24 janvier

Publié le par echosdelabastide

Le 24 janvier est le 24e jour de l'année du calendrier grégorien.

Il reste 341 jours avant la fin de l'année, 342 jours si l'année est bissextile.

C'était généralement le jour du taureau, 5e jour du mois de Pluviose, dans le calendrier républicain français.

Dictons

« Neige de Saint-Babylas, bien souvent on s'en lasse. »[4] (dicton en Anjou)

Célébrations 

Saints chrétiens 

Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour
Saints orthodoxes[3] du jour
  • David († 1130), David II le Bâtisseur dit aussi « le Reconstructeur » ou « le Réparateur » roi de Géorgie

dans le Caucase, édifia le monastère de Guélati où il mourut ; fêté le 26 janvier en Orient.

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • François et ses dérivés : Fanch, Francelin, Francès, Francesco, Francet, Francis, Francisco, Franck, Franckie, Frank, Franz', Frantz, etc.

Et aussi aux :


Saint François de Sales Evêque de Genève (+ 1622)

Fils d'une noble famille savoyarde restée catholique en pays calviniste, il était destiné à un brillante carrière juridique. Son père l'envoie étudier à Paris. Mais il y découvre la théologie et les problèmes de la prédestination, soulevés par les calvinistes. Scrupuleux, il se croit prédestiné à être damné. Le désespoir le submerge jusqu'au jour où il découvre le "souvenez-vous", la prière mariale attribuée à saint Bernard. Il retrouve la paix et ce sera l'un des grands messages de sa vie quand il pacifiera sainte Jeanne de Chantal, puis quand il écrira son "Introduction à la vie dévote".
Prêtre, puis évêque de Genève, il réside à Annecy, car Genève est la "Rome" des calvinistes. Il fréquente les plus grands esprits catholiques de l'époque, soutient la réforme des carmels de sainte Thérèse d'Avila, la fondation de l'Oratoire français par Pierre de Bérulle (1611) - l'Oratoire avait été fondé à Rome en 1564 par saint Philippe Néri.
Lui-même fonde l'Ordre des Visitandines pour mettre la vie religieuse à la portée des femmes de faible santé. Son "introduction à la vie dévote" est un ouvrage qui s'adresse à chaque baptisé. Il y rappelle que tout laïc peut se sanctifier en faisant joyeusement son devoir d'état, en lequel s'exprime la volonté de Dieu. Il est le patron des journalistes car il écrivit de nombreuses feuilles imprimées qui sont des "gazettes" pour s'adresser aux calvinistes qu'il ne peut rencontrer.
- Le diocèse d'Annecy dans l'histoire: un passé empreint de Dieu: les hommes qui ont compté.
http://catholique-annecy.cef.fr/pages/3_je_decouvre_la_haute_savoie/3_3_2_les-homes-qui-ont-compte.php
- François de Sales, patron du diocèse d’Annecy et des journalistes à Annecy
http://catholique-annecy.cef.fr/annecy/actualite.php?detail=1&ident=83275
François de Sales s’épuisera une bonne partie de sa vie au service de Dieu et des hommes. Ordonné à 35 ans, il ne s’épargnera rien pour annoncer l’évangile : ni visites dans son diocèse, ni catéchèses des petits enfants, ni visites aux condamnés, ni voyages apostoliques... C'est l'époque où l'Église romaine, face au protestantisme et à la doctrine de la prédestination, reprend courage et se lance dans le grand mouvement de la Contre-Réforme.
Il entreprend d'écrire des lettres personnelles aux gens qu'il ne peut atteindre. Puis il fait appel à l'imprimerie pour éditer des textes qu'il placarde dans les endroits publics et distribue sous les portes. Ces publications périodiques imprimées sont considérées comme le premier " journal " catholique du monde, et c’est pourquoi François de Sales est le patron des journalistes. Furent ainsi publiés les "Méditations", les "Épîtres à Messieurs de Thonon", et les "Controverses". Et pour toucher les illettrés, il se met à prêcher sur les places, au milieu des marchés...
- François de Sales en quelques images (diocèse d'Annecy)
http://catholique-annecy.cef.fr/annecy/popup_photo.php?id_photo=80639

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/01/24.php
http://www.salesien.com/bosco/fdsales.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_Sales
http://jesusmarie.free.fr/francois_de_sales.html
http://www.francoisdesales.org/
http://www.osfs-france.net/
http://moulins.visitation.free.fr/
http://regard.visitation.free.fr/index.php?page=home
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/01/29/index.html



Bienheureuse Marie Poussepin Fondatrice de la congrégation des Dominicaines de la Présentation (+ 1744)

Née le 14 octobre 1653 à Dourdan en pays chartrain, elle s'occupe tout d'abord de la fabrique familiale dont elle fait l'une des principales entreprises de France, en tout cas, l'une des plus avancées sur le plan social. Elle laisse l'entreprise à ses frères pour fonder la congrégation des Dominicaines de la Présentation,
http://www.diocesedetours.catholique.fr/index.php
religieuses qu'elle destine au service des paroisses et à l'éducation des jeunes filles en milieu rural. Son dynamisme s'accompagnait d'une grande humilité et d'une grande charité envers tous ceux et celles qu'elle approchait.
Décédée le 24 janvier 1744.
Béatifiée le 20 novembre 1994.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_Poussepin

Marie Poussepin 'de Dourdan au Vatican
http://evry.catholique.fr/Marie-Poussepin?var_recherche=Marie%20Poussepin

Marie Poussepin - la parole et la charité.
http://xml.epiphanie.org/Dominicains/lettre_de_saintjacques/lsj117.pdf
À Sainville dans le pays chartrain, en 1744, la bienheureuse Marie Poussepin, vierge. Pour venir en aide aux pasteurs d’âmes, pour la formation des jeunes filles et les secours à porter aux pauvres et aux malades, elle fonda la Congrégation des Soeurs dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge.



Saint Babylas Evêque et martyr à Antioche (+ 250)
et ses compagnons les saints Agapios et Timothée, originaires d'Antioche. Baylas était devenu prêtre à Rome et avec deux de ses disciples, il s'enfuit en Sicile pour échapper à la persécution. Ils y furent arrêtés et martyrisés par décapitation.

Autre biographie:
Nommé évêque d’Antioche en 237, il est particulièrement connu pour avoir refusé l’accès à l’église à l’empereur Philippe l’Arabe, qui venait d’assassiner son prédécesseur. Lorsque survient la persécution de Dèce, en 250, Babylas est arrêté puis lourdement enchaîné dans une prison, où il décède des suites de ses conditions de détention.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Babylas_d%27Antioche



Saint Bertran Abbé à Cambrai (3ème s.)
ou Bertrand. Fêté dans le diocèse de Cambrai où il fut abbé d'un monastère. Il accompagna saint Omer dans ses courses apostoliques.

Autre biographie:
St-Bertrand (Ebertram) Originaire de Coutances, il devient un disciple de Saint-Bertin de Luxeuil puis il accompagne Saint-Omer dans sa mission d’évangélisation des populations du nord de la France et des Flandres. Il entre ensuite à l’abbaye de Saint-Quentin, dont il devient l’abbé (VIIe siècle).



Saint David d'Arménie (+ 694)
Fils d'un père perse et d'une mère arménienne de religion musulmane qui demeuraient en Perse centrale, il fit campagne en Arménie dans l'armée perse. Retrouvant les racines de son peuple et admirant sa foi, il prit la décision de se convertir. Il eut l'accord du gouverneur. Il vécut ainsi en paix jusqu'à l'âge de soixante ans. Vint un nouveau gouverneur en 693, fanatiquement hostile aux chrétiens. Il somma David de revenir à l'Islam. Devant son refus, il le condamna à mourir crucifié.
(Père de famille, il fut martyrisé à Dwin en Arménie lors de l'occupation et des persécutions des musulmans.) fêté le 23 décembre en Orient et le 24 janvier en Occident.



Saint David le Bâtisseur (+ 1130)
L'Eglise latine le fête, dans son martyrologe, le 24 janvier et les Eglises d'Orient ce 26 janvier. Il était roi d'Ibérie, c'est-à-dire la Géorgie intérieure et roi d'Abkhazie, région maritime qui connut très tôt des communautés chrétiennes. David multiplia les monastères qui furent des foyers culturels importants, conservant la tradition d'Antioche, multipliant les manuscrits, transmettant les Pères de langue syriaque. Saint David est l'un des plus grands rois de la Géorgie. Il mourut au monastère de Guelati qui renaît depuis quelques années après avoir été détruit durant l'occupation soviétique.
(Le roi David III, en Géorgie dans le Caucase, a donné à son peuple le témoignage d'une foi intense, d'un grand amour de la justice et d'un grand courage contre les ennemis perses. Il édifia le célèbre monastère de Guélati où il finit ses jours.)



Saint Félicien (+ 251)
Evêque de Foligno. Après de brillantes études à Rome, il retourna évangéliser avec succès son propre pays, l'Ombrie en Italie, et c'est là qu'il sera martyrisé.

Autre biographie:
Originaire de Foligno (Italie), il devient disciple du pape Saint-Éleuthère, avant d’être nommé évêque de sa ville natale. Il est le premier évêque à recevoir le pallium, ornement sacerdotal qui était jusqu’alors réservé aux papes. Lorsque survient la persécution de Dèce, il est arrêté et sommé de renier sa foi. Ayant refusé, il est soumis au supplice puis transféré à Rome où il est exécuté. La ville de Foligno s’est développée autour de l’église qui avait été bâtie près de son tombeau (158-250)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9licien_de_Foligno



Saint Guasacht d’Irlande (IVe siècle)
Fils de Maelchu, l’ancien maître de Saint-Patrick, lorsque celui-ci était encore esclave. Après la mort de son père, qui s’est fort probablement suicidé mettant le feu à sa maison après d’y être barricadé, Guasacht devient un disciple de Saint-Patrick qu’il accompagne dans sa mission d’évangélisation de l’Irlande. Quelques années plus tard, il est nommé évêque de Granard.



Bienheureux Guillaume (+ 1679)
et le bienheureux Jean Grove. Guillaume Ireland était originaire du Lincolnshire en Angleterre. Après des études au séminaire anglais de Saint-Omer, il entra dans la Compagnie de Jésus. Arrêtés pour un soi-disant complot papiste contre le roi Charles II, ils furent tous deux pendus à Tyburn-Londres puis écartelés selon la tradition. Ils furent béatifiés en décembre 1929.

Autre biographie:
(Bienheureux) Originaire du Lincolnshire (Angleterre), William Iremonger effectue ses études au collège anglais de Saint-Omer, en France avant d’être admis chez les Jésuites, en 1655. Il passe quelques années au couvent des clarisses de Gravelines en qualité de confesseur puis il est envoyé en Angleterre, en 1677. L’année suivante, il est faussement accusé de complicité dans le fameux ‘complot papiste‘ de Titus Oates. Arrêté, il est condamné à mort par pendaison (1636-1679)



Saint Jean de Kazan (+ 1529)
Pris en otage à Nijni-Novgorod par les Tatars, il n'était qu'un enfant. Il subit de violentes pressions pour se convertir à l'Islam. Il refusa malgré les tortures et fut décapité par les Tatars qui ne tinrent pas compte de son jeune âge.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nijni-Novgorod



Saint Léobard Reclus à Marmoutier (+ 593)
ou Libert. Cet auvergnat, dans sa jeunesse, ne connut point de soucis matériels. Il se laissait vivre tout en étudiant les belles-lettres. Mais il ne songeait pas au mariage. Aussi quand son père lui proposa une belle jeune fille, il se borna à prolonger les fiançailles pour ne pas avoir à s'opposer à son père, qui, sur ces entrefaits, mourut. Léobard fit cadeau de sa fiancée à son frère et s'en fut en pèlerinage au tombeau de saint Martin à Tours. C'est là qu'il fit connaissance de saint Grégoire de Tours, l'historien, son compatriote auvergnat qui devint pour toujours son ami. Il trouva son bonheur dans la solitude, installé dans une grotte, passant les vingt-deux ans de sa vie dans la prière et les études des Saintes Ecritures. Pour gagner sa vie, il fabriquait des parchemins. Pour se cultiver, il avait à sa disposition la riche bibliothèque de son ami. Pour vivre l'Evangile, il réconfortait les âmes affligées.



Saint Macédoine (+ 430)
Il vécut près de 70 ans, en ermite près d'Antioche. L'évêque l'ayant ordonné prêtre de force, saint Macédoine obéit, mais il se montra si maladroit dans les rites des Saintes Liturgies qu'on le laissa repartir dans sa chère solitude. L'historien Théodoret qui le connaissait nous rapporte que, durant ces liturgies, il restait en extase.
Selon la légende, il aurait passé 40 ans à se nourrir uniquement de graines concassées mélangées avec de l’eau.



Saint Manchan (+ v. 653)
Abbé du monastère de Liath-Manchain, en Irlande, le martyrologe romain célèbre en particulier ses commentaire de l'Ecriture Sainte.



Saint Marcolin de Forli Religieux dominicain (+ 1397)
Moine de l'ordre des prêcheurs au couvent de Forli (Italie du Nord), il se dévouait aux taches humbles et à la prière, au service des pauvres et au soin des enfants.
Déclaré bienheureux en 1756.

Autre biographie:
Originaire de Forli, il devient moine dominicain dès l’âge de 10 ans. Il s’est surtout distingué pour son extrême assiduité à pratiquer une piété presque exclusivement contemplative. Selon la légende, sa mort est annoncée à la population par un ange. De nombreux miracles ont été rapportés sur son tombeau.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcolin_de_Forli



Saint Néophyte le Reclus (+ 1183)
Originaire de Chypre à l'époque des croisades, il se retira à Paphos après plusieurs pèlerinages en Terre Sainte. Là dans des grottes, avec des disciples, il y vécut dans l'ascèse la plus grande. Saint Néophyte a laissé un grand nombre d'écrits ascétiques, hagiographiques et des homélies pour de nombreuses fêtes de l'année liturgique.
http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9ophyte



Saint Paul Chong (+ 1840)
Jeune martyr coréen, à Séoul.



Bienheureuse Paule Gambara Costa Veuve (+ 1515)
Originaire de Brescia en Italie du Nord, elle épousa à douze ans un jeune noble qui la maltraitait. Il s'opposait à ses oeuvres de charité, un peu exagérées sans aucun doute, et la trompait sans vergogne. Tertiaire de l'Ordre franciscain, elle transforma lentement son époux avec une grande patience. Elle mourut épuisée par les pénitences qu'elle s'imposait. Son culte fut confirmé en 1845.



Saint Suran (6ème s.)
Sa sainteté fleurit au temps de l'invasion des Lombards. Abbé d'un monastère à Sora, en Italie méridionale, il fut victime de l'hospitalité donnée à des réfugiés qui l'assassinèrent pensant trouver chez lui un peu d'argent.
source: les Dialogues de saint Grégoire le Grand.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Suran



Saint Théoxane (?)
Pas encore d'information complémentaire.



Saint Zamas (3ème s.)
Premier évêque de Bologne en Italie, ordonné prêtre par le pape saint Denys. Il mourut martyr, mais l'histoire est très discrète sur les faits et gestes de sa vie.



Saint Zosime (6ème s.)
Originaire de Tyr en Phénicie, il nous a laissé des recueils d'enseignements spirituels pleins de sagesse. Il était doux et patient, compréhensif à toute détresse morale et spirituelle. Il séjournait au monastère de Saint Gérasime près du Jourdain en Palestine.

Bouquet spirituel: Malheur à vous, riches, parce que vous avez votre consolation Lc 6,24

Saint Timothée

SAINT TIMOTHÉE
Évêque et Martyr
(mort en 97)

Saint Timothée était né en Lycaonie, dans la ville de Lystres, qui fut évangélisée par saint Paul. Le passage du grand Apôtre fut la cause de la conversion de Timothée et de sa famille. Plus tard, quand Paul revint à Lystres, il remarqua Timothée et résolut de se l'associer dans l'apostolat, malgré sa jeunesse. L'admirable jeune homme sacrifia avec joie toutes les espérances terrestres et consentit à quitter sa famille pour se donner entièrement à Dieu et supporter toutes les fatigues et toutes les persécutions de la vie apostolique. Dès lors on peut voir Timothée partout à côté de saint Paul, et à la confiance de l'un répond le dévouement de l'autre.

Après la mort de saint Paul, Timothée, qui avait été préposé par son maître à l'Église d'Éphèse, eut la consolation d'y vivre en l'amitié et la présence du disciple bien-aimé de Jésus, l'Apôtre saint Jean.

Un jour que les Éphésiens célébraient par des orgies une des fêtes de leur déesse Diane, le saint évêque d'Éphèse, indigné, se jette au milieu de ce peuple insensé, lui représente la folie de sa conduite et l'invite à se convertir au christianisme; mais il est entouré par des furieux, accablé de coups de pierres et de massues et laissé pour mort. Ses disciples le relèvent et le transportent dans le voisinage, où il expire bientôt dans leurs bras et rejoint dans la gloire son maître saint Paul.

L'Église honore en lui l'un des plus célèbres et des plus saints disciples des Apôtres.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.



Les Églises font mémoire...

Anglicans : François de Sales (+1622), évèque de Genève, pédagogue de la foi.

Catholiques d'Occident : François de Sales , évèque et docteur de l'Eglise (calendriers romain et ambrosien) ; Babylas et les 3 petits enfants (+250), martyrs (calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (15 tubah/terr) : Abdias (VIe s. av. J.C), prophéte (Eglise copte) ; Le jeune Cyr et sa mére Julitte (+305), martyrs (Eglise éthiopienne)

Luthériens : Erich Sack (+1943), témoin de la foi jusqu'au sang en Prusse-Orientale.

Maronites : Xénia de Milasa, moniale

Orthodoxes et Greco-catholiques : Xénia de Milasa, moniale ; Laurent de tchernogov (+1950), moine (Eglise ukrainienne)

Syro-orientaux : Timothée, apôtre (Eglise malabar)

Publié dans Calendrier

Commenter cet article