26 mars

Publié le par echosdelabastide

Sainte Larissa et ses compagnes, martyres en Crimée (4ème s.)
ou Lara, Martyre grecque du IVème siècle, elle fut brûlée vive avec d'autres chrétiens dans leur église, en plein culte par un roi goth encore païen. Elle reste honorée par les Grecs et les Russes.
Sainte Larissa, l'une d'un groupe de martyrs en Crimée au 4e siècle.
source: Calendriers (autres saints dans les calendriers) Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle.
http://www.liturgiecatholique.fr/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Larissa_(sainte)



Saint Alfwold (+ 1058)
Moine de Winchester, il fut élu évêque de Sherborne en 1045. Il eut une grande dévotion pour les saints Cuthbert et Swithun dont il propagea le culte.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Winchester_(Angleterre)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioc%C3%A8se_de_Winchester
http://nominis.cef.fr/contenus/saint/837/Saint-Cuthbert.html


Saint Ammonius Prêtre en Lybie (+ 310)
Saint Ammonius est invoqué pour aider les enfants dans leur apprentissage de la lecture.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ammonius



Saint Basile le Jeune Ermite en Bithynie (+ 952)
Il renonça aux richesses du monde en allant mener une vie ascétique dans une région montagneuse de l'Asie Mineure. Pris pour un espion, il fut arrêté par les fonctionnaires impériaux. Lors de son interrogatoire, il dévoila les moeurs dépravés du juge. Libéré, il resta à Constantinople chez un ami qui l'hébergea. Il n'en continua pas moins à reprocher à ses contemporains, comme à l'empereur de Byzance, leurs moeurs corrompues. Ses funérailles attirèrent une foule immense de fidèles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bithynie



Saint Bertilon (+ 888)
Il était abbé de l'abbaye de Saint Bénigne de Dijon qu'il releva des ruines causées par les barons de Charles Martel. Il ne put accomplir cette complète restauration car les Normands s'en emparèrent et massacrèrent saint Bertilon et plusieurs de ses moines restés avec lui au pied des autels de l'abbatiale.
Une prière à Saint-Bertilon permet de guérir d’une extinction de voix.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-B%C3%A9nigne_de_Dijon



Saint Braulion de Saragosse Evêque (+ 646)
Confesseur.
Evêque de Saragosse et disciple de saint Isidore de Séville,(1) il rétablit l'unité dans l'Eglise d'Espagne jusqu'alors divisée par l'arianisme.
(1)http://nominis.cef.fr/contenus/saints/915/Saint-Isidore-de-Seville.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Braule



Saint Castule Martyr à Rome (3ème s.)
Il appartenait au palais impérial. Parce qu’il hébergeait chez lui des chrétiens, il fut condamné à être enterré dans une fosse et enseveli vivant par la terre qu’on jeta sur lui. On découvrira sa tombe en 1672, où son nom fut gravé dans le cimetière de la via labicana de Rome.



Saint Dizier Moine de Lonrey, Disciple de Baront (+ vers 720)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Dizier



Saint Emmanuel, Martyr (+ 304)



Saint Etienne de Triglia (9ème s.)
Higoumène en Bithynie, il fut condamné à l'exil par l'empereur au temps de la persécution iconoclaste qui voulait supprimer le culte des Saintes Images.



Saint Eutyche d'Alexandrie (+ 356)
et ses compagnons. Eutyche était sous-diacre à Alexandrie et fut condamné aux travaux forcés dans les mines, en raison de son opposition à l'arianisme. Il y périt d'épuisement. Ses quatre compagnons furent flagellés pour avoir sympathisé avec lui.



Saint Félix de Trèves (+ v. 400)
Il fut sacré évêque de Trèves par saint Martin de Tours qui était son ami. Mais comme cette consécration s'était faite avec l'accord d'un empereur usurpateur, saint Ambroise et le Saint-Siège en discutèrent la légalité et non pas la validité. Par souci de pacification, saint Félix préféra abdiquer plutôt que d'être à l'origine de quelque querelle que ce soit. Ses contemporains, dont saint Sulpice-Sévère, firent l'éloge de ses vertus.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sirice
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Martin_de_Tours



Saint Gabriel Pour les Eglises d'Orient

Les Eglises d'Orient célèbrent la synaxe de l'archange Gabriel, "serviteur du mystère ineffable, surnaturel et divin de l'Incarnation du Christ". L'Eglise romaine d'Occident réunit les puissances angéliques Michel, Raphaël et Gabriel en une seule commémoration, le 29 septembre.

icône de l'archange Gabriel provenant de Novgorod.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars26.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_(archange)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archange



Saint Ludger Premier évêque de Münster (+ 809)

Originaire d'Utrecht, il fut étudiant à York pour suivre les leçons du célèbre Alcuin. Des bagarres ayant éclaté entre Anglais et Frisons, il revint à Utrecht et fut alors le disciple de saint Grégoire d'Utrecht. Missionnaire en Frise et en Saxe à la demande de Charlemagne, mais avec d'autres moyens et d'autres méthodes que l'empereur, il y fonda un monastère qui fut à l'origine de la dénomination de sa ville épiscopale : Münster en Westphalie (Allemagne). On raconte cet épisode de sa vie. Convoqué par Charlemagne, il disait son bréviaire en attendant son tour d'audience. Quand il fut appelé, il répondit :"Attendez, je n'ai pas fini la prière de None. - Evêque, lui dit Charlemagne quand il entra, ce n'est pas respectueux de m'avoir fait attendre - Dieu n'est-il pas au dessus de votre majesté ? - C'est vrai" lui répondit alors Charlemagne.

Autre biographie:
Fils de Thiadgrin et de Liafburge, un couple de nobles de la Frise. En 753, il entend un prêche de Saint-Boniface qui lui fait une très forte impression. Il part donc étudier à Utrecht sous la direction de Saint-Grégoire puis à York, en Angleterre, sous la direction du diacre Saint-Alcuin. Il retourne ensuite dans les Flandres en tant que missionnaire et consacre les années suivantes aux activités missionnaires et à la fondation d’abbayes et d’églises. Il refuse l’évêché de Trève, qu’on veut lui offrir. Au cours d’un pèlerinage au Mont-Cassin, il prend l’habit bénédictin et demeure trois ans sous cette règle, mais sans faire profession. Charlemagne, informé de ses mérites, lui demande d’évangéliser d’abord la Frise orientale, puis le nord-ouest de la Saxe, contrées dans lesquelles il fonde plusieurs monastères et églises. Enfin, en 804, il est nommé évêque de Munster. Il possède le don de prophétie et prédit les invasions normandes qui ravageront la France (743-809).

Voir aussi:
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/03/26/index.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Ludger
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%BCnster



Saints Montan et Maxime Martyrs à Sirmium
Saint Montan et sainte Maxime, deux époux martyrisés en Pannonie; ils furent précipités en mer par des païens pour avoir témoigné de leur foi en Jésus-Christ.
Voir sur le martyrologe du site du Vatican:
SS. Montano e Massima
A Sirmio, in Pannonia, ricordo dei SS. martiri Montano, presbitero, e Massima, sua moglie, che per aver testimoniato la loro fede in Cristo Signore furono precipitati in mare dagli infedeli.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/009.html#marzo

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sirmium
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pannonie



Bienheureux Pierre Marginet (+ 1435)
Il était cistercien à Poblet, non loin de Tarragone en Espagne. Un beau jour, il quitta l'abbaye, apostasia, se fit chef d'un groupe de brigands et commit de nombreux coups de mains plus ou moins avouables. Repenti après quelques années, il s'en retourna dans son monastère qui l'accueillit. Pierre passa le reste de sa vie en faisant pénitence et repentance.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Poblet



Saint Pons (+ 1087)
Il fut abbé du monastère de Saint-Andon, près de Villeneuve lès Avignon. C'est là qu'il mourut et que se trouvent ses reliques qui continuent d'être honorées par les fidèles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Pons_(Nouveau-Brunswick)



Saint Sicaire Évêque de Lyon (+ vers 435)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_archev%C3%AAques_de_Lyon



Saint Sincheal (5ème s.)
Disciple de saint Patrick, il fonda une école et un monastère à Killeigh où il gouverna jusqu'à cent cinquante moines.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Patrick



Saint Théodore Évêque de Pentapolis en Libye, martyr (+ 310)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Apollonie_de_Cyr%C3%A8ne



Les Églises font mémoire...

Anglicans: Harriet Monsell di Clewer (+1883), fondatrice de la communauté de saint-Jean-Baptiste

Coptes et Ethiopiens (17 baramhät/maggäbit) : Lazare, ami de Jésus (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Ludger (+809), évangélisateur et évêque de Westphalie ; Karl Schlau (+1919), témoin de la foi jusqu’au sang en Lettonie

Maronites : Gabriel, archange

Orthodoxes et gréco-catholiques : Synaxe de l’archange Gabriel ; Montan et Maxima de Sirmium (+ env. 304), martyrs (Église roumaine)

Syro-orientaux : Jean de Dalyatha, moine (Église de Chaldée et d’Assyrie) Voir ci-dessous



JEAN DE DALYATHA (VII-VIII sec.)moine
Le quatrième dimanche de carême, l’Église assyrienne fait mémoire de Jean de Dalyatha, qui compte parmi les plus grands mystiques de l’histoire de la chrétienté.
Jean, qu’on appelle encore Sabas ou le « Vieillard », naquit dans la seconde moitié du VII siècle, dans la village de Ardamust, au nord-ouest de Mossoul. Il fut introduit à l’étude des Écritures dans l’école de son village, puis il fréquenta le monastère de Apnimaran et, vers l’an 700, se fit moine dans le monastère de Mar Yozadaq. Sept ans plus tard, il se retira dans la solitude sur la montagne de Dalyatha, sans doute aux environs du mont Ararat ; c’est d’elle qu’il prit son nom.
Pendant les années de solitude, Jean approfondit sa vie spirituelle et s’exerça dans l’art de la contemplation, cherchant à discerner le lien étroit qui existe entre la création et son Créateur, et à nourrir son esprit par la rencontre quotidienne avec la nature et ses symboles. Malgré l’éloignement de ses semblables, il ne perdit jamais ces traits de profonde humanité qui caractérisèrent tous ses enseignements.
Lorsqu’il fut rejoint par un certain nombre de disciples, Jean mit par écrit les fruits de sa remarquable expérience intérieure. Influencé par les oeuvres d’Evagre, de Macaire, de Denys l’Aréopagite et de Grégoire de Nysse, il souligna cependant, de façon plus radicale encore que ses maîtres, combien le degré le plus élevé de la vie chrétienne est celui de la charité et de l’amour.
Jean mourut à une date qu’on ne saurait préciser, dans cette solitude où, plus qu’à de fuir le monde, il avait appris à aimer toute créature.

Lecture

Mes yeux ont été brûlés par ta beauté et, devant moi, la terre sur laquelle j’avançais s’est dévoilée ; mon intelligence est stupéfaite par la merveille qui est en toi et moi, désormais, je me reconnais comme quelqu’un qui n’est pas. Dans mes os une flamme s’est allumée et des ruisseaux ont jailli pour baigner tout mon corps de peur que je ne me consume.
Ô fournaise purificatrice, où l’Artificier a purifié sa créature ! Ô habit de lumière, toi qui nous as dépouillés de notre volonté pour que nous nous en revêtions, maintenant, dans le feu ! Seigneur, laisse-moi donner à tes enfants ce qui est saint, je ne le donne pas aux chiens. Gloire à toi ! Que tes pensées sont admirables ! Heureux ceux qui t’aiment, parce qu’ils sont resplendissants de ta beauté et le don que tu leur fais c’est toi même. Voilà la résurrection anticipée de ceux qui sont morts en Christ

Jean de Dalyatha, Lettres


Dicton du jour:
En mars autant de gelées,
En avril autant de poussées

Publié dans Saints

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article