28 mars

Publié le par echosdelabastide

Saint Gontran Roi de Bourgogne (+ 592)

Confesseur. Petit-Fils de Clovis et roi de Bourgogne, il connut cette époque féroce et cruelle où la reine Frédégonde fit assassiner sa soeur, son beau-frère, son mari et l'évêque Prétextat. Clotaire II fit périr Brunehaut, reine d'Austrasie, en l'attachant à un cheval au galop. Lui-même, saint Gontran fit bien quelques écarts dans la fidélité conjugale, répudia sa femme, en vint à tuer son médecin, crimes qu'il ajoutait à bien d'autres. Et puis, il se convertit, pleura ses péchés pendant le reste de sa vie, racheta ses fautes par ses grandes libéralités envers les pauvres, qui le surnommèrent "le bon roi Gontran". Vers la fin de sa vie, il entra au monastère Saint Marcel de Châlon sur Saône. Peu après sa mort, il fut proclamé saint par son peuple.

Autre biographie:
Fils du roi Clotaire et de Sainte-Clothilde, il devient roi d’Orléans et de Bourgogne en 561, alors que ses frères Charibert et Sigebert règnent successivement sur Paris et Metz. Il tente de protéger ses neveux contre les querelles familiales qui opposent les reines Brunehaut et Frédégonde. Sa propre existence n’est pourtant pas exempte de tourments puisqu’il divorce de son épouse Mercatrude et qu’il fait assassiner son médecin, sous prétexte qu’il n’a pas réussi à le guérir. Mais bientôt le remord le saisit et il décide de consacrer le reste de sa vie à la pénitence et au secours des malades et des opprimés; il fonde également plusieurs églises et monastères. Saint-Grégoire de Tours relate plusieurs miracles qu’il aurait opérés avant et après sa mort et dont il fut lui-même témoin (+ 593)
Saint-Gontran est le patron des personnes divorcées. Il est invoqué pour apaiser les querelles familiales et pour favoriser le rapprochement de deux branches d’une famille en conflit.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gontran_Ier
http://fr.wikipedia.org/wiki/Burgondie



Saint Boian (+ 827)
Il était prince de Bulgarie et se convertit au Christ malgré les pressions de son frère Milomir, qui, finalement, donna l'ordre de le décapiter.



Saint Carné (5ème s.)
Saint Carné était originaire d'Irlande et il devint évêque, sans autre précision sur sa ville épiscopale, mais il n'est pas le seul dans ce cas.
Une localité des Côtes d'Armor s'est mise sous son patronage, Saint-Carné-22100 et l'église paroissiale Saint Pierre y possède une belle statue.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Carn%C3%A9



Saint Conon (+ 1236)
Moine basilien de rite grec, il était abbé du monastère de Nèse en Sicile, où il vécut selon la grande tradition monastique orientale.



Saint Cyrille Diacre et martyr à Héliopolis (+ 362)
Diacre et martyr à Héliopolis en Phénicie. Durant la persécution qui eut lieu sous l'empereur Julien l’Apostat, il fut victime des atrocités bestiales des païens.



Saint Denis le Miséricordieux (+ 1510)
Il fonda le monastère de Saint Nicolas aux Météores en Grèce. Il n'est pas commémoré dans tous les synaxaires, mais l'Eglise grecque en fait mémoire.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Saint_Nicolas



Saint Eumère évêque de Nantes (6ème s.)
Il occupa le siège épiscopal de Nantes au 6ème siècle, sans que l'on ait autre chose de plus historique que son nom sur la liste épiscopale.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Nantes



Saint Eustrate le Jeûneur (+ 1097)
Moine de la laure des Grottes de Kiev, il se faisait remarquer par son humilité, son obéissance et sa vie ascétique. Capturé par les turcs du khan Boniak, il fut vendu comme esclave avec une cinquantaine d'autres habitants de Kiev à un marchand de Chersonèse qui voulut leur faire renier le Christ en les faisant mourir de faim. Ils périrent les uns après les autres, saint Eustrate restant seul parce qu'il avait l'habitude de jeûner. Le marchand, furieux de la perte ainsi occasionnée par la mort de tous ses esclaves, le fit clouer sur une croix.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laure_des_Grottes_de_Kiev



Sainte Gundelinde (+ 720)
Fille du duc d’Alsace, sœur de Sainte-Eugénie et nièce de Sainte-Odile. Elle succède à cette dernière comme abbesse de Nieder-Munster.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Odile



Saint Hésychius (5ème s.)
Originaire de Jérusalem, il est ordonné prêtre, contre son gré, par le patriarche de Jérusalem et reçoit la charge de l'église de la Résurrection. Il devient un des auxiliaires théologiques du patriarche et de son successeur. Doué d'une rare éloquence, d'inspiration profondément scripturaire, il est dit, à son époque: "théologien et maître de l'Eglise dont la lumière éclaire tout l'univers."



Saint Hilarion (8ème s.)
Il était humble et d'humeur toujours enjouée, c'est pourquoi il fut choisi pour être à la tête du monastère du Pélécète au Mont Olympe. Il était si compatissant avec les pauvres, qu'il leur donna, un jour, son seul vêtement, dut-il continuer, sans vêtement, sa route jusqu'au monastère. Il eut à souffrir durant la persécution iconoclaste, mais sa vertu le fit respecter.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars28.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Olympe



Bienheureuse Jeanne-Marie de Maillé Tertiaire franciscaine, pénitente à Tours (+ 1414)
Ses parents l'engagèrent dans le mariage alors que son coeur était pour la virginité. Les jeunes époux prirent les commandements de Dieu comme règle de conduite et ces châtelains adoptèrent trois enfants pauvres. La maladie frappa Jeanne-Marie. Leur château fut pris d'assaut par les Anglais après la défaite de Poitiers en 1356. Son époux mourut après seize années de bonheur conjugal. Refusant de se remarier, sainte Jeanne-Marie se retira à Tours, se préoccupa des malades, des indigents, des mendiants. Elle donna tous ses biens, ses terres et seigneureries au monastère du Liget. Repoussée par les riches comme insensée, elle se fit humble servante à l'hôpital de Saint Martin. C'est là qu'elle connut de nombreuses grâces mystiques. Peu à peu, sa sainteté fut reconnue. Elle pria et oeuvra pour l'extinction du grand Schisme d'Occident. Tertiaire de Saint François, elle vint habiter près du couvent des Cordeliers de Tours et, de cette pauvre demeure terrestre, elle s'en fut vers la Cité céleste.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne-Marie_de_Maill%C3%A9



Saint Joseph-Sébastien Pelczar (+ 1924)

Prêtre polonais, il fut successivement recteur de la célèbre Université Jagellon de Cracovie, puis évêque de Przemysl en 1899. Il fonda la congrégation des Servantes du Sacré-Coeur qui se consacraient à des oeuvres de charité. Il publia de nombreux ouvrages de théologie spirituelle d'une haute élévation.
Canonisé le 18 mai 2003 par le pape Jean-Paul II.
Sur le site du Vatican: bibliographie, photo, homélie pour la canonisation de quatre bienheureux.
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20030518_pelczar_fr.html
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/2003/documents/hf_jp-ii_hom_20030518_canoniz_fr.html

L’évêque Pelczar mourut dans la nuit du 27 au 28 mars 1924. Sa fête liturgique est célébrée le 19 janvier.
"Le défunt évêque de Przemysl réunissait en sa personne les plus belles qualités et les plus grands talents propres à l’épiscopat. Un zèle pastoral inlassable, un esprit d’initiative énergique dans l’action, la lumière d’une grande science et une sainteté de vie sans doute plus grande encore, mais, par dessus-tout, il demeure l’exemple et le modèle d’un travailleur exceptionnel, accomplissant son labeur avec une ardeur toujours nouvelle" (Antoni Bystrzonowski)



Sainte Osburg (11ème s.)
Elle fut la première abbesse de l'abbaye de Conventry en Angleterre et son culte fut confirmé au 15ème siècle parce que sa châsse était devenue un lieu de pèlerinage.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coventry



Saint Prisque, Martyr (+ 260)
L’un des trois martyrs qui furent livrés aux fauves au cours des jeux publics de Césarée, en Palestine, sous le règne de Valérien. Alors que la persécution des chrétiens est à son niveau le plus fort, ils ont d’abord le réflexe de se cacher, mais regrettent bientôt d’avoir cédé à la lâcheté; ils décident alors de se livrer au gouverneur. Admirés pour leur courage, ils sont tout de même condamnés à périr dans l’arène.
Saint-Prisque est le patron des métayer et le protecteur des cultures maraîchères.
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar%C3%A9e



Saint Spes Abbé de Campi (+ 513)
Abbé du monastère de Campi en Italie centrale, il fut aveugle pendant quarante ans, mais toujours d'une grande clairvoyance pour guider ses moines vers la sainteté. Il recouvra la vue quelques jours avant de mourir, et il y vit un signe de sa mort prochaine où il verrait Dieu face à face.



Saint Tutilon (+ 898)
ou Tuathal. Moine de Saint Gall en Suisse, il était adroit de ses mains, éloquent de sa parole, d'une remarquable intelligence, excellent poète, musicien, peintre et ciseleur. L'empereur Charles le Gros regrettait qu'on eût enseveli dans un cloître un si bel homme. Il était d'une grande humilité et d'un grand recueillement. Mais saint Tutilon donnait à tous la richesse de ses dons. On l'appelait au loin pour peindre des saintes images, il élevait les enfants dans la beauté du chant liturgique, il ciselait les objets liturgiques. On ne conserve de lui que quelques élégies et une hymne.

Autre biographie:
Étudiant et moine bénédictin au monastère de Saint-Gall, en Suisse. Élève talentueux, il se distingue particulièrement dans les disciplines artistiques telles que la musique, la poésie, la peinture, la sculpture et les orfèvres. La plupart de ses œuvres sont malheureusement disparues, mais il en subsiste tout de même quelques-unes soigneusement conservées dans des monastères et des musées européens. Habile musicien, il joue de plusieurs instruments, dont la harpe. Il est également considéré comme le compositeur de nombreux chants Grégoriens (850-915)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Saint-Gall



Bienheureux Venturino de Bergame Frère prêcheur (+ 1346)
C'était l'époque où les papes avaient dû quitter Rome et se réfugier en Avignon. Originaire de Bergame en Italie, Venturin était un éloquent dominicain qui faisait courir à lui toute l'Italie. Il s'en prit au pape Benoît XII disant qu'un pape hors de Rome n'est plus pape. Benoît XII le relégua dans un obscur couvent du Gévaudan en Isère. Son successeur, Clément VI, l'en fit sortir et saint Vinturin vint prêcher à Avignon que théologiquement les papes restent papes même s'ils sont ailleurs qu'à Rome. Puis il partit pour la croisade contre les Turcs et il meurt à Smyrne avec les Français qu'il avait entraînés pour les combattre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bergame



Les Églises font mémoire...

Coptes et Ethiopiens (19 baramhät/maggäbit) : Aristobule (Ier s.), un des 70 disciples (Église copte)

Luthériens : Rupert (+718), évangélisateur et évêque à Salzbourg

Maronites : Philet le Sénateur (IIe s.), martyr

Orthodoxes et gréco-catholiques : Hilarion de Pélécète (+754), higoumène et confesseur ; Bojan « Prince de Bulgarie » (IXe s.), martyr (Église bulgare) ; Étienne le Thaumaturge (IXe s.), moine et confesseur (Église melchite).

Publié dans Saints

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article