08 mars

Publié le par echosdelabastide

Statue de saint Jean de Dieu vénérée à l'hôpital
Saint-Jean-de-Dieu de Barcelone. XVIIe.

Saint Jean de Dieu Fondateur des Frères de la Charité (+ 1550)

A huit ans, pour des raisons que l'on ignore, le petit portugais Joao Ciudad fait une fugue et se retrouve, vagabond, sur les routes. Pendant 33 ans, il va mener une vie d'errance : enfant-volé puis abandonné par un prêtre-escroc, il parcourt l'Espagne. Tour à tour berger, soldat, valet, mendiant, journalier, infirmier, libraire... Le vagabond, un moment occupé à guerroyer contre les Turcs en Hongrie, se retrouve à Gibraltar. Et c'est là qu'un sermon de saint Jean d'Avila le convertit. Il en est si exalté qu'on l'enferme avec les fous. Puis son dévouement éclôt en oeuvres caritatives. Tout ce qu'il a découvert et souffert, va le faire devenir bon et miséricordieux pour les misérables. Il collecte pour eux, ouvre un hôpital, crée un Ordre de religieux, l'Ordre de la Charité. L'hôpital qu'il a fondé à Grenade donnera naissance aux Frères Hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Au moment de mourir, il dira: "Il reste en moi trois sujets d'affliction : mon ingratitude envers Dieu, le dénuement où je laisse les pauvres, les dettes que j'ai contractées pour les soutenir."
Voir aussi sa biographie sur le site internet de l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu - Province de France.
http://saintjeandedieu.org/ewb_pages/b/biographie.php
Saint-Jean de Dieu est le patron des relieurs. On sollicite son aide pour guérir une dépendance à l’alcool.

Lecture

Pour vaincre, le diable et la chair, il est essentiel de ne pas se fier à soi-même, car on tombera mille fois dans le péché ; il faut et il suffit de ne s’en remettre qu’à Jésus Christ et ne pas pécher uniquement par amour pour lui et pour sa bonté ; il ne faut pas davantage murmurer, ni faire du mal ou provoquer du danger pour son prochain : désirer pour le prochain ce que nous voudrions qu’on fasse pour nous ; et désirer que tous soient sauvés ; aimer aussi et servir Jésus Christ seul pour ce qu’il est lui, et non par peur de l’enfer.

Jean de Dieu, Lettre à la Duchesse de Sesse

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/03/08.php
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/03/08/index.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Jean_de_Dieu
http://www.saintjeandedieu.com/



Saint Arien (+ 311)
saint Philémon et saint Apollone, martyrs. Il exerçait les fonctions de juge à Antinoë en Egypte, quand, témoin de la constance des chrétiens qu'il venait de condamner, il se convertit. On les conduisit ensemble à Alexandrie pour être noyés en mer.



Saint Duthac (+ 1065)
Irlandais, il passa la mer, comme tant d'autres de ses compatriotes, et devint évêque de Ross en Ecosse où de nombreuses localités portent son nom, comme la ville de Kilduthie. Il est aussi chargé de nombreuses légendes.



Saint Edward King (+ 1910)
Nous fêtons avec la Communion anglicane cet évêque de Lincoln qui mena une remarquable action pastorale.



Saint Etienne d'Obazine Abbé (+ 1159)

Tombeau de Saint-Etienne.

À Aubazine (Obazine), dans le Limousin, en 1159, il en fut le premier abbé de ce lieu. En quête de Dieu, il hésita entre la vie d’ermite, de chanoine et de moine. Il proposa à ses disciples de vivre en commun l’idéal du désert. Il établit, par la suite, ses communautés sous la dépendance de Citeaux qui, à la même époque, garantissait ce genre d’observance et s’agrégea à l’Ordre cistercien avec les trois monastères qu’il avait fondés.

Abbaye d'Aubazine.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_d%27Aubazine
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aubazine



Saint Félix (+ 646)
Un saint prêtre de Bourgogne qui convertit Sigebert, un roi des Angles qui avait été obligé de s'exiler un temps pour échapper à des usurpateurs familiaux. Quand il retourna en Angleterre, il emmena avec lui saint Félix et en fit un évêque dans le Suffolk. Saint Félix fut un bon évêque.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Suffolk



Saint Humphroy Evêque de Thérouanne (+ 871)
ou Hunfrid. Originaire de la région de Prüm en Allemagne, il fut évêque de Thérouanne en France et gouverna en même temps l'abbaye de Saint-Bertin. Il fut chassé de sa ville épiscopale par les invasions normandes. Après bien des hésitations, il n'abandonna pas sa charge et nous le retrouvons au concile d'Aix-la-Chapelle. Nous avons de lui une lettre au pape Nicolas I. Il est l'un des premiers évêques à avoir donné grande solennité à la fête de l'Assomption de la Vierge Marie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9rouanne

Autre biographie:
Moine bénédictin à Prumes, dans les Ardennes, il succède ensuite à Saint-Folquin comme évêque des Morins, à Thérouanne. Contraint par les invasions normandes à abandonner son évêché, il demande au Pape Nicolas Ier l’autorisation de se retirer dans un monastère, mais ce dernier refuse, lui faisant remarquer qu’il serait plus utile à soutenir ses fidèles dans son évêché et que le moment était précisément mal venu de les abandonner dans de telles circonstances. Il décide alors de retourner à son évêché et consacre toutes ses énergies à réconforter ses ouailles et à rebâtir tout ce qui a été détruit par les Normands. Après neuf années d’épiscopat, il gouverne l’abbaye de Saint-Bertin, mais n’y demeure que deux ans, étant démis par le roi Charles le Chauve qui préfère y placer un abbé de son choix.



Saint Hunon (+ 690)
Un saint moine anglais qui assista l'abbesse du monastère d'Ely, sainte Etheldrède, dans ses derniers moments. Vers la fin de sa vie, il se retira dans un ermitage des Fens.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Etheldr%C3%A8de_d%27%C3%89ly
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_de_la_Sainte-et-Indivisible-Trinit%C3%A9_d%E2%80%99Ely



Saint Just Ranfer de Bretenières prêtre MEP martyr en Corée (+ 1866)

Saint Just Ranfer de Bretenières, 1838-1866
La connaissance et l'amour de Dieu dilatent le coeur de l'homme et peuvent le conduire jusqu'à donner sa vie avec joie pour le salut de ses frères, comme le montre l'exemple de saint Just de Bretenières.
Lors de la canonisation des 103 martyrs de Corée – parmi lesquels Just de Bretenières et ses compagnons –, le 6 mai 1984, le Pape Jean-Paul II disait: «La mort des martyrs est semblable à la mort du Christ sur la Croix, parce que, comme la sienne, la leur est devenue le commencement d'une vie nouvelle. Cette vie nouvelle s'est manifestée non seulement en eux – en ceux qui ont subi la mort pour le Christ, mais elle a été aussi étendue à d'autres. Elle est devenue le ferment de l'Église comme communauté vivante de disciples et de témoins de Jésus-Christ. «Le sang des martyrs est une semence de chrétiens»: cette expression des premiers siècles du christianisme trouve sa confirmation devant nos yeux».
(source: Paroisse St Just de Bretenières - Chalon-sur-Saône)
http://www.paroissesaintjust.org/mapage2/index.html

Le 6 mai 1984, à Séoul, à l’occasion de son voyage en Corée, le Pape Jean-Paul II réunit dans une même canonisation ces 103 bienheureux. Parmi eux, figurent 3 évêques de la Société des Missions Etrangères de Paris (Laurent Imbert, Siméon Berneux, Antoine Daveluy,) 7 prêtres de la même Société (Pierre Maubant, Jacques Chastan, Just Ranfer de Bretenières, Louis Beaulieu, Pierre Dorie), Pierre Aumaitre, Martin-Luc Huin) ; le premier prêtre coréen (André Kim) et 92 laïcs de tous âges et de toutes conditions.
(source: Missions étrangères de Paris)
Just de Bretenières † 8 mars 1866 décapité à Sainamtheo (Seoul)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Just_de_Breteni%C3%A8res
http://pagesperso-orange.fr/paroissedetalant/html/patrimoine/html/saintjust.htm



Saint Lazare (+ 1391)
L'Eglise russe fait mémoire de ce saint higoumène qui dirigea avec douceur et patience le monastère de Mourmansk dans le Grand Nord russe.



Saints Martyrs de Corée (19ème s.)
Nous fêtons ces martyrs qui, entre 1839 et 1866, donnèrent leur vie en témoignage de la foi au Christ. Le Pape a canonisé le 6 mai 1984, onze prêtres martyrs qui appartenaient aux Missions Etrangères de Paris, vingt quatre catéchistes coréens, dix jeunes femmes coréennes et six jeunes garçons et filles de moins de vingt ans, qui furent étranglés ou décapités. On estime à près de 10.000 les martyrs de cette période. Nous les fêtons aussi chacun au jour des calendriers liturgiques des Eglises qui les vénèrent. Nous fêtons aujourd'hui Pierre-Henri Dorie.



Saint Ogmond (+ 1121)
Evêque de Holar en Islande, il en est l'un des premiers évangélisateurs. Il a été canonisé en 1201.



Saint Paul Evêque de Plousias en Bithynie (+ 843)
Evêque de Plousias en Bithynie, il était peiné de voir que les hérétiques iconoclastes renversaient les saintes icônes dans les églises pour les remplacer par des décorations végétales. Il le leur reprochait par des discours enflammés, ce qui le fit exiler dans la région de l'Olympe où il endura cette peine avec patience jusqu'à sa mort.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars08.html



Saint Pierre Henri Dorie (+ 1866)
Originaire de Saint-Hilaire-de-Talmont, il fit ses premièrs études aux Sables d'Olonne, entra au grand séminiaire de Luçon, mais il était attiré par les missions lointaines. C'est pourquoi, en 1862, il entra au séminaire des Missions Etrangères de Paris et fut envoyé en Corée. Quelques mois lus tard, il fut arrêté par la police coréenne qui recherchait les missionnaires entrés en fraude. Arrêté, torturé, il fut décapité avec deux évêques de la province, quatre autres missionnaires et dix-sept coréens (voir les martyrs de Corée). On fait mémoire de lui aujourd'hui dans le diocèse de Luçon en Vendée. Canonisé en 1984 par le pape Jean-Paul II.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Dorie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Talmont-Saint-Hilaire



Saint Ponce Diacre (+ 262)
Confesseur. Diacre de saint Cyprien, il accompagna son évêque en exil et l'assista dans son martyre.



Saint Provin (+ 420)
Originaire de la Gaule cisalpine, il devint le disciple de saint Ambroise, évêque de Milan. Il fut ensuite nommé coadjuteur de saint Félix, l'évêque de Côme, à qui il succéda en 391.



Saint Quinctile Évêque de Nicomédie, Martyr (?)



Saint Rhian (?)
Probablement un moine, peut-être même un abbé dont le nom s'est attaché à une localité du Pays de Galles, Llanrhian, en Dyfed. C'est tout ce que nous savons de lui.




St-Senan, moine (488-544)
Fils d’une famille de cultivateurs irlandais chrétiens. Il reçoit son éducation de Saint-Naul, puis devient moine à Kilmanagh. Il effectue ensuite un pèlerinage à Rome et à Tour (qui à l’époque est un grand centre du monachisme). Fondateur de plusieurs églises et monastères. Vers la fin de sa vie, il se retire sur les bords de la rivière Shannon (qu’on suppose avoir été nommée ainsi en son honneur).



Saint Théotique Martyr (période inconnue)
Martyr à Antinoé (Égypte) en compagnie de St-Arien (Arianus) et de trois autres. Jetés à la mer pour y périr noyés, leurs corps furent rapportés au rivage par des dauphins.
Saint-Théotique est invoqué pour ne pas souffrir du mal de mer.



Saint Vérémond (+ 1092)
Originaire de la Navarre, il entra au monastère Notre-Dame d'Hirache et, sous son abbatiat, cette abbaye devint l'une des plus importantes du royaume. Conseiller des rois de Navarre, il réussit à convaincre le Saint-Siège de ne pas supprimer la liturgie mozarabe. Il fut aussi un grand ami des pauvres.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rite_mozarabe



Bienheureux Vincent Kadlubeck (+ 1223)

Issu d'une famille noble de Pologne, il fait de brillantes études et est reçu docteur de l'Université de Cracovie. Ordonné prêtre et prévôt de la collégailae de Sandomir, il est élu évêque de Cracovie en 1208. Il évangélise les peuples du nord de la Pologne qui sont encore païens, se préoccupe d'améliorer la vie des pauvres et embellit les églises. Il a une grande dévotion envers l'Eucharistie qui est pour lui la source de toute sa spiritualité. Après 10 ans d'épiscopat, il décide de se retirer, distribue ses biens aux pauvres et, pieds nus, il rejoint le monastère cistercien où il mourra cinq ans plus tard.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Vincent_de_Kadlubek



Les Églises font mémoire...

Anglicans : Edward King (+1910), évêque de Lincoln; Félix (+647), évêque, apôtre des Angles d’orient ; Geoffrey Studdert Kennedy (1929), prêtre et poète

Catholiques d’occident : Jean de Dieu, religieux (calendrier romain)

Coptes et Ethiopiens (29 amsir/yakkatit) : Polycarpe (+ env. 167), évêque de Smyrne, martyr (Église copte)

Luthériens : Thomas d’Aquin (+ 1274), docteur de l’Église en Italie

Maronites : Françoise Romaine (+1440), moniale ; Jean de Dieu

Orthodoxes et gréco-catholiques : Théophylacte (+ 842), évêque de Nicomédie et confesseur

Publié dans Saints

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article