29 janvier

Publié le par echosdelabastide

Le 29 janvier est le 29e jour de l'année du calendrier grégorien.

Il reste 336 jours avant la fin de l'année ; 337 jours si l'année est bissextile.

C'était généralement le jour de la cognée, 10e jour du mois de Pluviose, dans le calendrier républicain français.

Dictons 

« S'il gèle à la Saint-Sulpice, le printemps sera propice. »[4

Célébrations 


Saints chrétiens 

Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour
Saints orthodoxes[3] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Gildas et ses dérivés : Gweltaz, Weltaz, etc.

Et aussi aux :


Saint Gildas Abbé en Bretagne (+ 570)

Ce noble breton voit le jour en Ecosse vers la fin du 5ème siècle, l'année où les Bretons romanisés battent les Saxons envahisseurs. D'après nombre d'hagiographes, il aurait étudié dans un monastère du pays de Galles, sous la direction d'un disciple de saint Germain l'Auxerrois. Ordonné prêtre en 518, cet apôtre, surnommé "le sage", convertit d'abord ses compatriotes par une éloquence sacrée aussi simple qu'efficace. Avec le même succès, il passe en Irlande (saint Colomban d'ailleurs lui rendra hommage) pour aboutir en Armorique, la petite Bretagne continentale. D'abord installé dans l'île d'Houat, il va vivre en ermite dans la presqu'île de Rhuys qui ferme, au sud, le golfe du Morbihan. Il y fondera une abbaye qui porte aujourd'hui son nom et où on l'honore toujours. Abélard, le savant théologien du Moyen Age, en sera l'abbé au XIIème s. Troublé par l'effondrement de la civilisation romaine sous les coups successifs des envahisseurs saxons, il écrit :"De la ruine de la Bretagne" ouvrage qui connaîtra un grand succès durant tout le haut Moyen Age.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Gildas
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.maryjones.us%2Fctexts%2Fgildas06.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Saint-Gildas_de_Rhuys



Saint Abib Martyr de Samosate en Mésopotamie (4ème s.)
ou Habib et les martyrs de Samosate en Mésopotamie : Hyperéchios, Philothée, Jacques, Julien, Romain et Parégorios. Durant la campagne contre les Perses, ils furent arrêtés, car les chrétiens étaient suspectés de connivence avec les ennemis des Romains. L'empereur Maximien ordonna qu'ils soient tous crucifiés.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Habib



Bienheureuse Agnès de Bagno Soeur camaldule en Toscane, à Bagno de Romagne (+ v. 1105)
Elle fut, sans aucun doute, une bonne religieuse puisque son culte fut confirmé en 1823, à la demande de son Ordre. Ses reliques se trouvent encore au village de Pereto.



Saint Aphraate le Perse A Antioche (4ème s.)
Il vint de son pays pour se faire baptiser à Edesse puis il s'en fut jusqu'à Antioche dont la communauté chrétienne était divisée par l'hérésie d'Arius. Il s'installa non loin de la ville, mais par son rayonnement et son autorité spirituelle, il ramena bien des fidèles à la foi orthodoxe.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjanvier/janv29.html



Saint Aquilin de Milan (584, 650, 784, voire 1015, selon les sources)
Prêtre d’origine bavaroise, il passe quelque temps à Cologne avant de se rendre à Paris, à Pavie, et enfin à Milan, où il devient prédicateur. Particulièrement voué à la conversion des ariens, il est assassiné par l’un d’entre eux, un jour qu’il était en train de prier dans l’église Ambrosienne. La date de sa mort est difficile à établir.



Saint Arnoul Martyr en Flandres (8ème s.)
Originaire de Cysoing dans les Flandres, au diocèse de Tournai, il a bel et bien existé. Il était soldat et fut martyrisé parce qu'il était soldat. Mais, en dehors de cette certitude, sa vie est assez légendaire. Ce qui n'empêche pas le martyrologe romain de le mentionner à cette date.



Saint Barsimée Evêque d'Edesse (2ème s.)
Il avait aidé les saints Sarbel et Barbée. Arrêté à son tour, battu de verges, jeté en prison, il fut libéré grâce à l'édit de tolérance qu'avait publié l'empereur Trajan. Il put ainsi devenir évêque d'Edesse et vivre en paix jusqu'à sa mort.



Sainte Blath de Kildare religieuse (+ v. 523)
ou Flora. Religieuse du monastère de sainte Brigitte à Kildare en Irlande. Elle était réputée pour sa dévotion et sa sainteté de même que pour ses qualités de cuisinière et son dévouement envers sainte Brigitte.



Saint Constance Evêque de Pérouse en Italie (+ 180)
Evêque de Pérouse en Italie, non loin d'Assise, il sera emprisonné pour sa foi chrétienne. Il convertit ses gardiens qui le libérèrent et, de cette façon, il put compléter leur instruction chrétienne.



Saint Dallan Forgaill martyr (+ 598)

Né dans le Connaught en Irlande, parent de saint Aidan de Fernes, il était connu pour sa culture littéraire et ses talents de poète. Il devint aveugle à force d'étudier. On lui attribue "Ambra Choluim Kille" poème en l'honneur de saint Colomba publié après la mort de celui-ci. Il mourut tué par des pirates à Iniscol. La légende rapporte qu'il aurait récupéré sa tête jetée à la mer.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dallan_Forgaill



Saint Dimitrios de Chios Martyr à Chios (+ 1802)
Il quitta son île natale pour s'installer à Constantinople chez son frère aîné qui était négociant. Ce qui ne dura qu'un temps. Chassé par lui, il voulut soutirer quelques créances qu'un riche turc devait à son frère. Reçu par la jeune fille de la maison, il succomba à ses charmes et renia sa foi chrétienne. Quand sa conscience s'éveilla quelques mois plus tard, il hésita d'abord à confesser son apostasie et à affirmer sa foi en Jésus-Christ. Après vingt jours d'hésitation, il se rendit devant le juge, jeta à terre son turban et se déclara chrétien. Jeté en prison, soumis à la torture durant son interrogatoire et tenté par les cajoleries de la jeune fille, il maintint sa décision, s'agenouilla calmement devant le billot et inclina sa tête sous le glaive du bourreau.



Bienheureuse Imaine de Loss abbesse bénédictine (+ 1270)
Abbesse de Salzinnes près de Namur en Belgique, puis de Flines dans le diocèse de Cambrai. Elle apporta son support à sainte Julienne de Cornillon pour l'institution de la fête du Corps du Christ.
"Imaine de Loss fut la seconde épouse de Godefroi III, duc de Louvain. Devenue veuve, elle fut abbesse de Sainte-Catherine d'Eisenach."
(source: Histoire de Hainaut Par Jacques de Guyse)
http://books.google.fr/books?id=D4IBAAAAYAAJ&pg=RA1-PA430&lpg=RA1-PA430&dq=sainte+%22Imaine%22+de+Loss&source=web&ots=6yzW9VrhKt&sig=OrM9jv8CRass-VUI0xD-eDn0oYQ&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=9&ct=result
fêtée le 29 janvier ou le 21 octobre.



Saint Laurent de Kiev Evêque de Tourov (+ 1194)
Il commença sa vie monastique dans les grottes de la laure de Kiev, mais comme on n'y voulait plus de reclus, il se retira dans un autre monastère. Par la suite, il devint évêque de Tourov et c'est là qu'il s'endormit dans la paix du Seigneur.



Saint Papias et Saint Maur Soldats de l'armée romaine (3ème s.)
Tous deux étaient soldats dans l'armée romaine et plutôt que de brûler l'encens devant la statue de l'empereur en signe d'allégeance militaire, ils préférèrent suivre le Christ. Ils furent livrés au martyre, à Rome, sur la via Nomentana.



Saint Sarbel et sa soeur sainte Barbée (2ème s.)
Sarbel était prêtre païen à Edesse en Syrie. Il consentit à perdre tous les profits qu'il retirait des richesses de son culte et de son temple pour obtenir la richesse du Christ au prix de son martyre.

Autre biographie:
Prêtre païen à Édesse, il est converti puis baptisé par l’évêque Barsimée, juste au moment où débute la persécution de Trajan. Arrêté, il subit plusieurs tourments avant d’être décapité. Sa sœur Barbée, qui avait assisté à la scène, vient ensuite se recueillir sur la dépouisse de son frère et confesse sa foi, ce qui lui vaut d’être exécutée sur le champ.



Sainte Savine Soeur de saint Savinien (+ 313)
Elle était la soeur de saint Savinien dont nous parlons ce même jour. C'est en revenant de Rome qu'elle apprit le martyre de son frère. Elle se rendit sur sa tombe et c'est là qu'elle mourut en rendant grâce à Dieu, selon le récit d'un antique martyrologe du diocèse de Troyes.

Un internaute nous écrit: "
Il y a un vitrail à son effigie dans la cathédrale de Troyes. Et une commune de l'agglomération troyenne porte son nom. L'église de Sainte-Savine conserve notamment le sarcophage de Ragnégisile, évêque de Troyes du VIIè siècle, qui fit rechercher les reliques de la sainte."



Saint Savinien Martyr à Rilly, près de Troyes en Champagne (+ 275)
Martyr à Rilly, près de Troyes en Champagne, à l'époque des persécutions de l'empereur Aurélien. Il était grec, originaire de Samos, selon la tradition. Jeté en prison, il convertit plusieurs de ses gardiens qui devinrent aussi des témoins de la foi par leur martyre. Après eux, Savinien fut mis à nu pour qu'aucune partie de son corps n'échappe aux coups des grosses cordes qui le déchiquetaient. Et comme il résistait toujours, le juge le couronna d'un casque rougi au feu, puis le fit décapiter.

Autre biographie:
Originaire de l’île de Samos (Grèce), il est le fils d’un couple païen et le frère de Sainte-Sabine. Après avoir découvert le christianisme dans le cadre de ses études, il est bientôt conquis et envisage sérieusement de se convertir. Cependant, craignant la colère de son père, il quitte son pays pour se rendre en Gaule. Arrivé à Troyes, il est accueilli par Saint-Patrocle, qui lui administre ensuite le baptême. Savinien se consacre ensuite à la prédication et réussit à opérer de nombreuses conversions. Mais lorsque l’empereur Aurélien arrive dans la région au cours d’une tournée qu’il effectue dans le pays, il arrête Savinien à Rilly et le soumet à divers supplices avec de le décapiter.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Savinien_de_Rilly



Saint Sulpice évêque (+ 591)
Sulpice Severi est issu des premiers sénateur des Gaules, il fut élu après la mort de Rémy en l'an 584 à la recommandation du Roi Gontran. Il assista au second concile de Mâcon en l'an 585 et à celui d'Auvergne en 586. Il mourut en 591 et fut inhumé en l'église de Saint Julien puis ses restes transférés en celle de Saint Ursin le 29 janvier, date retenue pour sa fête.
Il ne doit pas être confondu avec saint Sulpice Sévère, qui figura quelques siècles dans le martyrologe romain.
Voir aussi sur le site internet du diocèse de Bourges:
Les Archevêques de Bourges du IIIème siècle au IXème siècle.
http://catholique-bourges.cef.fr/histoire/archeveques/arch1/sulpice1.htm



Saint Sulpice Sévère Disciple de saint Martin (+ 410)
Originaire d'Agen en Aquitaine, il exerça d'abord la profession d'avocat. A la mort de sa jeune épouse, (d'aucuns disent même avant) il prit l'habit monastique, sur les conseils de saint Martin de Tours, dont plus tard il écrira la vie, qui est le document historique le plus authentique sur le "convertisseur de la Gaule". Sa belle-mère lui fit don d'un petit domaine non loin de Carcassonne. Il y passera le reste de sa vie, écrivant de nombreux ouvrages, correspondant avec saint Jérôme, saint Paulin de Nole et bien d'autres personnages célèbres.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sulpice-S%C3%A9v%C3%A8re



Saints Vincent et Domnin Evêques (4ème s.)

Saint Domnin évêque 364-380. Saint Vincent évêque 380-394
Saint Domnin et saint Vincent de Digne, premiers évêques de Digne. Ils étaient berbères d'Afrique du Nord et faisaient partie avec saint Marcellin d'une des premières équipes missionnaires envoyées pour évangéliser la Provence.
"Les fondateurs du diocèse de Digne ont été saint Vincent et saint Domnin."
(source: diocèse de Digne, Riez et Sisteron)
http://catho04.cef.fr/decouvrir/histoire/r2/r3/histoire-1.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Vincent_de_Digne
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_saints_chr%C3%A9tiens_d%27Afrique_du_Nord

Bouquet spirituel: Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau... Mt. 5,14-15

Saint François de Sales

SAINT FRANÇOIS de SALES
Évêque et Docteur de l'Église
(1567-1622)

Saint François de Sales naquit au château de Sales, en Savoie, de parents plus recommandables encore par leur piété que par la noblesse de leur sang. Nommer ce saint, c'est personnifier la vertu de douceur; il fut le saint aimable par excellence et, sous ce rapport particulièrement, le parfait imitateur de Celui qui a dit: "Apprenez de Moi que Je suis doux et humble de coeur." Ce sera là toujours le cachet et la gloire de François de Sales.

Toutes les vertus, du reste, lui étaient chères, et sa vie, depuis son enfance, nous en montre le développement progressif, constant et complet. Jeune enfant, au collège, il était le modèle de ses condisciples, et dès qu'ils le voyaient arriver, ils disaient: "Soyons sages, voilà le saint!"

Jeune homme, il mena la vie des anges. Prêtre, il se montra digne émule des plus grands apôtres, par ses travaux et par les innombrables conversions qu'il opéra parmi les protestants. Évêque, il fut le rempart de la foi, le père de son peuple, le docteur de la piété chrétienne, un Pontife incomparable.

Revenons à sa douceur; elle était si étonnante que saint Vincent de Paul pouvait dire: "Que Dieu doit être bon, puisque l'évêque de Genève, Son ministre est si bon!" Un jour ses familiers s'indignaient des injures qu'un misérable lui adressait, et se plaignaient de le voir garder le silence: "Eh quoi! dit-il, voulez-vous que je perde en un instant le peu de douceur que j'ai pu acquérir par vingt ans d'efforts?"

"On disait communément, écrit sainte Jeanne de Chantal, qu'il n'y avait pas de meilleur moyen de gagner sa faveur que de lui faire du mal, et que c'était la seule vengeance qu'il sût exercer." -- "Il avait un coeur tout à fait innocent, dit la même sainte; jamais il ne fit aucun acte par malice ou amertume de coeur. Jamais on n'a vu un coeur si doux, si humble, si débonnaire, si gracieux et si affable qu'était le sien."

Citons quelques paroles de François lui-même: "Soyez, disait-il, le plus doux que vous pourrez, et souvenez-vous que l'on prend plus de mouches avec une cuillerée de miel qu'avec cent barils de vinaigre. S'il faut donner en quelque excès, que ce soit du côté de la douceur." -- "Je le veux tant aimer, ce cher prochain, je le veux tant aimer! Il a plu à Dieu de faire ainsi mon coeur! Oh! Quand est-ce que nous serons tout détrempés en douceur et en charité!"

Saint François de Sales mourut à Lyon, le jour des saints Innocents.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.



Les Églises font mémoire...

Coptes et Ethiopiens (20 tubah/terr) : Prochore (1er s.), un des 72 disciples (Église copte)

Luthériens : Théophile Wurm (+1953), évêque dans le Württemberg

Maronites : Hippolyte (IIIe s.), prêtre et martyr ; Pallade (IV-Ve s.), anachorète

Orthodoxes et gréco-catholiques : Translation des reliques d’Ignace le Théophore (+ env. 115), hiéromartyr ; Damascène de Gabrovo (+1771), néomartyr (Église serbe)

Syro-orientaux : François de Sales (+1622), évêque (Église malabar)

Publié dans Calendrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article