30 mars

Publié le par echosdelabastide

Bienheureux Amédée IX Duc en Savoie (+ 1472)
Duc de Savoie, il est né à Thonon-les-Bains. A dix-sept ans, il épousa la soeur du roi Louis XII. Ils eurent sept enfants et formèrent un ménage heureux. Atteint d'épilepsie, il accepta cette maladie comme une participation à la souffrance du Christ. Il fut grandement assisté par sa femme dans l'exercice du pouvoir. Il fut obligé d'abdiquer en sa faveur.
Fréquent pèlerin du Saint Suaire qui se trouvait alors à Chambéry, il laissa surtout le souvenir d'une grande charité envers les pauvres. "Amédée de Savoie met les pauvres à l'honneur et les riches au rencart", disait le duc de Milan, François Sforza. Il fut béatifié en 1677.
Il est fêté en Savoie le 27 avril.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Am%C3%A9d%C3%A9e_IX_de_Savoie



Saint Antoine Daveluy Avec 103 autres martyrs coréens (+ 1866)

"En 1866, après avoir vainement tenté de rencontrer le régent Térrongum, Mgr Daveluy, 43 ans, missionnaire originaire d'Amiens, retourne en province. Le 11 mars, dénoncé par un renégat nommé Yi Soni, il fut arrêté par la police avec le père Huin, 30 ans, de Langres, le père Aumaître, 25 ans, d'Angoulême, et deux laïcs coréens : Luc Hwang, 55 ans, de Suwon. Tous furent emprisonnés à Séoul et cruellement torturés. Quatre jours plus tard, ils furent condamnés à mort. Pour ne pas nuire à la préparation du mariage du roi Kojong, le gouvernement décida de les exécuter loin de la capitale, à Poryong. Ils quittèrent Séoul le 28 et, parvenus à Onyang, dînèrent puis adressèrent une homélie aux chrétiens du village et aux policiers, exaltant leur mort glorieuse. Le 30 mars, ils furent décapités à Kalmèmot, face à la mer."
Au pays du matin clair, du 20 au 29 avril 2004, vingt-cinq pèlerins du diocèse d'Amiens ont marché sur les pas de Saint Antoine Daveluy, martyr en Corée au XIXème siècle
Canonisé par Jean-Paul II le 6 MAI 1984 à Séoul (Corée) avec 103 Martyrs Coréens dont saint André Kim.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_1884.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Imbert



Saint Dodon (+ 1231)
Ermite en compagnie de sa mère et de son épouse en divers lieux de la Frise. Il est surtout reconnu pour l’extrême austérité de ses pratiques.



Saint Jean Climaque Higoumène des moines du Sinaï (+ 605)

Il venait de Palestine quand il se rendit au monastère Sainte Catherine du Sinaï. Il avait 16 ans et il y restera 19 ans sous la direction d'un moine vénérable qui lui apprend la vie parfaite. Un jour, ce dernier l'emmène auprès d'abba Jean le Sabaïte, ascète respecté. Celui-ci verse de l'eau dans un bassin et lave les pieds de Jean, et non pas du vénérable vieillard. Interrogé pourquoi, Jean le Sabaïte répond :"J'ai lavé les pieds de l'higoumène du Sinaï." La prophétie devait se réaliser quelques décennies plus tard. En attendant, son maître étant mort, Jean se retire au désert durant 40 ans. Il ne refuse jamais de donner quelques conseils et quelques enseignements quand on vient le trouver. Des envieux le traitant de bavard, Jean comprend qu'on enseigne plus par les oeuvres que par les paroles. Il rentre alors dans le silence. On devra le supplier de reprendre ses enseignements, ce qu'il fera par miséricorde. Après avoir longuement visité les monastères de l'Egypte, il revient au Sinaï et c'est à ce moment qu'il est élu higoumène du monastère Sainte Catherine. Vers la fin de sa vie, on lui demande de rédiger "L'Echelle Sainte" (en grec "klimax", d'où son nom) qui résume l'expérience spirituelle des trois premiers siècles du monachisme. "Ne cherche pas à beaucoup parler quand tu pries, de peur que ton esprit ne se distraie à chercher les mots." disait-il souvent. Ce livre est une véritable somme de la spiritualité monastique, et lui donna dans l'Eglise byzantine la première place parmi les docteurs mystiques. Son échelle devint si populaire que le tsar Ivan le Grand en fit un clocher au Kremlin de Moscou pour rappeler aux hôtes du palais qu'eux aussi ont une destinée surnaturelle.
Pour Jean, a souligné Benoît XVI à l'audience générale du 11 février 2009, "si les passions ne sont pas en elles-mêmes mauvaises, elles le deviennent par le mauvais usage qu'en fait la liberté humaine. Purifiées, elles ouvrent à l'homme le chemin vers Dieu en unissant ascèse et grâce"... La paix intérieure prépare à la prière, que saint Jean divise en prière du corps et prière du coeur. "Le dernier échelon... est consacré à la foi et à l'espérance, mais plus encore à la charité, qui pour lui est amour, union de l'âme avec Dieu". Il était convaincu, a précisé Benoît XVI, "qu'un intense expérience de cet Eros fait avancer l'âme vers Dieu encore mieux que le combat contre les passions, tant est grande sa force".
(source: VIS)

Autre biographie:
Les Églises orthodoxes font aujourd’hui mémoire de Jean le Sinaïte, appelé « Climaque ».
On sait peu de choses de ce moine dont la vie se situe entre le VI è et le VII è siècle. Les hagiographes racontent que vers l’âge de seize ans il se rendit au monastère de Raithu, au pied du Sinaï, où Dieu avait révélé son Nom à Moïse, attiré qu’il était par la réputation des moines du lieu.
Après vingt ans de vie en communauté, Jean en vécut le même nombre en solitude.
Élu higoumène du monastère du Sinaï à soixante ans, il composa pour ses disciples un des plus célèbres ouvrages de spiritualité chrétienne : L’échelle sainte, qui lui vaudra le surnom de Climaque (de klimax, « échelle »). Dans cet ouvrage, Jean décrit les degrés que le moine devra monter pour parvenir à la rencontre avec Dieu, ajoutant peu à peu, selon ses dires, « jour après jour, le feu au feu et le désir au désir ».
Pour le grand maître sinaïte, le moine est un homme qui doit tendre à l’hesychia, au repos de l’âme, en luttant contre les pensées mauvaises, et ce combat se fait par la pratique des vertus qui leur sont contraires.
Climaque mourut vers 649 ; et chez les orthodoxes, il est célébré solennellement aussi le quatrième dimanche de Carême.

Lecture

La douceur est un état immuable de l’intellect, qui demeure toujours le même aussi bien dans les honneurs que dans les humiliations.
La douceur, c’est quand nous sommes tourmentés par le prochain, de prier pour lui sans être sensibles (à ses procédés), et sincèrement.
La douceur est un roc qui domine la mer de l’irascibilité, et sur lequel se brisent toutes les vagues qui y déferlent sans jamais l’ébranler.
La douceur est le soutien de la patience, la porte, ou plutôt la mère, de la charité, le fondement de la discrétion ; il est écrit en effet : « Le Seigneur enseignera sa voie aux doux » (Ps24,9). Elle procure le pardon des péchés, elle donne la confiance dans la prière, elle est la demeure de l’Esprit saint : « Sur qui jetterai-je les yeux, sinon sur celui qui est doux et paisible ? »( Is 66,2).

Jean Climaque, L’échelle sainte 24, 134

L'Échelle sainte décrite par le Climaque.

voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars30.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Climaque
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Climaque/Echelle/climaque.htm


Joad
Les Eglises d'Orient célèbrent le saint Prophète qui vivait à l'époque où le royaume d'Israël se sépara du royaume de Juda. Il annonça la naissance du roi Josias qui devait restaurer le culte du vrai Dieu.
Au livre des Rois, chapître 11.
Deuxième livre des chroniques, chapître 24.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joad



Saint Jules Alvarez Mendoza (+ 1927)
Il naquit en 1866 à Guadalajara au Mexique. Il devint curé d'une petite paroisse où se déroula toute sa vie, pauvre parmi les pauvres, aidant chacun à survivre en leur apprenant des petits métiers. Il était d'un caractère amical et chaleureux. Lors de la persécution de 1927, il fut arrêté et conduit sur une décharge d'ordures pour y être fusillé et abandonné. Ses dernières paroles furent :"Mon délit c'est d'être ministre de Dieu. Je vous pardonne."
Il a été canonisé par Jean Paul II durant le Jubilé 2000.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_canonisations_par_Jean-Paul_II#30_avril_2000



Saint Mamertin (+ 462)
Converti par saint Germain d'Auxerre, il se fit moine et devint abbé du monastère Saint-Côme et Damien à Auxerre.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mamertin_(saint)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/130.htm



Bienheureuse Marie-Restitute Kafka Religieuse autrichienne (+ 1943)
Franciscaine autrichienne, elle s'opposa au nazisme et refusa que les crucifix soient enlevés dans l'hôpital où se trouvaient les religieuses. En octobre 1942, elle fut arrêtée pour haute trahison, jetée en prison et condamnée à mort. Une pétition demanda sa grâce au général des S.S., Martin Bormann qui la refuse et elle fut décapitée le 30 mars 1943, après avoir demandé à l'aumônier de la prison de tracer une croix sur son front.
Voir aussi: Homélie de Jean-Paul II lors de la Messe de Béatification de Jakob Kern, Restituta Kafka et Anton Maria Schwartz (Vienne, 21 Juin 1998)
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.vatican.va%2Fholy_father%2Fjohn_paul_ii%2Ftravels%2Fdocuments%2Fhf_jp-ii_hom_21061998_austria-beatification_it.html



Saint Morico d'Assise Un des premiers compagnons de saint François (+ 1236)
Son biographe n'est autre que saint Bonaventure. Originaire d'Orvieto, il appartenait à l'Ordre des Cruciferi, aujourd'hui disparu, et il fut la cinquième recrue du petit pauvre d'Assise.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1513/Saint-Bonaventure.html
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/800/Saint-Francois-d-Assise.html



Saint Pasteur Évêque d'Orléans (VIe siècle)



Saint Patton (+ v. 788)
On sait peu de choses de lui. Il était anglais. Il émigra en Saxe. Abbé d'un monastère, il fut élu évêque de Werden.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Essen



Saint Pierre Régalati Frère mineur (+ 1456)
Noble espagnol, originaire de Valladolid, il entra dans l'Ordre des franciscains. Devenu maître provincial, il effectua une réforme sévère de plusieurs maisons dont la vie religieuse s'était relâchée, en particulier en Nouvelle-Castille.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_fr%C3%A8res_mineurs



Saint Quirin Gardien de prison (+ vers 117)
Saint-Quirin est converti par son prisonnier (le pape Saint-Alexandre Ier), avant de subir le martyr sous le règne d’Hadrien.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Quirin



Saint Rieul évêque (3ème s.)
Evêque de Senlis, il fut l'un des premiers évangélisateurs de la Gaule Belgique à l'époque de saint Denis de Paris et de saint Lucien de Beauvais.
Rieul, apôtre de la région de Senlis, y est honoré comme son premier évêque.
Il parcourait les forêts et les campagnes environnantes, les chaumières et les villages pour y annoncer l’Evangile ou rencontrer d’autres missionnaires.
Après un ministère d’une quarantaine d’années, il s’en alla dans la paix du Seigneur (fin du IIIe siècle).
La tradition le veut compagnon de saint Denis et faiseur de miracles.
Source: Saint Rieul, premier évêque de Senlis, diocèse de Beauvais.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1985/Saint-Denis-de-Paris.html
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/392/Saint-Lucien-de-Beauvais.html
http://catho60.cef.fr/histoire/temoins/Saint_Rieul/Saint_Rieul.htm

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Regulus_d%27Arles



Saint Sophrone d'Irkoutsk (+ 1771)
Originaire de Poltava, en Russie, dans une famille de prêtres, il fit ses études théologiques puis fut nommé, par l'impératrice Elisabeth, higoumène de la laure Saint Alexandre Nevsky à Saint-Pétersbourg. Consacré évêque d'Irkoutsk, capitale de la Sibérie, il prit grand soin de la vie spirituelle et liturgique de ses fidèles. Il fut canonisé en juin 1918, la dernière canonisation russe avant les ténèbres du stalinisme.
[url] http://fr.wikipedia.org/wiki/Irkoutsk[/url]



Saint Zacharie de Corinthe Martyr (+ 1684)
Il était accusé par les Turcs d'entretenir une correspondance secrète avec les puissances latines. Il fut d'abord livré à la torture pour qu'il apostasiât, ce fut en vain. Il fut exécuté par décapitation.



Les Églises font mémoire...

Coptes et Ethiopiens (21 baramhät/maggäbit) : Présence du Sauveur à Béthanie (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Jean l’Evangéliste Gössner (+1858), théologien en Bavière et en Prusse

Maronites : Jean Climaque, moine

Orthodoxes et gréco-catholiques : Jean Climaque, higoumène ; Gabriel Mzire ou le Mineur (XVIII-XIXe s.), martyr (Église géorgienne).

Publié dans Saints

Commenter cet article