en anglais.
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/documents/hf_jp-ii_hom_20000521_canonizations_en.html

À Guadalajara au Mexique, en 1959, Marie de Jésus du Saint-Sacrement (Marie Venegas de la Torre), vierge, qui passa cinquante-quatre ans à soigner les malades dans un petit hospice pour les pauvres, où elle fonda la Congrégation des Filles du Sacré-Coeur.
Martyrologe romain

 


L’Hospice Cabañas (Hospicio Cabañas), situé à Guadalajara est un des plus anciens et plus grands hôpitaux de toute l'Amérique latine.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guadalajara_(Mexique)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hospice_Caba%C3%B1as



Bienheureuse Marie-Vincente de Sainte-Dorothée fondatrice de l'Institut des Servantes des Pauvres au Mexique (+ 1949)
Née Vincente Chavez Orozco à Cotija le 6 février 1867 - Fondatrice de la Congrégation des Servantes de la Très Sainte Trinité et des pauvres - Béatifiée le 9 novembre 1997 par Jean-Paul II
- homélie en anglais.
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/1997/documents/hf_jp-ii_hom_19971109_en.html

À Guadalajara au Mexique, en 1949, la bienheureuse Marie-Vincente de Sainte-Dorothée (Vincente Chavez Orozco) vierge, fondatrice de l’Institut des Servantes des Pauvres. D’une confiance totale en Dieu seul et dans le secours de sa Providence, elle donna un beau témoignage de bonté et d’attention aux affligés et aux pauvres.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guadalajara_(Mexique)



Saintes Maxima, Donatille et Secunde martyres à Thuburdo (+ 304)


Plan général du site de Thuburbo Majus.

À Thuburbo de Lucernaria (*), en Afrique, l’an 304, les saintes Maxime, Donatille et Secunde, vierges et martyres. Lors de la persécution de Dioclétien et de Maximien, les deux premières repoussèrent sans crainte l’ordre de l’empereur de sacrifier aux idoles et, en vertu d’une sentence du proconsul Anulinus, elles furent, avec une jeune fille, Secunde, d’abord livrées aux bêtes, ensuite égorgées par l’épée.
Martyrologe romain

(*) Thuburbo de Lucernaria, non loin de l'actuelle ville de Tunis.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thuburbo_Majus



Saint Pierre Chrysologue Evêque de Ravenne, docteur de l'Eglise (+ 451)


Ravenne était alors la résidence des empereurs d'Occident. L'évêque Ursus étant mort, le pape choisit pour lui succéder un simple diacre d'Imola, ville voisine : Pierre. On raconte que ce choix fut guidé par l'apôtre saint Pierre lui-même et saint Apollinaire, premier évêque de Ravenne. Il était éloquent d'où son surnom. Nous pouvons le constater par les sermons qui nous restent de lui et dont l'une des qualités et sans doute la meilleure quand ils sont riches de spiritualité : la brièveté. Saint Germain l'Auxerrois se rendit à Ravenne en 418 pour plaider devant l'empereur la cause de l'Armorique opprimée par son gouverneur. Il fut reçu par l'impératrice Galla Placidia et par l'évêque Pierre. C'est là qu'il mourut assisté par Pierre durant ses derniers instants.

"Le Christ est le pain semé dans le sein de la Vierge Marie, levé dans la chair, formé dans sa Passion, cuit dans le four du tombeau, conservé dans les églises et distribué chaque jour aux fidèles comme une nourriture céleste placée sur les autels."

Saint Pierre Chrysologue - sermon sur le Notre Père

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Chrysologue
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/12/04/index.html
http://jesusmarie.free.fr/pierre_chrysologue.html



Saint Sylvain d'Anjou Moine de l'abbaye Saint Mesmin de Micy (6ème s.)


Eglise de Saint Sylvain d'Anjou-49480

Il est surtout fêté dans la province du Maine. Moine de l'abbaye Saint Mesmin de Micy, près d'Orléans, il s'en fut ermite sur les bords de l'Evre. Une localité conserve sa mémoire et la vénère : Saint Sylvain d'Anjou-49480.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Sylvain-d%27Anjou


Abbaye de Saint-Mesmin 1707 dessin Louis Boudan

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-Mesmin_de_Micy



Saint Urse évêque d'Auxerre (+ 508)


Auxerre, l’abbaye surplombant l'Yonne

Ours, Ursus ou Urse évêque d'Auxerre de 502 à 508,
liste des évêques d'Auxerre - site de la cathédrale d'Auxerre.
http://www.cathedrale-auxerre.com/images/listeeveques.pdf

Il aurait été ermite avant d'être nommé évêque à un âge avancé pour avoir, par ses prières, sauvé la ville d'un incendie.

À Auxerre, au début du Ve siècle, saint Ours, évêque.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ours_d%27Auxerre
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%AAque_d%27Auxerre



Les Églises font mémoire…

Anglicans : William Wilberforce, réformateur social (Voir ci-dessous)

Catholiques d’occident : Pierre Chrysologue (+450), évêque et docteur de l’Église (calendrier romain et ambrosien)

Coptes et Éthiopiens (23 abib/hamlë) : Longin le Centurion (1er s.), martyr (Église copte)

Luthériens : William Penn, père des quakers en Angleterre ; August Vilmar (+1868), théologien en Asie

Orthodoxes et gréco-catholiques : Silas, Sylvain, Crescent, Epénète et Andronic (1er s.), disciples de saint Paul http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet30.html

Syro-occidentaux: Grégoire Bar Hebraeus (+1286), moine



WILLIAM PENN (1644-1718) témoin


Le 30 juillet 1718, meurt William Penn, une des plus grandes figures des Quakers anglais.
William était né en 1644 à Wanstead, dans le Sussex, dans un milieu fortement puritain. Après avoir connu la « Société des Amis » (les quakers) par la prédication de Thomas Loe, il dut supporter bien des mésaventures à cause de son désir manifeste de s’agréger à ce mouvement qui se voulait témoin d’une Parole capable de contester de façon radicale, même par des moyens pacifiques, la vie sociale de la société industrielle naissante tout comme des institutions ecclésiastiques de l’époque. Devenu quaker par conviction, Penn sut, grâce à sa culture, donner une profonde impulsion à ce recentrement sur le kérygme évangélique dont la « Société des Amis » avait eu besoin dès ses débuts.
Homme de grande paix intérieure, rendu doux par les humiliations supportées dans la foi, défenseur passionné de la liberté de conscience et de l’égalité entre les hommes, William Penn couronna, du moins en partie, son rêve d’une société plus libre et solidaire en acquérant, en peuplant et en organisant, en Amérique du Nord, ce qu’on appellera l’État de Pennsylvanie, dont la capitale portera le nom, chargé de sens, de Philadelphie. Il voulut que cet Etat soit dépourvu d’armée et ouvert au dialogue avec les tribus indiennes présentes à ses frontières. William Penn mourut à soixante-quatorze ans.

Lecture

La croix doit intervenir là où se trouve le péché. Certains penseront que la vie dans un cloître est une croix richement parée de mérites, mais, pour autant qu’on la dise méritoire, la vie du cloître n’est pas naturelle. La croix du Christ est d’un autre genre. Ceux qui la portent ne sont pas enchaînés comme des fauves qui s’apprêtent à mordre ; ils ne sont pas davantage incarcérés comme des criminels dont on craint qu’ils ne s’évadent… Jésus ne s’est pas enfermé dans un couvent. Il a parcouru monts et jardins, rives des lacs, villes et villages. Eh bien c’est ainsi que le chrétien doit être libre et sans contraintes.
La vraie piété religieuse n’éloigne pas les hommes de ce monde, mais elle les rend capables de vivre mieux et suscite en eux des forces pour rendre ce monde meilleur.

(William Penn, Ni croix, ni couronne)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Penn
http://orlabs.oclc.org/identities/lccn-n80-13224



WILLIAM WILBERFORCE (1759-1833) témoin


En 1833, meurt à Londres William Wilberforce, politicien et promoteur du mouvement missionnaire anglais.
William était né à Hull en 1759 ; devenu parlementaire en 1780, il assuma très jeune des responsabilités prestigieuses. En 1787, deux ans après sa conversion au mouvement évangélique, il accepta de soutenir au parlement la motion sur l’abolition de l’esclavage. La lutte contre le commerce humain des esclaves devint ainsi son principal engagement jusqu’en 1807, quand les deux chambres du parlement anglais approuvèrent une loi qui garantissait la fin de l’esclavage dans les territoires britanniques.
Mais le témoignage de Wilberforce continua ; il fut, jusqu’à la fin de sa vie, un infatigable promoteur des missions en Inde et parmi les esclaves rachetés, et fonda la Société Biblique dans son pays.
Ses trois fils comptèrent parmi les personnalités de très grande valeur spirituelle dans l’Église d’Angleterre du XIX è siècle.

Lecture

Messieurs, la politique n’est pas le principe qui me fait agir, et je n’ai pas honte à le dire.
Il y a un principe qui est au-dessus de toute réalité politique. Quand je me mets à réfléchir sur le commandement qui dit « Tu ne tueras pas « , en croyant qu’il est d’autorité divine, comment pourrais-je formuler un quelconque raisonnement qui ose le contredire ?

(William Wilbeforce, Discours à la chambre des Communes)

Prière

Seigneur, notre libérateur, tu as envoyé ton Fils Jésus Christ pour délivrer ton peuple de l’esclavage du péché : fais que, comme ton serviteur William Wilberforce a lutté contre le péché de l’esclavage, nous puissions nous aussi porter à tous notre compassion en oeuvrant pour la liberté de tous les fils de Dieu, par Jésus Christ ton Fils notre Seigneur.


schéma d'un navire négrier, 'the Brookes', utilisé pour illustrer les conditions inhumaines de transport des esclaves.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Wilberforce

 

Par Saints & Saintes - Publié dans : Calendrier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 mai 5 13 /05 /Mai 00:00
Notre-Dame de Fatima
Apparitions de la Sainte Vierge à François né en 1908 (+4 avril 1919) et Jacinthe sa soeur née en 1910 (+20 février 1920) béatifiés par Jean-Paul II le 13 mai 2000 ainsi qu'à leur cousine Lucie née en 1907 (+13 février 2005) au Carmel de Sainte-Thérèse à Coimbra.
- Homélie de sa sainteté le pape Jean-Paul II pour la béatification des vénérables Jacinthe et François, pastoureaux de Fátima, au sanctuaire de Notre-Dame du Rosaire de Fátima, Samedi 13 mai 2000.
"Je te bénis, Père, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits.
Je te bénis, ô Père, pour tous tes tout-petits, à commencer par la Vierge Marie, ton humble Servante, jusqu'aux pastoureaux François et Jacinthe.
Que le message de leur vie reste toujours ardent pour illuminer le chemin de l'humanité!"
- Dans le passage du deuxième au troisième millénaire, le Pape Jean-Paul II a décidé de rendre public le texte de la troisième partie du « secret de Fatima ».
Fatima est sans aucun doute la plus prophétique des apparitions modernes.
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20000626_message-fatima_fr.html

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/05/13.php
http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090513&id=13874&fd=0
http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A1tima
http://www.santuario-fatima.pt/portal/index.php?lang=FR



Sainte Agnès de Poitiers (6ème s.)
Elevée à la cour par sainte Radegonde, elle suivit la reine à l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers. Elue abbesse de ce monastère, elle y introduisit la règle de saint Césaire. Sous son gouvernement, vécut sainte Diosciole, vierge, qui laissa le souvenir d'une religieuse humble et disponible. Elle était liée d'une amicale estime à l'égard de saint Venance Fortunat.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agn%C3%A8s_de_Poitiers_(sainte)



Saint André-Hubert Fournet Curé, fondateur des Filles de la Croix (+ 1834)

Le diocèse de Poitiers célèbre un "petit curé" qui fut nommé dans son village natal. Par fidélité à l'Eglise catholique romaine, il refusa de prêter le serment constitutionnel exigé par la Révolution française. Il dut vivre dans la clandestinité durant les sombres années de la Terreur. Il fonda ensuite, avec sainte Jeanne-Elisabeth Bichier des Ages, la congrégation des Filles de la Croix, qui se dévouent à l'éducation chrétienne des enfants et aux soins des malades pauvres.
Voir aussi "Quelques saints du Poitou et d'ailleurs"
http://www.diocese-poitiers.com.fr/patrimoine/saints.html
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1742/Sainte-Jeanne-Elisabeth-Bichier-des-Ages.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9-Hubert_Fournet
Œuvres écrites d'André Fournet:
http://www.diocese-poitiers.fr/spirituel/fournet/fournet.htm



Saints Argentea et Vulfran martyrs (+ 931)
qui accomplirent leur martyre par de nombreux tourments lors de l'invasion des Sarrasins à Cordoue en Andalousie.



Saint Flavien (+ 595)
Evêque de Châlon sur Saône, fondateur de l'abbaye de Saint Pierre de Châlon, nous avons de lui ses souscriptions lors de plusieurs conciles régionaux.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chalon-sur-Sa%C3%B4ne



Saint Gabriel l'Ibère (11ème s.)

C'était un saint moine et son grand mérite fut d'avoir sauvé l'icône miraculeuse de la Mère de Dieu, la "Portaitissa" qui avait été jetée à la mer, pour ne pas être détruite durant la persécution iconoclaste.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai13bis.html



Sainte Glycère (2ème s.)

Fille d'un officier romain en résidence en Asie Mineure, puis en Grèce à Trajanopolis, elle brisa la statue de Jupiter lors d'une fête païenne. Pour ce motif, elle fut condamné aux bêtes. Les liturgies grecque et syriaque l'honorent par un office complet.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai13.html



Saints Jean d'Iviron et Euthyme Fondateurs du monastère d'Iviron au Mont-Athos (+ 1005)
Iviron est le nom grec d'Ibérie, qui était alors une province de la Géorgie. Bien que grands seigneurs à la cour royale de David, prince de Géorgie occidentale, ils assumèrent les plus humbles tâches d'abord dans d'autres monastères, puis à la Sainte Montagne, où saint Jean traduisit en géorgien les livres des Pères grecs. Parce qu'il l'avait aidé lors d'une guerre entre prétendants royaux, le prince géorgien Tornik lui remit une riche récompense. Saint Jean l'employa à fonder un monastère athonite réservé aux Géorgiens. Au moment de sa mort, il en remit la direction à son fils Euthyme qui y instaura la vie hésychaste. Il contribua également à l'installation, au Mont-Athos, d'un monastère latin de tradition bénédictine qui exista jusqu'au XIIIe siècle. Grâce à lui, nous avons une riche documentation sur les écrits patristiques dont certains ne nous étaient pas parvenus.



Bienheureux Marien de Jésus Euse Hoyos Prêtre (1845-1926)
MARIANO DE JESÚS EUSE HOYOS, premier des sept enfants de Pedro Euse et Rosalie de Hoyos, est né à Yerumal, en Colombie, dans le diocèse d'Antioquia, le 14 octobre 1845. Baptisé le lendemain, il avait seulement deux ans quand il reçut le sacrement de la confirmation. Son nom Euse est d'origine française, de la Normandie, d'où procédait son aïeul Pedro Euse. Les parents de Mariano étaient très religieux, et ils se méfiaient de l'école publique, sectaire et contraire à l'Eglise en ce temps-là. Ils voulurent en conséquence pourvoir personnellement à la première éducation de leurs enfants. C'est en famille donc que Mariano apprit les premières lettres et les bonnes moeurs. A en voir les fruits, l'enseignement des parents semble avoir été une réussite: en effet, très vite le petit Mariano s'engagea, à son tour, à enseigner aux enfants pauvres de l'endroit. Le petit garçon passa son enfance et son adolescence à la campagne, chez ses parents; à seize ans, disent les témoins, il avait tout l'aspect d'un paysan. Plus tard, lorsqu'il deviendra prêtre, se souvenant de cette expérience, il saura adapter sa pastorale aux gens de la campagne. Mariano avait toujours songé à devenir prêtre comme son oncle, l'abbé Firmin de Hoyos, curé de Girardota. L'abbé Firmin était bien connu pour sa science et sa vertu. Quand on proposa au jeune Mariano de rejoindre son oncle à Giradota et d'y rester avec lui, il en fut bien content et accepta sans hésitation. Il suivit son oncle aussi lorsque celui-ci fut transféré à San Pedro.
A côté de Don Firmin, Mariano se consacra avec ferveur et persévérance à l'étude et au travail ainsi qu'à la prière assidue. En 1869, à l'âge de 24 ans, il fut admis au nouveau Grand Séminaire de Medellin, où il poursuivit les études de la dernière étape de sa formation précédant le sacerdoce. L'ordination sacerdotale, reçue le 14 juillet 1872, couronna son désir le plus cher, celui de devenir ministre du Très Haut.
L'oncle Firmin qui avait demandé et obtenu de l'avoir comme vicaire, fut heureux de l'initier à l'apostolat ministériel, comme il l'avait fait en guidant ses premiers pas vers le sacerdoce. Cette collaboration en famille, néanmoins, ne dura pas longtemps, parce que l'abbé Firmin mourut en janvier de 1875, et Don Mariano fut nommé tout d'abord vicaire à Yarumal, son pays natal, puis, en 1872, à Angostura.
Le curé d'Angostura, l'abbé Rudesindo Correa, était malade et très âgé. Dès les premiers contacts, le nouveau vicaire s'aperçut des difficultés qui l'attendaient et qu'il devrait affronter sans retard, et en premier lieu la construction de l'église paroissiale, commencée, mais qu'on avait dû interrompre par manque de fonds et par des problèmes techniques. Avec beaucoup d'efforts, du temps et de patience, Don Mariano réussit à mener son oeuvre jusqu'au bout. Dans la Paroisse d'Angostura, qu'il avait acquise par concours, il y resta jusqu'à sa mort, en 1926.
Sa vie simple, sa disponibilité et sa capacité d'accueil faisaient de lui le point de référence de ses paroissiens et même de toute la contrée. Désormais tout le monde le connaissait affectueusement comme le Padre Marianito. Sa préoccupation pour le bien et le salut des âmes était grande, et les gens voyaient en lui l'homme de Dieu et le prêtre zélé et fidèle. Cependant, pendant la guerre civile il dut se cacher à plusieurs reprises dans les montagnes et les grottes pour échapper aux soldats de l'armée du gouvernement libéral qui était hostile aux intérêts de l'Eglise et aux prêtres. Mais malgré cela rien ne put freiner le zèle du Père Marianito: ni les obstacles mis en oeuvre par les autorités civiles, ni les difficultés des temps et des lieux n'arrêtèrent son activité. Il resta toujours très près de ses ouailles. Volontiers il faisait siennes les peines et les joies de tous, en particulier des besogneux et des plus pauvres. Ceux-ci étaient ses préférés, il les appelait les "nobles du Christ", et il n'hésitait pas à les aider avec ses propres biens. Il visitait fréquemment les malades, et il était à leur disposition à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il montrait beaucoup de douceur et de compréhension envers les enfants et les jeunes. Il aimait les paysans: il n'oubliait pas que jusqu'à l'âge de seize ans il avait été lui aussi un paysan. Il connaissait bien ses ouailles et il savait leur parler au coeur.
Sa prédication et sa catéchèse étaient simples et efficaces en même temps. Il promut beaucoup dans sa paroisse la pratique religieuse, la prière du chapelet en famille, la dévotion au Coeur du Jésus et les associations catholiques.
Sa vie était pauvre et austère. Une prière assidue était la source de son apostolat et de sa vie sacerdotale. Pendant de longues années l'accompagna la bonne santé, ce qui lui permit de pratiquer la mortification et le jeûne. Mais à la fin il succomba à la maladie: en juin 1926 une grave affection à la vessie l'obligea à s'aliter.
Sa pauvreté était si grande que ses paroissiens durent lui fournir du linge propre: il avait tout donné aux pauvres, et il n'avait plus rien. Ce fut là les dernières paroles qu'il a prononcées: "J'ai déjà assez vécu. Mon désir le plus grand est maintenant d'aller m'unir à mon Jésus". Le Père Marianito mourut le 13 juillet 1926, 46 ans après son ordination sacerdotale. Pour ses paroissiens il avait toujours été un saint, et cette renommé le suivit après sa mort. Ce sont eux, les gens d'Angostura et des environs surtout, qui ont voulu la glorification du Padre Marianito, et y ont travaillé. Avec la béatification de ce Serviteur de Dieu l'Eglise corrobore la foi du peuple fidèle et donne à la Colombie le premier saint né et mort sur son territoire.
Site officiel du Vatican



Saint Onésime (4ème s.)
Evêque de Soissons, contemporain de saint Martin et de saint Hilaire de Poitiers, il évangélisa comme eux la région qui lui avait été confiée.



Saint Pausiaque (6ème s.)
Après avoir excercé la médecine gratuitement pour les pauvres, il se fit moine. Tout en continuant de soigner les corps, il soignait aussi les âmes. Le patriarche de Constantinople lui conféra l'épiscopat et son ministère auprès de ses fidèles était une grâce pour leur salut.



Sainte Rastragène Vierge, martyre à Coincy en Tardenois



Sainte Rolende Vierge (+ 774)

Fille de Didier, le roi des Lombards, elle avait toutes les qualités, y compris une grande beauté. Donnée en mariage par son père au roi d'Ecosse, elle faussa compagnie aux seigneurs écossais qui la conduisaient vers son royal prétendant. Elle voulut se réfugier à Cologne au monastère de Sainte-Ursule, mais elle tomba malade à Villers-Poterie où elle mourut. Quelques années plus tard, l'évêque de Liège vint en personne lui dédier une église.
Un internaute nous précise: "Sainte Rolande décédée en 774 doit s’orthographier Rolende: il ne s’agit pas du féminin de Roland mais son nom dérive du forme latinisée d’un prénom germanique.
Le procès de canonisation semble avoir été brulé lors de l'incendie de l'église de Gerpinnes (au 16e siècle), mais il est avéré qu'en mai 1103, le prince-évêque de Liège, Otbert, est venu reconnaître officiellement la sainteté de Rolende à Gerpinnes où elle était vénérée et où elle était enterrée."
Elle est encore très vénérée et une marche rassemblant 3000 marcheurs est organisée le lundi de Pentecôte. Ses reliques reposent dans l'église de Gerpinnes (Belgique).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Rolende
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Rolende#Liens_externes



Saint Serge le Confesseur Persécuté à Constantinople (9ème s.)
Durant la persécution iconoclaste à Constantinople, il fut arrêté et traîné sur l'agora, une corde au cou pour y être exposé aux quolibets et aux injures de la foule déchaînée. Puis, il fut exilé avec sa femme et sa famille, privé de ses biens. C'est ainsi qu'ils remportèrent la couronne des confesseurs de la foi.



Saint Servais Evêque de Tongres (+ 384)

Evêque de Tongres et de Maestricht, il lutta aux côtés de saint Athanase d'Alexandrie, exilé à Trèves, pour défendre la pureté de la foi en la divinité du Verbe de Dieu, face à l'hérésie arienne.

Autre biographie:
D’origine arménienne pour certains auteurs et juive pour d’autres, Saint-Servais serait devenu le premier évêque de Tongres (en Belgique flamande) en 335. Il semble également admis qu’il aurait participé au concile de Cologne, convoqué dans le but de chasser l’évêque hérétique qui y siégeait et qu’il aurait fait partie d’une ambassade envoyée par le tyran Magnence auprès de Constance, l’empereur d’Orient. C’est au cours de ce voyage qu’il aurait fait la connaissance de Saint-Athanase, à qui il aurait ensuite apporté son soutien lorsque ce dernier fut condamné à l’exil par les Ariens. Saint-Servais aurait également été présent au concile tenu en 359 à Remini, en Italie. Doté du don de prophétie, il aurait prédit que les Huns envahiraient la Gaule au siècle suivant (+ 384) Saint-Servais est le troisième et dernier des trois ‘Saints de glace’. Il est invoqué pour soulager les rhumatismes et tous les problèmes reliés aux pieds et aux jambes (douleurs, boitement, etc.). On lui demande aussi d’intervenir pour faire fuir les souris et les rats.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Servais_de_Tongres




Les Églises font mémoire…

Coptes et Ethiopiens (5 basans/genbot) : Jérémie (VIe s. av. J.-C.), prophète (Église copte) ; Jacques de Zébédée, apôtre (Église copte-catholique)

Luthériens : Hans Ernst von Kottwitz (+ 1843), témoin de la foi à Berlin

Orthodoxes et gréco-catholiques : Glycère d’Eraclée et Laodice, son gardien de prison (+ env. 177), martyrs ; Ignace Briantchaninov, évêque du Caucase (Église russe)

IGNACE BRIANTCHANINOV (1807-1867) moine et pasteur
Les orthodoxes russes font aujourd’hui mémoire d’Ignace Briantchaninov, moine dans les environs de Saint-Pétersbourg , puis évêque du Caucase. (le 30 avril en Eglise catholique)
De famille noble, Dimitri Aleksandrovic Briantchaninov était né dans la région de Vologda, et, par tradition familiale, il avait été dirigé vers la carrière militaire. Ce fut justement à l’académie, tandis que Dimitri accomplisait ses études d’ingénieur, qu’il entra en contact avec les ferments religieux de l’époque, disséminés par les disciples du grand starets Paisy Velickovski. Sans doute influencé par le starets Léonide, qui sera la premier vénérable père spirituel du monastère d’Optina, Dimitri devint moine et reçut le nom d’Ignace lors de son ordination presbytérale.
Le moine Ignace unit en peu d’années à la compréhension perspicace du monde contemporain, qu’il avait étudiée à l’académie, un solide enracinement dans la tradition ascétique orthodoxe. A 27 ans seulement, il fut ainsi en mesure d’assumer la direction de son monastère de la Trinité Saint Serge, proche de Saint-Pétersbourg, où pendant 23 ans, il rompit quotidiennement pour ses frères le pain de la Parole, les initiant avec discernement à la prière du cœur et au combat spirituel selon la tradition des pères de l’Église.
Elu évêque du Caucase et de la Mer Noire en 1857, Ignace se retira deux ans plus tard dans le monastère de Kostroma, pour des raisons de santé. Il s’adonnera, les dernières années de sa vie, à la rédaction de textes spirituels qui lui permettront de continuer à instruire surtout les moines. Sa popularité, cependant, est due au retentissement de ses ouvrages, qui sonnèrent comme un appel adressé à tous les hommes pour qu’ils découvrent la beauté d’une vie radicalement fidèle à l’Évangile, et la grandeur de la vocation universelle à la divinisation.
Ignace est mort le 30 avril 1867.

Lecture

Les grands ascètes et maîtres dans la prière disent : « Efforce-toi d’acquérir la ferveur et la prière quand ton cœur est dans la peine, et Dieu te les donnera en permanence ; l’oubli, en effet, les fait fuir, car c’est le fruit de la négligence ».
« Si tu veux être libéré de l’oubli et de l’esclavage, tu ne saurais le faire si tu n’es pas en possession du feu spirituel, puisque c’est sa chaleur qui détruit toutes les passions ; et l’on se procure ce feu par le désir selon Dieu. Mon frère, si ton cœur ne s’essouffle pas à chercher le Seigneur en toutes choses, tu ne peux pas progresser ; mais si tu es totalement libre pour lui, tu arriveras au reste ; puisqu’il est dit : ‘ Soyez libres et ayez la connaissance ‘ » (Ignace Briantchaninov, Expériences ascétiques 7).

Prière

Parcourant le chemin de l’existence sur cette terre, tu as toujours observé les préceptes de la vie éternelle et tu les as enseignés à tes disciples par de nombreux exemples. Nous t’en prions, saint évêque Ignace, fais qu’il nous soit accordé à nous aussi de les suivre.
Par echosdelabastide - Publié dans : Saints
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 mai 5 13 /05 /Mai 00:00


Saints catholiques et orthodoxes du jour 
  • Sainte Agnès de Poitiers († 588), a vécut dans la deuxième moitié du VIe siècle. Elle fut la première abbesse de la plus ancienne abbaye de femmes, l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, qu'elle plaça sous la règle de saint Césaire
  • Disciole de Poitiers († 583), moniale
  • Image Hosted by ImageShack.us Servais de Tongres († 384), évêque qui vécut au IVe s. est le premier évêque attesté du Civitas Tungorum, district romain qui allait de la Toxandrie jusqu’à l’Ardenne qui deviendra plus tard diocèse de Liège. A la cité romaine Tongres, il préféra la ville mosane de Maastricht établie à l’intersection des deux principaux axes de communication de la région, à cette époque, l’antique route Bavais-Cologne et la Meuse

    La légende de Saint Servais telle qu’on la connaît est probablement la confusion déjà ancienne entre plusieurs personnages ayant porté des noms proches (Servatius, Aravatius) Bild:Grafservaas.jpg Tombe du Servatius dans la cathédrale à Maastricht

  • Saint Servais était fêté le 13 mai et était le dernier des Saints de glace.

  • Image:StatueSR.jpgRolende (Rolande)de Gerpinnes(† 774), vierge
  • Bienheureux Marien de Jesus Euse Hoyos,Prêtre(1845-1926)
  • André-Hubert Fournet Curé, fondateur des Filles de la Croix (+ 1820)
    Argentea et Vulfran (+ 931)
    Flavien (+ 595)
    Gabriel l'Ibère (11ème s.)
    Glycère (2ème s.)
    Jean d'Iviron et Euthyme (+ 1005)
    Jean le Silenciaire (+ 558)
    Nicéphore Ier Patriarche de Constantinople (+ 829)
    Onésime (4ème s.)
    Pausiaque (6ème s.)
    Serge le Confesseur (9ème s.)

Saint orthodoxe 


Souvenir...
Image Hosted by ImageShack.us



Image Hosted by ImageShack.us


Par echosdelabastide - Publié dans : Calendrier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 mai 7 01 /05 /Mai 00:00
PIE V
17 janvier 1504 - 1er mai 1572
Vatican 
Image Hosted by ImageShack.us

Les saints du jour (vendredi 01 Mai)

  Jérémie, le prophète (6ème s. av JC.)

Le prophète Jérémie tenant le rouleau de la Loi, à côté de l'Arche d'Alliance, fresque de la synagogue de Doura Europos (250-256).

Né d'une famille sacerdotale des environs de Jérusalem, il fut appelé par Dieu dès sa jeunesse et exerça son ministère prophétique au cours de la période tragique qui précéda la prise de Jérusalem par Nabuchodonosor et la première déportation à Babylone.
Par l'annonce d'une Alliance nouvelle, fondée sur la religion du coeur, et par sa vie d'abnégation au service de la Parole de Dieu, il apparaît comme une figure du Christ.

Livre de Jérémie (Jr 1, 1-19)
01 Paroles de Jérémie, fils de Helkias, l'un des prêtres qui étaient à Anatoth, dans le territoire de Benjamin.
04 Le Seigneur m'adressa la parole et me dit:
05 «Avant même de te former dans le sein de ta mère,
je te connaissais;
avant que tu viennes au jour,
je t'ai consacré;
je fais de toi un prophète pour les peuples.»
06 Et je dis: «Oh! Seigneur mon Dieu! Vois donc: je ne sais pas parler, je ne suis qu'un enfant!»
07 Le Seigneur reprit:
«Ne dis pas: 'Je ne suis qu'un enfant!'
Tu iras vers tous ceux à qui je t'enverrai,
tu diras tout ce que je t'ordonnerai.
08 Ne les crains pas,
car je suis avec toi pour te délivrer,
déclare le Seigneur.»
09 Puis le Seigneur étendit la main, il me toucha la bouche et me dit:
«Ainsi, je mets dans ta bouche mes paroles!
10 Sache que je te donne aujourd'hui
autorité sur les peuples et les royaumes,
pour arracher et abattre,
pour démolir et détruire,
pour bâtir et planter.
17 Lève-toi, tu prononceras contre eux tout ce que je t'ordonnerai. Ne tremble pas devant eux, sinon, c'est moi qui te ferai trembler devant eux.
18 Moi, je fais de toi aujourd'hui une ville fortifiée, une colonne de fer, un rempart de bronze, pour faire face à tout le pays, aux rois de Juda et à ses chefs, à ses prêtres et à tout le peuple.
19 Ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer. Parole du Seigneur.»
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai01.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Livre_de_J%C3%A9r%C3%A9mie



Saint Joseph Artisan Epoux de la Vierge Marie (1er s.)

CAMPIN ROBERT / St Joseph Portrayed As A Medieval Carpenter.

Nous fêtons aujourd'hui, saint Joseph comme artisan et travailleur manuel. Charpentier de son métier, il coopéra par le travail de ses mains à l'oeuvre créatrice et rédemptrice, tout en gagnant le pain de la Sainte Famille et, avec Marie, en éveillant à la vie des hommes l'Enfant que Dieu lui avait confié.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_(Nouveau_Testament)
http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20090501&id=3715&fd=0
http://www.saint-joseph.fr/
http://www.mariedenazareth.com/56.0.html?&L=0
http://www.christ-roi.net/index.php/Cardinal_LÉPICIER%2C_Saint_Joseph



Saint Acheul
On ne sait pas qui il est, on ne sait pas à quelle époque il vécut. On dit qu'il fut martyr, mais où ? l'on ne sait que le nom de cette localité qui l'a pris pour saint patron : 80370 Saint Acheul. Il doit bien y avoir une raison....
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Acheul
Un internaute nous signale:
"D'après Louis Réau, saint Acheul (forme picarde) serait un doublon de saint Andéol. La forme française Acceul se retrouve à l'église d'Ecouen (95).
L'Eglise d'Amiens doublonne le doublon en faisant référence à Ache et Acheul."
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/6731/Saint-Andeol.html



Saint Aldebrand (1119-1219)
Italien originaire de Sorrivoli, il devient provost de Rimini avant d’être nommé évêque de Fossombrone (en 1170).



Saint Amateur Evêque d'Auxerre (5ème s.)
ou Amatre.
Pour détruire plus efficacement les superstitions païennes, il favorisa le culte des saints en particulier celui de saint Etienne à qui il dédia la cathédrale d'Auxerre, comme ce fut le cas pour beaucoup d'autres cathédrales à cette époque. Au Moyen Age, beaucoup d'entre elles, au moment de la reconstruction gothique, changèrent leur nom en se mettant sous la protection de Notre-Dame.
"Le diocèse d’Auxerre a été créé vers la fin du 3ème siècle. Vingt-sept de ses évêques - dont Saint Germain - sont vénérés comme saints; ce qui lui valut d’être appelé, par le pape Pascal II, 'la sainte Eglise d’Auxerre'." (diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/spip1.9/Histoire-ancienne.html
Voir aussi sur le site historique d'Auxerre.
http://auxerre.historique.free.fr/Personnages/eveques/saint_amatre.htm

Autre biographie:
St-Amateur Après avoir étudié la théologie, Amateur épouse une femme pieuse de Langres (Marthe) mais ils décident d’un commun accord de vivre ensemble comme frère et sœur. Peu de temps après, elle prend le voile et Amateur reçoit la tonsure cléricale. En 388, il est nommé évêque d’Auxerre, siège qu’il occupe durant 30 ans. Durant son épiscopat, il poursuit l’activité d’évangélisation et fait bâtir deux églises. Il ordonne aussi son futur successeur (Saint-Germain) qui écrira sa biographie (+ 418)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amateur_d%27Auxerre



Saint Andéol Martyr dans le Vivarais (+ 208)
Alors qu'il était suspendu au-dessus d'un brasier ardent, on l'entendit prononcer cette prière: "Seigneur Jésus, je te rends grâce de ce que tu m'accordes de souffrir pour ton nom."
07160 Saint Andéol de Fourchades - 07170 Saint Andéol de Berg - 07600 Saint Andéol de Vals - 07700 Bourg Saint Andéol - 38650 Saint Andéol - 69700 Saint Andéol le Chateau - de nombreuses localités se sont mises sous son patronage...
Des internautes nous écrivent:
"Je suis habitant de Saint-Andiol (13670) dans le nord des Bouches du Rhône, et notre saint patronyme a les mêmes origines que Bourg Saint-Andéol en Ardèche."
"autre version du martyre de saint Andéol: il a eu la tête fendue en deux afin d'y vérifier si elle contenait effectivement la parole de Dieu. C'est d'ailleurs avec une hache ou un coutelas enfoncé dans le crâne qu'il est communément représenté dans les églises d'Ardèche."
1er mai au martyrologe romain - 4 mai mémoire du diocèse de Viviers.
http://www.ardeche.catholique.fr/spip/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_And%C3%A9ol
http://bourgsaintandeol.free.fr/sarcophage%20st%20andeol.htm



Saint Arey Evêque de Gap (+ 604)
Il fut consulté par saint Colomban pour harmoniser la datation de la fête de Pâques. Il organisa la vie paroissiale dans son diocèse. Une localité conserve sa mémoire : Saint Arey-38350.
"A Gap, après 604, saint Arey ou Arige, évêque, célèbre par sa patience dans l’adversité, son zèle contre les simoniaques et sa charité envers les moines romains envoyés en Angleterre."
source: archiviste diocésain de Gap.
http://www.diocesedegap.com/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arey



Saint Asaph (+ 600)
Moine puis évêque au Pays de Galles, il attachait beaucoup d'importance à la prédication qu était à ses yeux la condition esentielle de la connaissance de la foi qui pouvait conduire son troupeau au salut, parce qu'elle était le Chemin de la Vérité pour recevoir la Vie de Dieu.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Asaph



Saint Bata (4ème s.)
Originaire de Perse, né dans une famille chrétienne, il connut la grande persécution du roi Sapor. Après de cruels supplices, il fut décapité.




Sainte Berthe Abbesse d'Avenay, au diocèse de Châlons-sur-Marne, assassinée par ses neveux (+ après 680)



Saint Brieuc Abbé en Bretagne (5ème s.)

Originaire du Pays de Galles où il fut converti à la foi chrétienne par saint Germain d'Auxerre, il gagna l'Armorique. Ses conquêtes apostoliques furent si importantes qu'elles lui permirent de fonder un monastère, puis une Eglise qui prit son nom et le perpétue encore en témoignage de fidélité. Saint Brieuc-22000.
Voir aussi sur le site internet du diocèse de Saint Brieuc et Tréguier.
http://www.catholique-saint-brieuc.cef.fr/Saint-Brieuc

Autre biographie:
St-Brieuc (Brioc) Fils de Cerpus et d’Eltrude, une famille païenne du Cardiganshire, au Pays de Galles, il se convertit au christianisme à l’adolescence. Éduqué en France sous la direction de Saint-Germain d’Auxerre (certains auteurs réfutent cependant cette hypothèse, qui concorde mal avec la date de décès de Saint-Germain -448), il repart ensuite évangéliser sa région avant d’émigrer en Armorique où il fait bâtir plusieurs églises et fonde plusieurs monastères, dont un près de Tréguier (Côtes d’Armor), qui constitue l’une des étapes du Tro Breizh, un pèlerinage organisé en l’honneur des sept saints fondateurs de la Bretagne (+ vers 510) Saint-Brieuc est le patron des fabricants de bourses. Il est invoqué pour apaiser les flots déchaînés par une tempête.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai01bis.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brieuc
http://www.infobretagne.com/saint-brieuc.htm



Saint Ephise Apôtre de la Sardaigne (3ème s.)

Apôtre de la Sardaigne, originaire sans doute de Palestine, Elia-Capitolina, nom de Jérusalem à cette époque. Il fut décapité pour la foi. Il est le patron de Cagliari.
En 1650, une épidémie de peste tua la moitié de la population de Cagliari. Les habitants se tournèrent vers Saint Ephise, un martyr décapité en 303 à Nora sur la côte pour avoir refusé de renier la foi chrétienne. Il était commandant d'une division romaine de l'armée de l'empereur Dioclétien et, lors d'un voyage en Sardaigne où il devait supprimer les communautés chrétiennes de l'île, il eut une vision comme Saint Paul sur le chemin de Damas...
Festival de Sant'Efisio à Cagliari le 1er mai.
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.sardi.it%2Fsardinia%2Fefis1.htm

Voir aussi:
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.santiebeati.it%2Fdettaglio%2F37800
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sardaigne



Saint Euphrase Evêque, apôtre de l'Espagne, martyr (1er s.)
Voir saint Torquat et les apôtres de l'Espagne.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/6957/Saint-Torquat.html



Saint Evermar (+ 700)
Martyr. Un tyran local le massacra en haine de sa piété, dans un bois, comme il allait en pèlerinage à Saint-Gervais de Maestricht.



Sainte Florine (?)
Florina ou Pezade
"Bergère du Cézallier dans le haut Moyen Age, originaire du village Strigoux, au-dessus des gorges de la Couze d'Ardres. Pour échapper à un agresseur, lié peut-être à un raid des Hongrois au Xe sc, elle franchit d'un saut le torrent. Sur la rive sud de la Couze, une roche à bassin, en forme de pied humain, a accrédité l'idée d'un souvenir du prodige. A son emplacement s'élève la chapelle Sainte-Pezade, dont le vocable a été inspiré par l'empreinte pédestre(*); il pourrait s'agir de la christianisation d'un lieu de culte païen.
Le corps de sainte Florine a été transporté à Mazoires, tandis que son chef se partage, depuis le XIe sc, entre la cathédrale de Viviers et l'église de Sainte-Florine. Le culte de sainte Florine était associé à celui de sainte Flamine dans l'église des Récollets de Montferrand."
(source: Grand livre des saints culte et iconographie en Occident de Jacques Baudoin)
http://books.google.fr/books?id=6Hwa38EjyoAC&pg=PA221&lpg=PA221&dq=sainte+Florine+mazoires&source=web&ots=LFhPDDxD-O&sig=2-7ou4WzJ8fJdBc-IDdTeEYMYPc&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=7&ct=result

(*) en patois, "pezade" signifie "pas"

Les reliques de Sainte Florine se trouvent aujourd'hui à l'église de Mazoires, dans une châsse en bois doré.'
Paroisse de 43250 Sainte-Florine
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Florine
(diocèse du Puy en Velay).
http://catholique-lepuy.cef.fr/diocese/paroisses/par_228.htm
Sainte Pezade à 63420 Mazoires
(diocèse de Clermont).
http://catholique-clermont.cef.fr/article.php3?id_article=964

Autre source: ..."poursuivie par les Alamans qui avaient envahi l'Auvergne au IVe siècle, elle courut se réfugier dans une vallée du Puy-de-Dôme qui porte son nom. Parvenue au sommet d'un roc élevé qui domine la Couze, et se voyant sur le point d'être atteinte, elle s'élança et franchit d'un bond l'espace immense qui la séparait de l'autre bord, qu'elle atteignit après avoir laissé l'empreinte de ses pieds sur les deux rochers qui marquaient l'espace qu'elle venait de franchir, en un lieu appelé la sainte Pezade. Les barbares pourtant la rejoignirent et la tuèrent. Les gens du pays lui creusèrent alors un tombeau dans le roc et, comme des miracles s'y accomplirent, on éleva une chapelle. La chapelle du siècle dernier, située entre la Couze et la Vèze, à trois kilomètres au nord de Mazoires a été bâtie pour remplacer cet ancien sanctuaire."



Saint Gérasime (+ 1554)
Il fut un exemple vivant de la perfection, en particulier dans l'un des monastères qu'il fonda à Jizdrina en Russie où il accueillait surtout des brigands repentis. Il fonda un monastère dédié au Précurseur(*) à Viazma, un autre à Dorogobuj, selon une règle très stricte qui lui attirait beaucoup de jeunes épris de sainteté.

(*) Jean-Baptiste le précurseur de Jésus Christ.



Sainte Isidora-la-folle (5ème s.)
L'historien Pallade nous conte la vie de cette moniale qui feignait d'être folle et à qui les religieuses du monastère de Tabennêsis en Egypte confiaient les tâches les plus viles. Un jour qu'un ascète, saint Pitiroum, vint au monastère pour rencontrer les soeurs qui n'avaient pas cru bon de faire venir Isidora, la folle, saint Pitiroum exigea sa présence et, quand elle arriva, il se prosterna devant elle en demandant sa bénédiction. "Elle accepte la dérision, ce qui la rend proche du coeur de Dieu." Après son départ, les soeurs voulurent s'excuser auprès d'elle. Mais elle quitta le monastère en secret et nul ne sait ce qu'elle devint.



Jean-Emile Anizan Prêtre français (+ 1928)
Fondateur de Fils de la charité.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Emile_Anizan
http://www.filsdelacharite.org/index.php?pg=home



Saint Jean-Louis Bonnard Martyr au Tonkin (+ 1852)

Jean-Louis Bonnard - 1824-1852, est un prêtre des Missions étrangères de Paris, faisant partie du groupe des 117 martyrs du Viêt Nam canonisés le 19 juin 1988 par Jean-Paul II.
missionnaire MEP
http://www.mepasie.org/histoire/19-2.htm
Martyrs du Vietnam (+1745-1862)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19880619_martiri_vietnam_fr.html

Voir aussi:
http://www.clairval.com/lettres/fr/98/f26mai98.htm
http://www.newadvent.org/cathen/02674a.htm



Saint Joseph d'Israël Ancien Testament : Fils d'Israël, Patriarche du peuple juif
Voir au livre de la Genèse, Joseph vendu par ses frères Gn 37, 3-4.12-13a.17b-28 et les chapîtres suivants,
Joseph reconnu par ses frères les installe en Égypte avec leur père Gn 41, 55-57 ; 42, 5-7a.17-24a ; 44, 18-21.23b-29 ; 45, 1-5 ; 46, 1-7.28-30...

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_fils_de_Jacob



Saint Marcouf Abbé près de Coutances (+ 558)
ou Marculphe.
Originaire de Bayeux il se fit moine, mais ne se coupa pas pour autant de la vie de ses contemporains. Il partit pour l'île de Jersey à la recherche d'une plus grande solitude. Mais les instances royales le firent revenir à Compiègne et à son monastère de Nanteuil, dans le diocèse de Coutances.
Voir aussi sur le site internet du diocèse de Coutances:
http://catholique-coutances.cef.fr/communication/local/calendriersaints.php
"Né à Bayeux, fin du 5ème siècle, il se met sous la conduite de l'évêque de Coutances, Possesseur. Il est vénéré comme le principal évangélisateur du Cotentin et des îles de la Manche. Saint Hélier fut son disciple."

Autre biographie:
St-Marcoul Prêtre issu d’une famille noble de la région de Bayeux, en Normandie. Après avoir été instruit par l’évêque de Coutances, il est ordonné prêtre et effectue des missions d’évangélisation des peuples païens de la Gaule. Mais cette vie ne répondant pas à ses aspirations, il se retire comme ermite à Nanteuil, sur des terres qui lui sont allouées par Childebert Ier, le roi des francs. Les disciples qui affluent toujours plus nombreux l’amènent à fonder une abbaye, dont il devient l’abbé (+ vers 558)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Marcouf
http://www.histoireaisne.fr/memoires_numerises/chapitres/tome_11/Tome_011_page_093.pdf



Sainte Maria Jeune martyre en Albanie (+ 1826)
Elle fut tuée dans une embuscade par un gendarme turco-albanais qui désirait l'épouser et se voyait repousser parce qu'elle ne voulait pas renier sa foi chrétienne.



Sainte Marthe (5ème s.)
Femme de saint Amateur, évêque d'Auxerre. Elle conserva sa virginité dans le mariage pour servir ainsi l'Eglise.http://nominis.cef.fr/contenus/saints/6727/Saint-Amateur.html



Saint Nicéphore de Chio (+ 1821)
Originaire de l'île grecque de Chio, il se fit moine et maître d'école jusqu'à sa nomination comme higoumène (Père abbé). Mais ses moines ne suivaient pas son idéal de vie ascétique, ce qui entraîna sa démission. Il se retira à Resta dans un ermitage où il put se consacrer à la rédaction d'un grand nombre de vies de saints et d'offices liturgiques. Il fut le père spirituel de plusieurs nouveaux martyrs en cette époque où les Turcs opprimaient les communautés chrétiennes.



Saint Orens (4ème s.)
Orens (ou Orence = Orentius) était né à Huesca, sur la frontière de l'Aragon. Il serait venu trouver la solitude dans la vallée de Lavedan à quelques heures de Tarbes. On conte beaucoup de ses pénitences : des heures dans l'eau froide des rivières, une chaîne de fer serrée autour des reins, les nuits couché à même le sol. Mais on lui prête aussi de beaux vers, car il était poète. Sa sainteté le fit choisir comme évêque d'Auch en 364 et son zèle fut très grand pour extirper l'arianisme, et le paganime encore répandu. Au moment de l'invasion des Visigoths, il fut arrêté, conduit enchaîné à Toulouse, enfermé dans un cachot durant plusieurs mois et enfin le bourreau fit tomber sa tête d'un coup de hâche. Fête locale à Auch le 11 mai. Village : 32120 Saint-Orens.
Une légende assure qu'il était l'époux de Ste Patience et père d'un Laurent, martyr.



Sainte Panacée (Bienheureuse) Vierge, martyre près de Novare (+ 1383)



Saint Panarétos (+ 1791)
Evêque de Paphos dans l'île de Chypre, il fut un pasteur attentif envers ses fidèles. Il mena une vie ascétique, mangeant très peu, passant ses nuits en prière et, comme saint Orens son voisin de calendrier, le corps serré d'une chaîne, que l'on découvrit après sa mort. De nombreux miracles eurent lieu sur son tombeau qui ratifiaient la sainteté de sa vie.



Saint Paphnuce (+ 1477)
Il fut disciple des moines de saint Serge de Radonège. Lui-même eut pour disciple saint Joseph de Volokolamsk qu'il forma à la vie spirituelle. Il était pour ses moines un modèle de vie laborieuse, mais surtout un père spirituel exigeant et lucide.



Saint Pèlerin (11ème s.)
que l'on fête en Italie à Castel San Peregrino en Ombrie. C'était un pèlerin anonyme que les habitants repoussèrent et qui mourut de froid et de misère, pendant une nuit d'hiver. Les villageois, ayant trouvé son bâton qui avait fleuri près de son cadavre, reconnurent leur faute et sa sainteté.



Saint Pérégrin Laziosi religieux (+ 1345)

ou Pellegrino Lazioli.
Religieux, servite de Marie (o.s.m.) à Forli en Italie.
http://www.servidimaria.org/fr/spirit/santi.htm#SAINT_PEREGRIN_LAZIOSI_
Canonisé en 1726.
"Pérégrin Laziosi est né à Forlì vers 1265. En 1282, la ville de Forlì, sous la juridiction du pape, se rebelle sous l'influence croissante du parti gibelin; elle est, par la suite, frappée par un interdit (il y est interdit de célébrer les sacrements) du 18 novembre 1282 jusqu'à la reprise du pouvoir papal le 28 mai 1283. Au cours de cet interdit, saint Philippe Benizi (+1285), prieur général des Servites, en visite chez ses confrères de Forlì, essaie de ramener les forlivois à la communion avec le pape, mais sans succès. Un groupe de gens le frappe et le chasse hors de la ville. Parmi eux se trouve le jeune Pérégrin qui, d'ailleurs, le giffle avec force, mais qui est profondément touché par l'attitude pacifique du saint homme qui prie pour ses persécuteurs.
Pris de remords, Pérégrin vient humblement lui demander pardon. Il se convertit et, plus tard, il demande à entrer dans l'Ordre, au couvent des Servites, à Sienne.
Après quelques années, il retourne à Forlì, au couvent des Servites, où il mène une vie de prière, de pénitence, pratiquant des oeuvres de miséricorde.
En 1325, atteint d'une gangrène à la jambe droite qui ne lui laisse pas d'autre choix que l'amputation, il se traîne, la nuit, jusqu'à la salle du chapitre, au pied d'une peinture du Christ crucifié où il prie en demandant la guérison. La douleur est si vive qu'il perd conscience et, en rêve, il voit le Christ descendre de la Croix pour lui toucher sa jambe malade. Il se réveille et constate sa guérison.
Vingt ans plus tard, atteint par une forte fièvre, il meurt le 1er mai 1345.
Le 27 décembre 1726, il est canonisé par le pape dominicain Benoît XIII. Son corps repose en la
basilique qui porte son nom à Forlì."
f. Camille M. Jacques, o.s.m.
Prière du missel propre servite:
Dieu qui, en saint Pérégrin, nous as donné un modèle de conversion et de persévérance, accorde-nous, à sa prière et à son exemple, de supporter avec courage les épreuves de cette vie pour entrer dans la joie du Royaume.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.
A lire: Saint Pérégrin Laziosi [Texte imprimé] : servite de Marie : invoqué par les malades du cancer, du sida et des maladies de longue durée / André Philippe M. Mutel,... - Saint-Benoît-du-Sault : Éd. bénédictines, 2004
http://bibliographienationale.bnf.fr/Livres/M3_05.H/cadre200-2.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9r%C3%A9grin_Laziosi
http://www.makisoft.net/peregrin



Saint Philosophe (3ème s.)
Saint Jérôme nous conte le martyre de ce jeune homme. L'un des magistrats païens d'Alexandrie inventa une manière douce d'obtenir l'abandon de la foi chrétienne qu'il estimait aussi efficace que les supplices. Il était tout jeune homme. Il fut attaché nu sur un lit moëlleux, dans la douceur d'un jardin. On fit venir vers lui une prostituée fort belle qui, par ses embrassements lascifs, voulait inciter le martyr au plaisir. Philosophe pour vaincre l'élan qu'il sentait monter en sa chair, se mordit la langue si fort qu'il se la coupa et la cracha au visage de cette femme qui s'enfuit effrayée. C'est ainsi que notre saint rendit témoignage à la Passion de Jésus-Christ. Il n'eut plus qu'à offrir sa nuque au glaive des persécuteurs.



Saint Romain (+ 780)
Martyr. Né en Galatie, il devint moine en Bithynie aux confins de la frontière syro-byzantine. Un jour qu'il était sorti pour les affaires du monastère, il fut capturé par les Sarrasins, et de là, envoyé à Bagdad avec son compagnon d'infortune. Accusés d'espionnage, ils furent libérés grâce à la rançon d'un chrétien, mais durent rester à Bagdad. Ce qui ne l'empêcha pas quelques années plus tard d'être condamné à la décapitation parce qu'il avait fait revenir au Christ des chrétiens qui avaient apostasié.



Saint Sigismond roi martyr (+ 524)

Fils du roi de Bourgogne, il épousa la fille du roi d'Italie Ostrogothe. Attaché à l'arianisme par sa famille, il se convertit à la vraie foi grâce à saint Avit, l'évêque de Vienne en Gaule. Il s'employa alors à expurger l'hérésie de son royaume et il fit construire la célèbre abbaye d'Agaune, Saint Maurice dans le Valais suisse.
Sa vie ne fut pas exempte de crimes, en particulier lorsqu'il fit étrangler Sigéric, le fils d'Ostrogothe pour plaire à sa seconde femme qui voulait que ce soit l'un de ses enfants qui monte sur le trône. Il s'en repentit et fit pénitence en se retirant au monastère d'Agaune.
Mais lorsque les fils de Clovis envahirent la Bourgogne, il dut fuir pour chercher un refuge où se cacher. Il fut rattrapé par les soldats de Clodomir qui le jetèrent dans un puits avec sa femme et ses enfants. Depuis, il est considéré comme un martyr.

"On raconte que saint Sigismond fut martyrisé et précipité dans un puits en 524 : l'eau de ce puits avait la propriété de guérir toutes les fièvres."
(site de la vallée de la Loire)
http://www.loire-france.com/villes/loiret/saint-sigismond/
"Saint Sigismond fut jeté dans un puits qui se situe dans un petit village proche de Coulmiers, qui s'appelle d'ailleurs Saint Sigismond. L'église de ce village est construite sur ce puits, et l'eau de ce puits était réputée pour guérir des fièvres. Des pélerinages était organisés encore au début du 20e siècle." (un internaute)
"Le corps du roi repose à St-Maurice en Valais/Suisse"
(un internaute)

Autre biographie:
St-Sigismond En 516, Sigismond succède à son père (Gondebaud) comme roi de Bourgogne. Malgré sa conversion au christianisme (grâce à Saint-Avit, l’évêque de Vienne), le tempérament rude et brutal des peuples barbares païens le pousse tout de même à faire exécuter son propre fils (Sigeric) à la suite d’une querelle familiale. Lorsqu’il réalise son erreur, il se retire dans l’abbaye d’Agaune pour expier son crime, distribue ses biens aux pauvres et recherche toujours de plus grandes épreuves qui lui permettraient de mieux s’amender. L’occasion lui en est bientôt fournie par les trois fils du roi Clovis qui, en guise de représailles contre Gondebaud qui avait tué leur grand-père, lèvent une armée contre le royaume de Bourgogne. Au cours de cette expédition, Sigismond est capturé et conduit à Orléans pour y être exécuté, son corps étant ensuite jeté dans un puits situé à Coulmiers (+ 524)

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai01bis.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Sigismond



Sainte Tamara Reine de Géorgie (+ 1212)

Reine de Géorgie d'une très grande intelligence et d'une grande beauté, elle monta sur le trône à l'âge de vingt-quatre ans. Elle amena son royaume à son apogée, établit un lien de charité entre l'Eglise et l'Etat. Elle agrandit son royaume jusqu'à la Mer Caspienne, favorisa l'installation de l'empire grec orthodoxe de Trébizonde au moment où les croisés latins occupaient Constantinople. Elle eut le souci des pauvres en érigeant pour eux des établissements d'assistance donnant pour eux plus du dixième des revenus du royaume.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Reine_Tamar_de_G%C3%A9orgie



Saint Théodard (+ 893)
ou Audard. Evêque de Narbonne.
Il serait né à Montauban (82) vers 840 et y serait décédé le 1er Mai 893.
Un collège à Montauban porte son nom.
Il connut une jeunesse studieuse. Sous-diacre, il accompagna l'évêque de Narbonne dont il devint le secrétaire. Archidiacre, il fut chargé de grandes missions et fut élu évêque.
Dans cette région qui avait été très bouleversée par les invasions des Sarrasins, il entreprit de tout restaurer. Malheureusement, ils débarquaient souvent encore dans les environs de Narbonne, commettant beaucoup d'atrocités, emmenant avec eux des captifs. Il soutint son peuple dans ces épreuves.

"Te chercher et t'aimer n'ont jamais cessé d'être la première de mes préoccupations", disait-il dans sa prière sur son lit de mort.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Th%C3%A9odard_de_Narbonne



Sainte Thorette (2ème s.)
Une petite bergère du Bourbonnais qui travaillait sans s'arrêter, car une domestique de ce temps était au service du maître. Elle calmait les ouvriers qui juraient et les querelleurs qui s'emportaient. Elle ne fit rien d'autre que de vivre l'Evangile au jour le jour, là où Dieu l'avait placée. Ses contemporains y virent une marque de sainteté.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Thorette



Saints Torquat et les apôtres de l'Espagne (1er s.)
Les apôtres de l'Espagne, saint Torquat près de Grenade, saint Ctésiphon à Verga, saint Second à Avila, saint Idalèce à près d'Almeria, saint Cecilius à Elvire, saint Euphrase et saint Hésychius à Gibraltar. La tradition veut qu'ils aient été envoyés en Espagne par saint Pierre et saint Paul pour y annoncer l'Evangile. Quels que soient leurs noms, il y eut bien un jour des chrétiens qui furent les premiers à évangéliser ces régions. Nous pouvons donc les fêter qu'ils soient anonymes ou qu'ils aient reçu un nom. Il leur fallut bien du courage pour y témoigner de Jésus-Christ.
La plupart moururent martyrs et la liturgie mozarabe(*) les commémore ensemble.

(*) liturgie élaborée par les communautés chrétiennes au temps de la domination maure en Espagne.



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Philippe et Jacques, apôtres

Catholiques d’occident : Joseph, travailleur (calendrier romain et ambrosien) ; Torquet de Guadix (I-IIe s.) et ses compagnons, évêques et martyrs (calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (13 barmüdah/miyazya) : Georges de Cappadoce (+ env. 304), martyr

Luthériens :Nikolaus Herman (+ 1561), poète en Bohème

Maronites : Jérémie (IVe s. av. J.-C.), prophète

Orthodoxes et gréco-catholiques : Jérémie, prophète ; Basile Ratishvili (XVIII-XIXe sièc.), moine (Église géorgienne)

Syro-orientaux : Joseph, travailleur (Église malabar)

Vieux Catholiques : Philippe et Jacques le Mineur, apôtres
Par echosdelabastide - Publié dans : Calendrier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 février 2 01 /02 /Fév 00:00
Image Hosted by ImageShack.us

Février est le deuxième mois des calendriers grégorien et julien.

Son nom vient du latin februarius, en l’honneur de Februa, dieu de la mort et de la purification dans la mythologie romaine. À l’époque antique, il fut le dernier mois de l’année dans le calendrier romain ; à l’époque, l’année débutait le 15 mars.

C’est le mois le plus court de l’année, le seul à compter moins de 30 jours. La raison est historique et vient du calendrier julien : en effet Auguste, à qui le mois d'août fut dédié, voulait que son mois soit aussi long que celui consacré à Jules César (juillet), un jour supplémentaire a été alors ajouté de façon permanente au mois d'août, et retiré en fin d’année, portant le mois à 28/29 jours au lieu de 29/30. Jusqu’à Jules César, les mois du calendrier romain suivaient en effet des variations désordonnées de durée en fonction des ajustements avec les cycles lunaires et des vœux des consuls ou pour des raisons festives et politiques.

C’est aussi le seul mois de l’année à avoir un nombre de jours variable selon les années :

Fichier:Februar Leandro Bassano.jpg
Février, Leandro Bassano

Le 1er février est le 32e jour de l'année du calendrier grégorien.

Il reste 333 jours avant la fin de l'année ; 334 jours dans le cas des années bissextiles.

C'était généralement le jour du laurier sauce, 13e jour du mois de Pluviose, dans le calendrier républicain français.

Célébrations 


Saints chrétiens 

Saints catholiques[3] et orthodoxes[4] du jour

 

Saints et bienheureux catholiques[3] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Félicité (pour les églises d'Orient) et ses dérivés Félicette
  • Perpétue (pour les églises d'Orient)

Ainsi qu'aux :


Les saints du jour (lundi 01 fevrier)
Sainte Brigitte de Kildare Abbesse en Irlande (+ 523)

En breton, on la nomme Brec'hed ou Berhet. D'origine irlandaise, elle fut convertie par saint Patrick. Elle refusa tous les prétendants qu'attirait sa grande beauté. Elle se retira à quelques kilomètres de Dublin, formant avec plusieurs de ses compagnes, l'une des premières communautés religieuses féminines en Irlande. Femme d'une très grande générosité et d'une énergie exceptionnelle, elle est considérée comme l'une des saintes patronnes de l'Irlande. Son culte s'est étendu dans le Finistère breton et dans les Côtes d'Armor où deux localités portent son nom : Loperhet-29213 (Loc-Berhet) et Confort-Berhet. De nombreuses chapelles lui sont dédiées à Locmariaquer, Noyalo, Merdrignac, etc …
Voir aussi:
- Les saints du diocèse de Quimper et Léon.
http://catholique-quimper.cef.fr/decouvrez_notre_patrimoine/bol-d-air-breton/sainte-brigitte/
- "Brigitte de Kildare a été consacrée comme Abbesse par l'évêque Saint Mel à Armagh.

Le Livre de Lismore contient ce récit :
Brigitte et certaines vierges allèrent avec elle recevoir le voile de l'évêque Mel à Telcha Mide. Il était heureux de les voir. Par humilité, Brigitte resta en arrière afin d'être la dernière à recevoir le voile. Une rose rouge tomba sur sa tête, du faîte du toit de l'église. L'évêque Mel dit alors : "Avance-toi, O sainte Brigitte, que je puisse orner ta tête du voile avant les autres vierges." Elle s'est alors avancée. Et par une grâce du Saint-Esprit, c'est le rituel d'ordination épiscopale qui a été lu sur elle!
Macaille dit que l'ordination épiscopale ne devrait pas être donnée à une femme. L'évêque Mel répondit : "Je n'ai aucun pouvoir en la matière. C'est Dieu qui a conféré cette dignité à Brigitte, au devant de toute (autre) femme."
C'est pourquoi depuis lors les hommes d'Irlande rendent les honneurs épiscopaux au successeur de Brigitte."
(source: Sainte Brigitte de Kildare - Abbesse et Vierge, Thaumaturge, Patronne de l'Irlande - site des Passionnistes.)
http://www.passioniste.org.pf/brigitedekildare.htm

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Brigitte_de_Kildare



Saintes Perpétue et Félicité Martyres à Carthage (+ 203)

Martyre de sainte Perpétue et de ses compagnons sur un vitrail de l'église Notre-Dame de Vierzon (XIXe siècle).

Perpétue est une jeune patricienne, Félicité une jeune esclave. Elles avaient toutes deux demandé le baptême à l'évêque de Carthage. L'empereur Septime Sévère ayant interdit le christianisme, le groupe des catéchumènes, dont elles faisaient partie, est arrêté, avec Sature, Saturnin, Révocat et Secondule. Pendant plusieurs mois, ils connurent la prison dans des conditions très dures, d'autant qu'ils étaient dans l'incertitude du sort exact qui les attendait. Félicité était enceinte et Perpétue, jeune mariée, allaitait son enfant. Le père de la jeune femme tenta en vain de la faire sacrifier aux dieux au nom de l'amour maternel. Quant à Félicité, elle mit au monde une petite fille dans sa prison. Trois jours après la naissance, elle était martyrisée et l'enfant fut adoptée par une chrétienne de la ville. Comme leurs compagnons, Perpétue et Félicité furent livrées aux bêtes du cirque, enveloppées dans un filet, et livrées à une vache furieuse. Elles attirèrent la pitié des spectateurs devant ces jeunes mères torturées. On les acheva en les égorgeant. Selon les "acta" de leur martyre, des témoins disaient :"Leur visage était rayonnant et d'une grande beauté. Il était marqué non de peur mais de joie." Le culte des deux jeunes femmes connut très vite une grande popularité : leur jeunesse, leur situation de mère de famille, leur courage, le fait qu'elles soient des catéchumènes les font figurer en tête des martyres mentionnées dans la première prière eucharistique de la liturgie latine.
Un internaute nous signale: "Sainte Perpétue est la patronne de la ville de Vierzon dans le Cher."
Sainte Perpétue de Carthage à Vierzon...
Chaque année le dimanche le plus proche du 7 mars, un pèlerinage est organisé à Vierzon par la Fraternité Sainte Perpétue.

Voir aussi :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Perp%C3%A9tue



Saint Agrève Evêque du Puy, en Auvergne (7ème s.)
Venu d'Espagne, il fut très vite remarqué par sa science et sa fidélité à vivre l'Evangile. Il refusa le mariage pour se consacrer à Dieu et, par la suite, au peuple de Dieu en devenant évêque du Puy, en Auvergne. Au cours d'un de ses voyages, il fut attaqué et tué par des brigands de grand chemin, qui étaient encore païens. Une source jaillit sur le lieu de sa mort et une localité le rappelle : Saint-Agrève-07320.
http://www.ville-saintagreve.fr/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Agr%C3%A8ve



Saint Anastase de Nauplie Martyr en Grèce (+ 1655)
Il vivait à Nauplie, en Grèce. Peintre habile de son métier, il perdit un jour la tête, à la suite de ses fiançailles rompues. Il se laissa circoncire et fut coiffé du turban musulman. Revenu à lui quelque temps plus tard, il renia l'Islam et réaffirma sa foi chrétienne. Pour cette raison, il fut condamné à être décapité. Après son exécution, la foule excitée déchira son corps et le découpa en morceaux.



Saint André de Segni Grand théologien (+ 1302)
La famille des comtes de Segni attendait beaucoup de ce fils brillant d'intelligence. Il épousa la pauvreté et l'humilité de saint François. Son oncle, le pape Alexandre IV, voulut le tirer de la solitude où il s'était retiré dans les Apennins. Il refusa. Vingt-cinq ans plus tard, un autre membre de sa famille, le pape Boniface VIII eut le même déboire. André refusait d'être cardinal. Grand théologien, à l'égal de saint Thomas d'Aquin, saint Bonaventure et saint Jean Dun Scot, ses contemporains, il connut également des extases mystiques étonnantes. Son biographe dit de lui :"Il mena une vie angélique plus qu'humaine."



Bienheureuse Anne Michelotti Fondatrice de la Congrégation des Petites Servantes du Sacré-Cœur (+ 1888)
Originaire d'Annecy, elle fut marquée par la spiritualité de saint François de Sales. Elle fonda la Congrégation des Petites Servantes du Sacré-Cœur pour soutenir les pauvres dans leur dénuement. Elle-même vécut dans l'humilité, les incompréhensions les plus grandes. Elle fut béatifiée en novembre 1975.



Bienheureux Antoine le Pèlerin "Fol en Christ" (+ 1267)
Né à Padoue dans une famille aisée, il préféra la pauvreté la plus complète, donnant ses biens aux pauvres et ne vivant que d'aumônes. « Fol en Christ » selon l'expression russe, il se rendit en pèlerinage dans tous les lieux saints : Rome, Lorette, Compostelle, Jérusalem. Pour sa famille, ce n'était que vagabondage. Même ses deux soeurs religieuses, bien rangées dans le monastère, le méprisaient à cause de cette vie errante où il n'avait pas même une pierre pour reposer sa tête.



Saint Aubert Moine bénédictin de Landevenec en Bretagne (+ 1129)
ou Albert. Moine bénédictin de Landevenec en Bretagne, il devint chapelain des religieuses de Saint-Sulpice, près de Reims. Il est vénéré dans ce diocèse et dans sa Bretagne natale.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Reims



Sainte Brigide Vierge à Fiesole (9ème s.)
On dit qu'elle serait une soeur de Saint André, abbé à Fiesole, en Toscane. Elle aurait été portée par des anges auprès de son frère mourant. Elle mourut après une vie de recluse dans les Apennins.



Saint Chartier Prêtre du Berri (6ème s.)
De ce bon prêtre du Berri, dont sans doute le rayonnement fut grand, il ne reste que la mémoire d'un village, ce qui est déjà un signe que sa sainteté n'était pas passée inaperçue : Saint-Chartier-36400
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Chartier



Sainte Cinnie Princesse d'Ulster (5ème s.)
Princesse d'Ulster, elle fut convertie par saint Patrick qui lui donna le voile de religieuse en fondant avec elle un monastère. Elle convertit beaucoup de ses concitoyens.



Saint Clair Moine bénédictin à l'abbaye de Seligenstadt (+ 1048)
Il fut d'abord moine bénédictin à l'abbaye de Seligenstadt, près de Mayence, mais il préféra la vie de solitaire à la vie conventuelle et une vie érémitique très austère, vivant selon l'idéal qu'il s'était choisi : "Je ne veux connaître que le Christ et le Christ crucifié", selon la parole de saint Paul.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Seligenstadt



Sainte Crewenna Moniale irlandaise (5ème s.)
Moniale irlandaise, elle accompagna sainte Bréaca, disciple de sainte Brigitte de Kildare lorsque celle-ci se rendit en Cornouailles, sur les rives de la Haye. On ne sait rien de plus, mais le village de Crownan, près de Saint-Erth, garde son nom et sa mémoire.



Saint David à Troade, non loin de la Mer Egée (+ 844)
et ses frères les saints Syméon et Georges de Mytilène. Ils vécurent en Troade, non loin de la Mer Egée, sur le mont Ida. Syméon voulut imiter les pratiques de saint Syméon le Stylite, servi par son frère Georges qui était dans un monastère voisin, fondé d'ailleurs par saint David. Durant la persécution iconoclaste, Syméon fut exilé et Georges s'en fut prêcher la vraie foi dans les saintes images. Une fois la paix revenue, saint Georges qui avait été contraint d'accepter la charge du diocèse de Mytilène, contribua à l'élection du patriarche saint Méthode. Syméon reprit sa vie de solitaire et David rejoignit ses deux frères dans les demeures célestes en 844.



Sainte Ella abbesse de Laycock (+ 1261)
Ella Fitzpatrick, par son époux Guillaume(*), était la belle-soeur de Richard Coeur de Lion, prince d'Angleterre. Son époux n'était pas des plus fidèles, ce dont elle souffrait tout en étant indulgente pour son inconduite, espérant toujours qu'il reviendrait à une vie morale plus proche des exigences évangéliques. Ce qui arriva. Au retour de la 3ème croisade et sauvé d'une tempête, Guillaume résolut de ne plus la tromper et de vivre vertueusement. Il tint parole.
Devenue veuve, Ella se plaça sous la direction de saint Edmond et fonda une abbaye de religieuses augustines à Lay rock dans le Lancashire, dont elle fut la première abbesse.

(*) William Longespée ou Longsword 3e comte de Salisbury +1226, fils illégitime d'Henry II d'Angleterre.



Sainte Galle Vierge à Valence dans la vallée du Rhône (6ème s.)
Fort riche, elle ne jugea pas nécessaire de se retirer dans la solitude pour mener une vie d'austérité et de pauvreté. Les malheureux de toute condition venaient dans sa maison comme des amis et elle les servait, aidée de plusieurs jeunes femmes. Sa prière protégea sa ville au moment de l'invasion des Lombards. Elle ne survécut pas longtemps à cette délivrance miraculeuse.



Saint Guillaume Repin et ses compagnons martyrs durant la Révolution française (+ 1794)
Les uns furent guillotinés à Angers, d'autres, religieuses, hommes, femmes, jeunes filles, furent la plupart fusillés à Avrillé en Anjou. Nous les nommons dans ce calendrier à la date de leur martyre, même s'ils furent béatifiés puis canonisés ensemble. Ils sont fêtés ce même jour.



Saint Henri Morse Un des quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles (+ 1645)
Originaire du Suffolk en Angleterre, il se convertit au catholicisme et fit ses études au séminaire anglais de Douai en France, puis à Rome où il entra chez les jésuites. De retour à Londres, il soigna les victimes de la peste de 1636, ce qui n'empêcha pas son emprisonnement sous l'inculpation de trahison. Libéré, il reprit son apostolat neuf années durant. Arrêté de nouveau, il fut livré au martyr à Tyburn. Il fut canonisé en 1970 avec quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Quarante_martyrs_d%27Angleterre_et_de_Galles



Saint Jean de La Grille Evêque d'Aleth (+ 1163)
Il doit ce surnom à la grille qui entourait son tombeau, pour le protéger tant était grande la dévotion des pèlerins à son égard. Breton de naissance, il entra à Clairvaux et fit profession religieuse dans les mains de saint Bernard lui-même qui l'envoya en Bretagne pour fonder l'abbaye de Buzay et de Bégard. Nommé évêque d'Aleth, il transféra le siège épiscopal à Saint-Malo. Il resta ami de saint Bernard durant toute sa vie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Saint-Malo



Bienheureux Luigi Variara salésien (+ 1923)

"C'est de l'Italie, et précisément du diocèse d'Asti, qu'arriva en Colombie le Père Luigi Variara, salésien, disciple fidèle de Jésus miséricordieux et proche des déshérités. Dès le début de sa vie, il consacra ses jeunes énergies et la richesse de ses dons au service des lépreux. Premier salésien ordonné prêtre en Colombie, il réussit à réunir autour de lui un groupe de jeunes filles consacrées, dont certaines étaient lépreuses ou filles de lépreux et qui, pour cette raison, n'étaient pas acceptées dans les Instituts religieux. Avec le temps, ce groupe devint la Congrégation des Filles des Sacrés-Coeurs de Jésus et Marie, un Institut florissant présent dans divers pays."
Homélie du pape Jean-Paul II, dimanche 14 avril 2002.
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2002/documents/hf_jp-ii_hom_20020414_beatification_fr.html
Discours du pape Jean-Paul II aux pélerins réunis pour la béatification de six serviteurs de Dieu, lundi 15 avril 2002.
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/2002/april/documents/hf_jp-ii_spe_20020415_beatification_fr.html
Luigi Variara (1875-1923) biographie site du Vatican.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/2002/documents/ns_lit_doc_20020414_variara_fr.html
Voir aussi:
Soeurs des Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie.
http://religieuse.cef.fr/
Salésiens de Don Bosco.
[url] http://www.sdb.org/Index.asp?Lingua=4&MyURL=/centro.ASP[/url]



Saint Nil de Damas Martyr (+ 779)
Placé à douze ans chez un charpentier qui, de chrétien, était devenu musulman, il fut contraint de danser au cours d'un banquet ce qui fut considéré comme un acte d'adhésion à l'Islam. Neuf ans plus tard, son ancien patron le dénonça comme étant resté chrétien. Durant les tortures qui précédèrent sa décapitation, saint Nil dit à ses juges :"Je resterai chrétien. Il vous appartient de me frapper. A moi, il me revient de supporter les coups."



Saint Paul Trois Châteaux Evêque d'Arles (5ème s.)
Evêque de ce diocèse de la vallée du Rhône pendant quarante ans, il était originaire de Reims mais sa famille, fuyant les invasions barbares des Francs, s'installa dans la région d'Arles. Il gouverna son Eglise avec beaucoup de sagesse.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Paul-Trois-Ch%C3%A2teaux



Saint Pierre de Galatie (+ 404)
Son biographe, Théodoret de Cyr, dans son histoire des moines de Syrie en dit le plus grand bien, d'autant qu'il le connut. La mère de Théodoret, sous l'influence de saint Pierre, avait été guérie d'une grave maladie et, surtout, corrigée de sa tendance à une vanité fardée et trop coquette. Saint Pierre s'endormit dans la paix du Seigneur à l'âge de 99 ans.



Saint Pionius Martyr à Smyrne (+ 250)
Il périt sur le bûcher avec quinze compagnons, arrêtés lors de célébration du martyr de saint Polycarpe.



Saint Précord (6ème s.)
Un Ecossais qui vint dans la région de Soissons au temps du roi Clovis. Ermite, il y vécut ne s'occupant que de Dieu.



Bienheureux Reginald Doyen de la collégiale Saint Aignan d'Orléans (+ 1220)
Originaire de Saint-Gilles du Gard, il fit ses études puis enseigna le droit canonique à l'Université de Paris, de 1206 à 1211. Nommé doyen de la collégiale Saint Aignan d'Orléans, il rencontra saint Dominique lors d'un séjour à Rome et il en devint l'un de ses plus fervents disciples. Il contribua à l'établissement des Dominicains à Bologne et à Paris. Son culte fut confirmé en 1877.



Saint Saturnin et ses compagnons martyrs à Carthage (3ème s.)
Ils étaient tous encore catéchumènes, et la plupart d'entre eux, esclaves. Arrêtés, ils furent entassés dans un étroit cachot, les uns sur les autres, sans air et sans lumière, dans une atmosphère suffocante. Condamnés aux bêtes, ils reçurent ainsi le baptême du sang versé, avant d'être achevés par le glaive.



Saint Sever Evêque d'Avranches (7ème s.)
Né dans une humble famille chrétienne du Cotentin en Normandie, il fut emmené très jeune comme serf par un certain Corbec qui était encore païen. Ses vertus ébranlèrent son maître qui se convertit et le libéra. Séver put ainsi se retirer dans une solitude jusqu'au moment où son grand rayonnement et sa piété décidèrent les habitants d'Avranches d'en faire leur évêque. Une localité rappelle sa mémoire : Saint Sever-14380.

Autre biographie:
Fils d'une modeste famille de paysans installée dans le Cotentin, il passe toutes les années de sa jeunesse à garder les moutons comme berger. Devenu adulte, il entre en religion et gravit les échelons, occupant successivement les charges de prieur, prêtre, abbé et enfin évêque d'Avranches. À la fin de sa vie, il décide d’abandonner son siège pour redevenir simple moine (+ vers 690) Saint-Sévere d’Avranches est inscrit au 7 juillet dans certains calendriers.



Saint Sévère Evêque de Ravenne (+ 389)
Il défendit, contre l'arianisme, la foi en la divinité du Verbe de Dieu fait homme, définie au concile de Nicée. Il accompagna le légat pontifical lors du concile de Sardique en 344.
modeste tisserand, il est marié et père d’une fille. S’étant rendu à l’église où devait être élu le nouvel évêque, une colombe vient se poser sur sa tête. Malgré les hésitations de l’assemblée, il est finalement désigné et devient évêque de Ravenne



Saint Sigebert III Fils de Dabogert I (+ 656)


ou Sigebert, fils de Dagobert Ier.
Roi d'Austrasie (Nord Est de la France et région rhénane en Allemagne), il gouverna ses Etats avec sagesse et les dota de nombreux monastères pour y faire rayonner la foi. Il mourut à l'âge de vingt-cinq ans sans avoir connu beaucoup de succès durant son règne. Il fut inhumé dans l'église de Saint-Martin de Metz qu'il avait fondée. Il est également considéré comme le fondateur des abbayes de Malmédy et Stavelot en Belgique sur des terrains cédés par saint Remacle.

Autre biographie:
Fils aîné de Dagobert et frère de Clovis II. Baptisé à Orléans par Saint-Amand et éduqué sous la direction du Bienheureux Pépin de Landen, il est nommé d’Austrasie par son père alors qu’il n’est âgé que de trois ans. Après le décès de son père, survenu en 638, il accède officiellement au pouvoir, mais dans la réalité, le royaume est gouverné par Grimoald, le fils de Pépin. Davantage intéressé par les affaires religieuses que par les affaires d’état, Sigebert finit par se retirer totalement de la vie politique. Reconnu pour sa charité chrétienne et aimé de son peuple, il fonde plusieurs hôpitaux, monastères, églises, abbayes et hospices pour les pauvres. Il décède avant d’avoir atteint sa trentième année, laissant un fils, le futur Saint-Dagobert II .

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sigebert_III



Saint Torquat Au diocèse de Viviers (4ème s.)
Sa vie nous est inconnue, même s'il fut mentionné dans les livres liturgiques du diocèse de Viviers jusqu'au 18ème siècle.



Saint Tryphon, Martyr (244)

Ce glorieux Martyr du Christ était originaire de la ville de Lampsaque, en Phrygie (Asie Mineure). Ses parents, modestes mais pieux, lui inspirèrent dès son plus jeune âge l'amour des saintes vertus évangéliques, de sorte qu'il obtint très tôt de Dieu la grâce de guérir les hommes et les animaux de leurs maladies, et de chasser les esprits impurs, tout en restant dans l'humble condition de gardien d'oies. Au temps du règne de l'empereur Gordien (238-244), un démon furieux prit possession de la fille du souverain, sans que ni les médecins ni les mages ne puissent rien faire pour elle. Le démon s'écria un jour : « Seul Tryphon a la force de me déloger! » Gordien envoya aussitôt des émissaires dans tout l'Empire à la recherche de ce guérisseur. L'ayant trouvé en train de garder paisiblement ses oies, ils emmenèrent à Rome le jeune garçon de dix-sept ans. Dès son arrivée, Tryphon expulsa le démon par la puissance de sa prière, et le fit apparaître aux habitants de la ville sous la forme d'un chien noir et répugnant, afin qu'il confesse, qu'instrument de Satan, le père de tout mal, il n'avait, lui et les siens, aucun pouvoir contre les Chrétiens. L'empereur reconnaissant couvrit Tryphon de présents que le Saint distribua aux pauvres sur le chemin du retour vers sa patrie. Il reprit en paix ses activités, répandant autour de lui miracles et bénédictions divines, jusqu'au temps de la persécution de Dèce (250). Il fut alors dénoncé au préfet de l'Orient, Akylin, comme un dangereux promoteur du Christianisme. Il se livra de lui-même aux soldats qui avaient été envoyés pour l'arrêter, et se présenta radieux à Nicée, de vant le tribunal, méprisant avec assurance les flatteries du préfet comme ses menaces. Il fut d'abord attaché au poteau de torture et frappé pendant trois heures à coups d'épées de bois, qui servaient à l'exercice des soldats. Comme il semblait rester étranger à la souffrance, le tyran le fit ensuite attacher derrière son cheval et l'obligea à courir pieds nus sur les chemins rocailleux et verglacés. Puis, de retour à Nicée, comme il refusait d'adorer l'image de l'empereur, on lui planta des clous dans les pieds et on le traîna ainsi au milieu de la ville. Mais l'amour du Christ transformait les souffrances du jeune Martyr en de divines délices1 , et le spectacle de ces tortures ne faisait qu'attirer l'admiration de la foule. Les soldats s'acharnaient à lui déboîter les membres, à le frapper de verges et à lui brûler tout le corps avec des torches, mais le Saint endurait tout avec joie, en priant pour ses bourreaux. Et soudain, une couronne de fleurs, ornée de pierres précieuses, descendit du ciel pour se poser sur sa tête. Akylin, impuissant et ridicule, ordonna alors de le décapiter en-dehors de la ville. Mais, avant même que le bourreau n'abatte son glaive meurtrier, le Saint Martyr rendit son âme à Dieu. Les Chrétiens de Nicée se précipitèrent pour honorer sa précieuse dépouille, mais le Saint leur apparut pour leur révéler que sa place était dans sa patrie. C'est donc à Lampsaque qu'il fut enseveli et qu'il accomplit de nombreux Miracles au cours des siècles. Il est invoqué pour la protection des jardins et des cultures contre les sauterelles, les reptiles et toutes sortes d'autres bestioles nuisibles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Tryphon

1. Tryphie signifie "délices".



Sainte Viridiane Recluse en Toscane (+ 1247)
qui, après avoir multiplié les vivres au temps d'une famine, voulut échapper à l'enthousiasme populaire en vivant en recluse à Castel-Florentino en Toscane (Italie). Ses extases lui donnaient une grande joie intérieure. Saint François d'Assise vint la voir en 1221 pour s'en réjouir avec elle et la réconforter dans les tourments spirituels qu'elle connaissait.

Bouquet spirituel: «Si quelqu'un vous frappe sur la joue droite, présentez-lui encore la gauche.» Mt. 5, 39

S. Ignace, Martyr

SAINT IGNACE
Patriarche d'Antioche, Martyr

Certains auteurs assurent qu'Ignace fut ce petit enfant que Notre-Seigneur plaça au milieu des Apôtres lorsque, pour leur donner une leçon d'humilité, Il leur dit: Si vous ne devenez semblables à de petits enfants, vous n'entrerez jamais dans le royaume des Cieux. Ce qui est certain, c'est qu'il était un familier des premiers disciples du Sauveur, disciple lui-même de saint Jean, l'Apôtre bien-aimé.

Ignace fut un grand évêque, un homme d'une rare sainteté; mais sa gloire est surtout son martyre. Conduit devant l'empereur Trajan, il subit un long interrogatoire:

"C'est donc toi, vilain démon, qui insultes nos dieux?
-- Nul autre que vous n'a jamais appelé Théophore un mauvais démon.
-- Qu'entends-tu par ce mot Théophore?
-- Celui qui porte Jésus-Christ dans son coeur.
-- Crois-tu donc que nous ne portons pas nos dieux dans notre coeur?
-- Vos dieux! Ce ne sont que des démons; il n'y a qu'un Dieu Créateur, un Jésus-Christ, Fils de Dieu, dont le règne est éternel.
-- Sacrifie aux dieux, je te ferai pontife de Jupiter et père du Sénat.
-- Tes honneurs ne sont rien pour un prêtre du Christ."

Trajan, irrité, le fait conduire en prison. "Quel honneur pour moi, Seigneur, s'écrie le martyr, d'être mis dans les fers pour l'amour de Vous!" et il présente ses mains aux chaînes en les baisant à genoux.

L'interrogatoire du lendemain se termina par ces belles paroles d'Ignace: "Je ne sacrifierai point; je ne crains ni les tourments, ni la mort, parce que j'ai hâte d'aller à Dieu."

Condamné aux bêtes, il fut conduit d'Antioche à Rome par Smyrne, Troade, Ostie. Son passage fut partout un triomphe; il fit couler partout des larmes de douleur et d'admiration:

"Je vais à la mort avec joie, pouvait-il dire. Laissez-moi servir de pâture aux lions et aux ours. Je suis le froment de Dieu; il faut que je sois moulu sous leurs dents pour devenir un pain digne de Jésus-Christ. Rien ne me touche, tout m'est indifférent, hors l'espérance de posséder mon Dieu. Que le feu me réduise en cendres, que j'expire sur le gibet d'une mort infâme; que sous la dent des tigres furieux et des lions affamés tout mon corps soit broyé; que les démons se réunissent pour épuiser sur moi leur rage: je souffrirai tout avec joie, pourvu que je jouisse de Jésus-Christ." Quel langage et quel amour!

Saint Ignace, dévoré par un lion, répéta le nom de Jésus jusqu'au dernier soupir. Il ne resta de son corps que quelques os qui furent transportés à Antioche.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.



Les Églises font mémoire...

Anglicans : Brigitte (+ env. 525), abbesse de Kildare

Coptes et Ethiopiens (23 tubah/terr): Timothée, apôtre (Église copte)

Luthériens : Klaus Harms (+1855), restaurateur de l’Église en Basse-Saxe

Maronites : Eutychien (IIIe s.), pape

Orthodoxes et Gréco-catholiques : Vigile de la Rencontre de Notre Seigneur Jésus Christ ; Tryphon de Lampsaque (+250), martyr

Syro-occidentaux : Jean Bar Abdun (+1033) patriarche d’Antioche

Syro-orientaux : Ignace d’Antioche (+ env. 115), évêque et martyr (Église malabar).
Par echosdelabastide - Publié dans : Calendrier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés