20 mars

Publié le par echosdelabastide

Saint Herbert Ermite au milieu d'un lac en Angleterre (+ 687)
Ami de Saint Cuthbert qui fut d'abord évêque de Kindisfarne en Angleterre et établit le rite de la liturgie romaine dans son diocèse. Il préféra reprendre la vie monastique au monastère de Melrose, de tradition irlandaise, et s'en fut solitaire dans la paix de Dieu. Et c'est là que saint Herbert, son meilleur ami, venait le rejoindre chaque année pendant plusieurs jours pour parler des choses de Dieu. Ils connurent la grâce de mourir à quelques jours l'un de l'autre et à la même heure.



Bienheureux Ambroise Sansedoni Dominicain, théologien et prédicateur (+ 1286)
Originaire de Sienne en Italie, il rejoignit l'Ordre dominicain en 1237. Après avoir suivi à Paris puis à Cologne, les cours de saint Albert le Grand, avec, pour condisciple, saint Thomas d'Aquin dans le même couvent de Saint Jacques de Paris, il parcourut l'Allemagne et l'Italie en prêchant la doctrine chrétienne. Epuisé par la véhémence de sa prédication et le rythme de vie qu'il s'imposait, il meurt à Sienne en Toscane. Son culte fut confirmé en 1622.

Autre biographie:
(Bienheureux) Fils d’en enlumineur de la ville de Sienne, il est un enfant aux traits disgracieux et plutôt difforme. Confié aux soins d’une nourrice, celle-ci l’emmène avec elle pour assister quotidiennement à la messe à l’église dominicaine. Selon la légende, un jour qu’il était à l’église avec sa nourrice, il aurait miraculeusement subi une transformation physique qui l’aurait rendu normal. À 17 ans, il entre chez les frères dominicains. Il se rend ensuite à Paris pour étudier et devient l’élève de Saint-Albert le Grand. C’est d’ailleurs là qu’il fait la connaissance de Saint-Thomas d’Aquin, avec qui il rentre à Cologne. Il aimerait écrire, mais il a le sentiment qu’il ne pourra jamais atteindre le niveau de son ami Saint-Thomas, alors il consacre l’essentiel de sa vie à prêcher et à conduire des missions diplomatiques en France, en Allemagne et en Italie (1220-1287)
Saint-Ambroise de Sienne est le patron des étudiants. Il est invoqué pour être inspiré lorsqu’on doit passer un oral d’examen.



Saint Archippe Disciple de saint Paul (1er s.)
Il était le fils de saint Philémon et disciple de saint Paul qui l'appelait "notre frère d'armes" (Epître à Philémon). Il porta toute la responsabilité de l'Eglise de Colosses. La tradition veut qu'il fut arrêté. Comme il refusait d'offrir un sacrifice à Artémis, ce fut lui qui, mis à nu, fut offert à la déesse de la beauté. Après avoir été flagellé, il fut jeté dans une fosse où, recouvert de terre jusqu'à la ceinture, on le livra alors à des enfants qui, pour s'amuser, le percèrent d'aiguilles et le lapidèrent. C'est ainsi qu'il reçut la couronne du martyre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89p%C3%AEtre_%C3%A0_Phil%C3%A9mon



Saint Bénigne (+ 723)
Il tenait quelque fortune de ses parents. Il la donna à l'abbaye de Fontenelle, (actuellement abbaye de Saint Wandrille) où il entra pour y mener la vie monastique. Nommé Abbé, il en fut chassé par les Francs d'Austrasie, parce qu'il était Franc de Neustrie. Il s'en fut à l'abbaye de Flay, préférant se retirer pour maintenir la paix. Quand l'intrus fut chassé de Fontenelle, il y revint sans abandonner pour autant l'abbaye qui l'avait recueilli.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Saint-Wandrille_de_Fontenelle



Sainte Claudia et ses compagnes martyres Martyrisée à Amide, en Asie mineure (4ème s.)
Alexandra, Claudia, Euphrasie, Matrone, Julienne, Euphémie, Théodosie, Derphuta et une de ses soeurs, ses six compagnes martyres. Elles étaient venues défendre des chrétiens devant le gouverneur d'Aminsos en Cappadoce. Les soldats se ruèrent sur elles et les dépouillèrent de leurs vêtements pour s'en amuser et les exposer à la risée de la foule. Puis ils les fustigèrent de verges pour les déchirer. Elle furent finalement jetées dans une fournaise.



Saint Cuthbert Evêque de Lindisfarne (+ 687)

Confesseur.
Cuthbert fut d'abord évêque de Kindisfarne en Angleterre. Il établit le rite de la liturgie romaine dans son diocèse. Il préféra reprendre la vie monastique au monastère de Melrose, de tradition irlandaise, et s'en fut solitaire dans la paix de Dieu.
Et c'est là que saint Herbert, son meilleur ami, venait le rejoindre chaque année pendant plusieurs jours pour parler des choses de Dieu. Ils connurent la grâce de mourir à quelques jours l'un de l'autre et à la même heure.

Autre biographie:
Originaire de la Northumbrie en Angleterre (d’autres sources mentionnent l’Irlande), ses origines exactes semblent inconnues. Élevé en Écosse par une pauvre veuve du nom de Kenswith, il y passe toute sa jeunesse et travaille comme berger. Selon son principal biographe (Saint-Bède), il est témoin à 15 ans d'une vision de la mort de Saint-Aidan, ce qui le décide à devenir moine. Il est donc reçu à l’abbaye de Melrose, dont le prieur, Saint-Boisil, lui enseigne les Écritures et les principes de la vie religieuse. Quelques années plus tard, il accompagne l'abbé Eata au nouveau monastère de Ripon, où il exerce la charge d'hôtelier. Il retourne ensuite à Melrose, où il est élu abbé en remplacement de Boisil, décédé de la peste en 664. Un conflit s'étant produit à Lindisfarne, monastère appartenant à la même famille que Melrose, il se rend sur place, parvient à ramener la paix et y demeure plus de douze ans comme abbé. Il se retire ensuite sur l’île de Farne et s'installe dans une caverne, nouant des liens étroits avec un groupe d'oiseaux aquatiques surnommés dès lors 'oiseaux de Saint-Cuthbert'. Huit ans plus tard, tous les notables de la région lui rendent visite et le supplient d'accepter la dignité épiscopale. Il refuse tout d'abord, mais finit par accepter, et c'est à York qu'il est finalement consacré, en 685. Moins de deux ans plus tard, cependant, il tombe malade et abandonne son siège pour passer les deux derniers mois de sa vie dans son île de Farne (634-687) Saint-Cuthbert de Lindisfarne est le patron de plusieurs diocèses d'Angleterre, des navigateurs, des marins et des bergers.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Cuthbert



Bienheureux Evangéliste (+ 1250)
et son ami Pérégrin. Tous deux natifs de Vérone, ils étaient amis d'enfance. Ils entrèrent ensemble chez les Religieux Augustins et moururent à quelques heures d'intervalle le même jour. Leur culte fut approuvé en 1837, car tous deux s'encourageaient à mener une vie sainte.



Bienheureux Evrard (12ème s.)
Il était comte de Mons en Belgique. A la suite d'une faute grave, durant la guerre de Brabant, il partit en pèlerinage à Jérusalem et à Saint Jacques de Compostelle. Quand il revint, il se cacha, comme porcher, à l'abbaye de Morimond. Reconnu bien plus tard, il prit l'habit monastique et pratiqua sa pénitence sous une autre forme. En 1142, il fonda l'abbaye d'Einberg et celle du Mont-Saint-Georges en Belgique.
Un internaute nous communique:
"On ne connait pas la date de sa naissance, probablement à la fin du 11e s. Il meurt après 1150.
Tous les sources parlent 'd'une grave faute' sans en dire plus.
Morimond est une abbaye cistercienne dans la Haute Marne.
Ses fondations:
1. Einberg en Bavarie
2. 'Mont-Saint-Georges en Belgique' n'existe pas. Cette fondation est en Bavarie aussi, pas tellement loin d'Einberg et le nom doit être en allemand, donc 'St. Georgenberg' près de Bad Rodach."




Bienheureux Francois Palau y Quer (+ 1872)
Né à Aytona, près de Lerida en Espagne, il entra chez les Pères Carmes déchaux. En 1840, la révolution en Espagne le décide à s'exiler en France à Perpignan puis à Montauban. En 1851, revenu dans son pays, il reçoit la direction spirituelle du séminaire de Barcelone, mais trois ans plus tard, il doit encore s'exiler à Ibiza, accusé faussement d'incitation à la grève. Cet exil lui permit d'approfondir sa vie spirituelle. En 1869, il fonde à Minorque les Instituts des Soeurs et des Frères du Carmel. Ecrivain, journaliste, ermite, fondateur, toute sa vie fut une offrande à l'amour de Dieu et de ses frères.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_du_Carmel



Bienheureux Hippolyte Galanti Confesseur et fondateur de l'Ordre de la Doctrine Chrétienne (+ 1619)
Il était petit fabricant d'étoffes de soie à Florence. Tout en conservant son métier, il se fit catéchiste des jeunes gens et c'est ainsi qu'il fonda cet Ordre pour former les jeunes garçons et les jeunes filles à la Vérité de la foi et pour instruire les adultes qui vivaient dans l'ignorance des mystères de la religion.



Bienheureux Jean de Parme (+ 1289)
Frère Mineur, il enseigna la théologie à Bologne puis à Naples. Septième maître général de son Ordre pendant dix ans, il en visita toutes les provinces et fut envoyé par le Pape comme légat à Constantinople pour renouer l'unité déchirée. Il termina sa vie à Greccio, dans la solitude volontaire . Son culte fut approuvé en 1777.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Parme



Bienheureux Jean-Baptiste de Mantoue (+ 1516)
D'origine espagnole, il naquit à Mantoue, étudia dans cette ville et entra dans l'Ordre des Carmes en 1464. C'était un poète et nous avons de lui des dizaines de milliers de vers qui le font considérer comme l'un des meilleurs et principaux représentants de l'humanisme chrétien de la Renaissance. Il fut béatifié en 1885.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mantoue



Bienheureuse Jeanne Véron martyre de la révolution (+ 1794)
Les martyrs de Laval
"Sr Françoise Trehut et Sr Jeanne Véron, religieuses de la Charité Notre-Dame d’Evron. Fidèles à leur mission de soigner ; elles ont secouru ceux qui avaient besoin de leur aide. Sr Françoise l’affirme : “Bleus ou chouans, tous sont mes frères en Jésus-Christ”."
(diocèse de Laval, célébration à l’occasion du 50ème anniversaire de la béatification des martyrs de Laval à la basilique Notre-Dame d’Avesnières, le dimanche 12 juin 2005.
Extraits de l’homélie de Mgr Armand Maillard et photos de la célébration.)
http://diocese-laval.cef.fr/docs/1252.doc
http://diocese-laval.cef.fr/diapo.php?id=86&img=1026
Voir aussi, le martyrologe du Vatican - B. Giovanna Veron - et les Sœurs de la Charité de Notre-Dame d'Évron.
http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_academies/cult-martyrum/martiri/009.html#marzo
http://diocese-laval.cef.fr/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioc%C3%A8se_de_Laval



Les Martyrs de Sabas (+ 796)
Lorsque les Sarrasins vinrent combattre les tribus bédouines de Palestine, ils pillèrent villes et villages chrétiens, Gaza, Ascalon et bien d'autres cités. Ils se dirigèrent aussi vers la laure de Saint Sabas, demandèrent l'or qu'ils prétendaient s'y trouver. Les moines leur rappelèrent que le monastère accueillait sans distinction les chrétiens et les Sarrasins. Mais rien n'y fit. Ils vinrent quelques jours plus tard, durant la vigile du dimanche, abattirent plusieurs moines avec des flèches, en écrasèrent d'autres avec des pierres et en asphyxièrent dix-huit autres par la fumée dans un souterrain. Puis ils partirent après avoir saccagé et pillé l'église et les cellules, sans avoir trouvé l'or qu'ils cherchaient et qui ne s'y trouvait pas.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars20.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_Mar_Saba



Saint Loarne Disciple de saint Patrick (5ème s.)
Il était le disciple de saint Patrick qui l'envoya, selon ce qu'en dit la tradition, annoncer l'Evangile aux Bretons qui ne lui ont élevé aucune chapelle ni dédié aucune localité.



Bienheureux Marc de Montegallo (+ 1497)
Originaire de la région d'Ascoli Piceno en Italie, il devint médecin, se maria, puis d'un commun accord avec sa femme, ils renoncèrent à un mariage heureux. Devenu franciscain et prêtre, il sillonna toute l'Italie en prêchant et en fondant des établissements de prêt sur gage, que nous appelons des « monts de piété. »



Saint Mars Évêque de l'ancien siège de Die
Les familles dans le besoin adressent des prières à Saint-Mars.



Saint Martin de Braga Evêque de Braga, au Portugal (+ 580)

Statue de Martin de Braga à Braga, Portugal.

Originaire de Pannonie (Hongrie actuelle) comme le grand saint Martin, il mena tout d'abord la vie monastique en Palestine. Puis il gagna la péninsule ibérique où il fut élu évêque de Braga dans le nord de l'actuel Portugal. Son livre "Prédication aux ruraux" eut à l'époque une grande influence. Et il n'est pas sans intérêt même de notre temps.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_de_Braga
http://fr.wikipedia.org/wiki/Braga



Bienheureux Maurice Csaky (+ 1336)
Il appartenait à la maison royale de Hongrie et, quelques années après son mariage, sa femme et lui furent d'accord pour se séparer. Il entra chez les dominicains et sa femme se fit aussi religieuse. Ils n'ont été ni béatifiés, ni canonisés. Son procès de canonisation était en cours et devait se conclure au concile de Ferrare, mais fut interrompu par l'invasion turque qui détruisit son tombeau à Gyor en 1438. Ce qui n'empêche pas les Hongrois de les honorer d'un culte très officiel.



Saint Myron (+ 1793)
Originaire de Crète, il était tailleur de son métier. Il évitait les relations avec les musulmans de son voisinage qui le prirent en haine. Ils décidèrent un jeune garçon musulman à le faire accuser devant le juge d'avoir été violé par lui. Le chaste Myron fut amené devant le juge auquel il déclara qu'il ignorait même que des hommes puissent se livrer à une telle débauche. Personne ne le crut et la foule demanda sa mort, à moins qu'il reniât le Christ. Myron resta ferme dans sa foi malgré les coups de bâtons qui pleuvaient sur lui, puis il fut condamné à mourir pendu à la potence du village.



Saint Nicétas (8ème s.)
"Etabli fermement sur le roc de la vraie foi par l'étude des Pères et des saintes Ecritures, il enseigna au peuple à rester fidèle à la foi de l'Eglise pour la vénération des saintes Images du Christ, de la Mère de Dieu et des saints, malgré la menace des hérétiques." Il fut exilé par les iconoclastes. A la suite de quoi, il tomba gravement malade et rendit son âme à Dieu.



Sainte Photine ou Svetlana (1er s.)
Ce sont les Grecs qui nous disent ainsi le nom de la Samaritaine qui rencontra Jésus au puits de Jacob et dont saint Jean (chapitre 4. versets 4 à 42) nous parle lorsqu'elle reçut la révélation de la grâce, "source jaillissante en vie éternelle." Selon une tradition, elle serait partie à Carthage où elle mourut, oubliée, dans une prison avec l'un de ses fils.
Selon une autre tradition, elle serait restée en Galilée où l'un de ses fils officier romain, Victor, chargé de persécuter les chrétiens, multipliait au contraire les conversions. Beaucoup d'entre eux furent condamnés à mort et exécutés avec elle et lui. Ce dernier sert à "donner un patron" au prénom Hector, pour lequel il n'existe aucun saint.
Il est peut-être utile de rappeler l'étymologie grecque "photos", la lumière et donc son équivalent latin, "lux, lucis", la lumière, comme Lucie.

Autre biographie:
Une légende grecque identifie Photine à la femme à qui Jésus aurait parlé de l’évangile de Saint-Jean. Après avoir parlé de Jésus à ses voisins, elle continue à prêcher l’évangile, puis est arrêtée et emprisonnée; elle décède au bout de trois ans. Selon une autre légende, elle aurait subi le martyr en compagnie de ses deux fils Joseph et Victor sous le règne de Néron; elle aurait aussi converti la propre fille de Néron au christianisme, de même qu’une centaine de ses domestiques.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Photine_la_Samaritaine



Bienheureux Remi (+ 783)
Fils du duc Hugues d'Alsace et neveu de sainte Odile, il fut élevé à Munster, près de Colam où il devint moine puis abbé de son monastère. Il fut ensuite évêque de Strasbourg. Le pape Léon IX autorisa son culte dans l'abbaye de Munster et dans les paroisses voisines.



Saint Tétrice évêque de Langres (+ v. 572)
Fils de l'évêque saint Grégoire de Langres en Champagne et oncle de saint Grégoire de Tours, il succéda à son père et, comme lui, devint évêque de Langres en 540.



Saint Urbice évêque de Metz (+ v. 420)
Il fit construire une église dédiée à saint Felix de Nole qui devint église abbatiale du monastère de saint-Clément.
Un vitrail à Metz dans la cathédrale Saint-Etienne représente saint Céleste, saint Siméon, saint Firmin, saint Legonce, saint Rufe, saint Adelphe de Neuviller, saint Urbice, tous évêques de Metz.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Metz



Saint Wulfran Archevêque de Sens (+ 720)

Saint Wulfran. Majus Chronicon Fontanellense. XIe.

Confesseur.
Il était le fils d'un officier de l'armée de Clovis II. Quand il perdit son père, il quitta la cour, vendit ses biens aux pauvres et donna ses terres à l'abbaye de Fontenelle. En 682, il fut nommé au siège épiscopal de Sens et, de là, partit évangéliser la Frise où il obtint la conversion du chef de ce pays. Il rentra à Fontenelle pour y mourir. Ses reliques sont toujours vénérées à Abbeville.

Autre biographie:
Fils de Fulbert, officier de la cour du roi Dagobert. Courtisan de Clotaire III, il devient moine bénédictin puis est nommé archevêque de Sens en 682, mais quitte rapidement cette charge pour partir évangéliser la Frise en compagnie d’un groupe de moines; il y passe 20 ans. Il convertit notamment le fils du roi Radbod et est autorisé à prêcher l’Évangile. Mais les mœurs de ces pays sont rudes et les rituels religieux comprennent souvent des sacrifices humains. Wulfran essaie de convaincre le roi de faire cesser ces pratiques, mais il se fait répondre que ce sont les coutumes et qu’il est impossible de les changer, tout en autorisant Wulfran à essayer de sauver quelques victimes, s’il le peut. Au cours de plusieurs opérations périlleuses, il parvient ainsi à sauver plusieurs personnes d’une mort affreuse. Sa santé devenant fragile, il rentre en France (à Fontenelle), où il décède (+ 704).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wulfram_de_Sens
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/03/20/index.html



Les Églises font mémoire...

Anglicans : Cuthbert (VIe s.), évêque de Lindisfarne, missionnaire

Coptes et Ethiopiens (11 baramhät/maggäbit) : Basile de Cherson (III-IVe s.), martyr (Église copte-orthodoxe) ; Sérapion, évêque de Thmuis (Église copte-catholique) ; Alëf (V-VIe s.), moine (Église éthiopienne)

Luthériens : Albert de Prusse (+1568), soutien de la Réforme

Maronites : Photine la Samaritaine et ses compagnons (Ier s.)

Orthodoxes et gréco-catholiques : Les 40 moines de Saint Sabas (+797), martyrs

Publié dans Saints

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article