06 mars

Publié le par echosdelabastide

Sainte Colette de Corbie Réformatrice des Clarisses (+ 1447)

Elle est née à Corbie, en Picardie. Ses parents se désolaient de ne pas avoir d'enfants. Ils prièrent saint Nicolas. Lorsqu'ils reçurent cette petite fille, ils lui donnèrent le nom du saint protecteur : Nicole, devenu aussi, en diminutif familier Colette.
Orpheline à 18 ans, elle obtint du Père Abbé d'un monastère voisin, la possibilité d'entrer chez les béguines d'Amiens malgré son âge. Elle n'y reste qu'un an jugeant leur vie trop douce. Même déception chez les bénédictines, puis chez les clarisses.
Son père spirituel est franciscain et comprend son désir d'austérité. Il la fait entrer dans le Tiers-Ordre de Saint François comme recluse à Corbie. Mais elle se sent appelée à plus de pauvreté encore et, pour cela, elle veut réformer le Second Ordre de saint François, les clarisses. C'est pourquoi elle obtient de rencontrer le pape Benoît XIII qui réside alors en Avignon (note d'un internaute: "C'est à Nice que Colette rencontra le pape Benoit XIII. Le Monastère de Cimiez en garde le souvenir"). Ce pape n'était qu'un anti-pape du Grand Schisme qui déchirait alors l'Occident. Mais son sens spirituel était réel et profond. Il reçoit la profession religieuse de sainte Colette dans la règle de Sainte Claire et la nomme abbesse de tous les monastères qu'elle sera amenée à fonder ou réformer.
Cette décision sera confirmée par Innocent IV, le vrai pape de Rome.
Colette vient alors en Franche-Comté et réforme en premier lieu le monastère de Besançon puis bien d'autres en Savoie, Artois, Allemagne et Belgique.
Elle mourra à Gand et son corps sera, par la suite, transporté à Poligny dans le Jura.

Autre biographie:
Fille de Robert Boellet, charpentier picard, et de Marguerite Moyon. À la mort de ses parents, elle distribue tout ce qu’elle possède aux pauvres et cherche en vain une communauté dans laquelle elle pourrait s’engager dans une clôture absolue. N’en ayant point trouvé, elle obtient de l’abbé de Corbie qu’il lui fasse construire une cellule adossée aux murs d’une église; elle y entre après avoir fait profession du Tiers Ordre de Saint-François. Le Père Jean Pinet, franciscain du couvent d’Hesdin, la forme à la pratique de cette règle. En 1406, elle obtient une dispense de sa clôture pour rendre visite au pape Benoît XIII et lui demander d’être admise chez les clarisses et de réformer et de rétablir le second Ordre de Saint-François. Ayant obtenu satisfaction, elle revient dans sa patrie et cherche dans les diocèses d’Amiens, Noyon et Paris un lieu propice pour bâtir un monastère, mais l’hostilité de nombreuses personnes l’oblige à y renoncer. Elle est alors présentée à la duchesse de Genève, Blanche de Savoie, qui met à son entière disposition une partie de son château de la Balme. Colette s’y installe avec ses compagnes et débute une vie entièrement dévouée à la fondation de nombreux monastères et à la réforme de beaucoup d’autres (1381-1447)
Sainte-Colette est la patronne des charpentiers.

Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/03/06.php
http://www.magnificat.ca/cal/fran/03-06.htm#colette
http://fr.wikipedia.org/wiki/Colette_de_Corbie



Saint Baldrède Evêque écossais (8ème s.)
ou peut-être aussi saint Balther. Evêque écossais, sans doute successeur de saint Mungo à Glasgow. Il aurait terminé sa vie comme ermite sur les rives du Firth of Forth.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Baldred



Saint Codroel Abbé de Waulsort puis de Saint-Clément de Metz (+ 978)
D'origine écossaise, il vient en Irlande puis se rend dans la région de Namur. Il entre au monastère bénédictin de Fleury sur Loire et c'est de là qu'il est appelé à devenir premier abbé de Saint-Clément de Metz.



Saint Cyriaque Servait la messe de saint Maximin de Trèves (4ème s.)
ou Quiriace. Il servait la messe de saint Maximin de Trèves avec beaucoup de ferveur et de ponctualité. Il servait aussi le saint évêque dans bien d'autres tâches et c'est ainsi qu'il vécut la sainteté, dans la plus entière humilité.



Saint Cyrille de Constantinople Prieur général des Carmes de Palestine (+ 1235)
Né de parents grecs à Constantinople, il fut ordonné prêtre dans l'Eglise latine et devint réputé pour son enseignement de la sainteté. Entré chez les Carmes de Palestine à l'âge de quarante-six ans, il fut leur prieur général pendant dix-sept ans.



Saint Evagre de Constantinople Evêque de Constantinople (+ v. 378)
Elu par les catholiques comme évêque de Constantinople, après que les évêques ariens eurent occupé ce siège épiscopal, il n'y resta que quelques mois, envoyé en exil par l'empereur Valens.



Saint Fridolin de Säckingen Moine près de Bâle (+ 540)

Originaire d'Irlande, dit-on, il s'en vint en Bourgogne. Grâce à Clovis, il fit reconstruire la basilique de saint Hilaire à Poitiers, puis évangélisa la Lorraine, la Suisse et l'Alsace. Il se retire enfin dans l'île de Sickingen, sur le lac de Constance, dans un monastère qu'il avait fondé. Il est le patron du canton suisse de Glaris.

Autre biographie:
Issu d’une illustre famille irlandaise, Fridolin poursuit d’importantes études, s’engage dans le sacerdoce, puis décide enfin de quitter son pays pour propager la foi. Il évangélise une partie des Gaules avant de se fixer à Poitiers, où il est nommé abbé. À la suite d’une apparition de Saint-Hilaire, il se rend à la cour de Clovis en compagnie d’Adelphe, l’évêque de Poitiers. Le roi, qui est dans de bonnes dispositions à la suite de la victoire qu’il vient de remporter sur les Visigoths, leur fournit de l’argent et des terres afin qu'ils puissent restaurer l’église et le monastère de Saint-Hilaire. Une fois cette mission accomplie, Saint-Hilaire lui apparaît à nouveau, et lui demande de se diriger vers l’est de la France. Fridolin obéit encore et se met en route; en chemin, il évangélise les populations et bâtit plusieurs monastères et églises. Une troisième apparition de Saint-Hilaire lui indique qu’il doit se diriger vers une île déserte au milieu du Rhin pour y passer le reste de sa vie. Ayant trouvé l’île (située près d’un lieu nommé Seckingen), il tente de s’y installer, mais est chassé violemment par les riverains qui le prennent pour un vagabond et un voleur. Fridolin demande une nouvelle fois le secours de Clovis, qui lui fait don de l’île. Il se consacre alors entièrement à la fondation de deux couvents, l’un destiné à former des missionnaires et l’autre destiné à recevoir des religieuses.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fridolin_de_S%C3%A4ckingen
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.saeckinger-geschichte.de%2Ffridolin.htm



Bienheureuse Hélène de Pologne Fille du roi Béla IV de Hongrie (+ 1298)
Elle épousa le roi de Pologne, Boleslas V. Veuve très jeune, elle entra chez les clarisses de Gniezno. Son culte fut approuvée en 1827.



Saint Hesychius En Bithynie (+ 972)
Il quitta sa patrie pour venir en Bithynie, s'installant sur une colline, pour y prier continuellement afin de commencer dès ici-bas la louange de la Jérusalem d'En-Haut. L'évêque d'Amasée, reconnaissant sa sainteté, le fit enterrer dans sa cathédrale.



Invention de La Croix

Selon une tradition qui remonte à saint Ambroise, le bois de la vraie croix aurait été retrouvé au 4ème siècle par sainte Hélène, la mère de l'empereur Constantin. A l'emplacement où la tradition populaire gardait le souvenir de la Passion, se dressait un temple d'Aphrodite. Elle obtint de son fils qu'on opérât des fouilles qui permirent de découvrir une petite colline et un tombeau. Des miracles accompagnèrent la découverte des morceaux de bois qui avaient été jetés dans un puits voisin. Ils furent ainsi reconnus comme étant ceux de la passion du Christ et furent dès lors l'objet d'un culte liturgique.

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmars/mars06.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Croix
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome02/069.htm



Saint Ollégaire (Bienheureux), Évêque de Barcelone (+ 1137)



Saint Job Père spirituel du tsar Pierre de Grand (+ 1720)
Né à Moscou, il fut le père spirituel du tsar Pierre de Grand. Victime des calomnies, il est exilé au monastère de Solovki dans le Grand Nord, où il meurt à quatre-vingt cinq ans en chantant :"Je quitte ce monde avec joie."

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Ier_de_Russie



Bienheureux Jourdan de Pise Frère Prêcheur (+ 1311)
Il naquit à Pise et entra chez les Frères Prêcheurs. Après ses études à Paris, il retourna en Italie et se fit une grande réputation de prédicateur à Florence et en Toscane. Il prêchait en effet dans la langue populaire et non pas en latin. Il est l'un des créateurs de la langue italienne. Son culte fut approuvé en 1833.



Saintes Kineburge, Kineswide et Tibba bénédictines (+ v. 680)
Kineburge et Kineswide étaient filles de Penda (626-655), roi païen de Mercie qui eut six enfants dont Saint Ethelred, abbesses dont les reliques se trouvent dans l'abbaye de Saint Peterborough, Northumbrie, Grande-Bretagne. Kyneburge fonda une abbaye à Dormancaster (actuellement Castor, Northamptonshire). Kyneswide, sa soeur, l'y rejoignit et lui succéda. Tibba était probablement de leur famille et entra comme religieuse dans ce couvent.
A lire aussi Moines bénédictins - abbaye de Peterborough
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.british-history.ac.uk%2Freport.aspx%3Fcompid%3D40221



Saint Marcien Evêque de Tortone (+ 120)
Le Piémont avait besoin d'un saint d'origine apostolique. Saint Marcien serait le disciple de saint Barnabé et évêque de Tortone. Après un épiscopat de quarante-cinq ans, il fut martyrisé sous l'empereur Hadrien.



Saints Martyrs d'Amorium 42 personnes (+ 845)
Le calife de Bagdad avait remporté la victoire contre les Byzantins et, après la prise de la ville d'Amorium en Haute Phrygie, il fit passer les habitants au fil de l'épée ne gardant prisonniers que quarante-deux officiers dans des conditions particulièrement infectes. A leurs gardiens qui leur demandaient d'abjurer la foi chrétienne pour être libérés, ils répondirent "Que feriez-vous si vous étiez à notre place?" -"Nous changerions de religion, car il n'y a rien de plus cher que la liberté." Pendant sept ans, ils préférèrent la prison pour le Christ, à l'apostasie pour la liberté. Puis, ils furent condamnés à l'exécution capitale. Sur les rives de l'Euphrate devant une foule venue assister à leur exécution, ils s'avancèrent un à un, et sans crainte ni hésitation, ils présentèrent leur tête au bourreau.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amorium
http://fr.wikipedia.org/wiki/Phrygie



Saint Sane Evêque d'Irlande (6ème s.)
que l'on peut confondre avec saint Sénan, évêque d'Irlande, vénéré en Bretagne au village de Plouzané - 29263 et en Camors dans le Morbihan.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Plouzane
http://fr.wikipedia.org/wiki/Camors


Les Églises font mémoire...

Coptes et Ethiopiens (27 amsir/yakkatit) : Eustache (+337), patriarche d’Antioche (Église copte)

Luthériens : Crodegang de Metz, (+766) évêque en Lorraine

Orthodoxes et Gréco-catholiques : Les 42 martyrs d’Amorium (+ 838)

Vieux Catholiques : Fridolin (VII-VIIIe s.), moine et évangélisateur

Publié dans Saints

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article