09 janvier

Publié le par echosdelabastide

Le 9 janvier est le 9e jour de l'année du calendrier grégorien.

Il reste 356 jours avant la fin de l'année, (357 jours dans le cas des années bissextiles).

C'était généralement le jour du van, 20e jour du mois de Nivôse, dans le calendrier républicain français.

Dictons 

  • « Pour Saint-Adrien, le froid nous revient. »[4].
  • « Saint-Julien brise la glace, s'il ne la brise c’'est qu'il l'embrasse » [5

Célébrations 


 

Saints chrétiens 

Saints catholiques[2] et orthodoxes[3] du jour
Saints et bienheureux catholiques[2] du jour

Prénoms du jour 

Bonne fête aux :

  • Alix, au calendrier cvil 2010, et ses dérivés : Aelith, etc.

Et aussi aux :


Bienheureuse Alix Le Clerc


Fondatrice de la congrégation Notre-Dame - Chanoinesses de St Augustin (+ 1622)
Sa famille qui habitait Remiremont dans les Vosges était riche; Alix était belle, elle aimait la vie, la danse et les danseurs. Et puis, un jour, elle se convertit. Elle avait vingt et un ans. Sous la direction spirituelle de saint Pierre Fourier, elle se donna à l'éducation des jeunes filles en fondant la congrégation Notre-Dame (Chanoinesses de Saint-Augustin).
Sa vie est faite de simplicité, de prière et de respect de la grâce de Dieu en chaque jeune dont elle recevait la charge éducative.
Voir aussi le site de la Congrégation Notre-Dame.
http://congregation-notredame.cef.fr/cnd/index.php

Un internaute nous signale:
"Elle fut canonisée avant la découverte de ses reliques, fait exceptionnel. Ses reliques ont été transférées le 14/10/2007 à la Cathédrale de Nancy. Une grande cérémonie a eu lieu en présence de l'évêque Mgr Papin."
L’année 2007 est baptisée « Année Alix »

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alix_Le_Clerc
http://congregation-notredame.cef.fr/cnd/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=53&Itemid=79



Saint Adrien de Cantorbéry Evêque (+ 710)
Grâce à l'un de ses amis, l'évêque de Cantorbéry, Théodore, il fut nommé abbé du monastère Saint-Pierre-et-Saint Paul qu'il gouverna durant trente ans. Il en fit un foyer de ferveur spirituelle et intellectuelle. Il y enseignait lui-même le grec, le latin et les arts humanistes. La plupart de ses moines parlaient au moins trois langues. Il fut ainsi un collaborateur efficace de l'évêque Théodore dans une étape décisive de l'histoire de l'Eglise d'Angleterre.
autre biographie:
Originaire d’Afrique, il se rend en Italie où il prend l’habit monastique avant d’être élu abbé de Nérida, non loin de la ville de Naples. Le pape Vitalien le désigne ensuite pour succéder à Deusdedit comme abbé de Cantorbéry. Alors qu’il traverse le territoire français sur le chemin de l’Angleterre, il est arrêté par Ebroïn, qui le soupçonne de soutenir des intérêts étrangers contre la France. Empêché de poursuivre sa route, il est détenu en divers endroits, avant d’être finalement autorisé à s’embarquer pour l’Angleterre. Quelques années plus tard, il est nommé abbé du monastère Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Adrien_de_Cantorb%C3%A9ry



Saint Filan (+ 1314)
ou Fillan. Abbé d'un monastère en Ecosse, il est honoré surtout parce que ses prières et ses interventions ont donné la victoire aux Ecossais contre les Anglais. A sa manière, il fut pour les Ecossais ce que sainte Jeanne d'Arc fut pour les Français.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Fillan



Saint Honoré de Buzançais (Bienheureux)(+ 1250)
Négociant en bétail installé à Buzançais (Indre), il est très apprécié par les membres de sa communauté en raison de son attitude pieuse et charitable envers tous. Au cours d’un séjour qu’il effectue au village de Thénezay (Deux-Sèvres) pour affaires, il est assassiné par deux de ses domestiques, qui abandonnent ensuite son cadavre dans une forêt. Lorsqu’on le retrouve, des funérailles sont organisées, et on constate alors que de nombreuses guérisons miraculeuses se produisent par simple contact avec son corps. Il s’ensuit une querelle entre les deux localités qui revendiquent chacune la possession des reliques du bienheureux. Il est finalement décidé de remettre son corps à Buzançais, et de conserver sa tête à Thénezay, où il fait dès lors l’objet d’un culte important. Une chapelle est bâtie sur les lieux du meurtre et un pèlerinage y est organisé.
http://terresdeloire.net/bassins/bassin_loire/bassin_thouet/thouet_79/thouet_



Saints Julien et Basilisse Epoux, martyrs à Antinoé (+ 309)

L'Eglise Paroissiale Saint Julien Sainte Basilisse à Mouthoumet

Ils consacrèrent leurs biens au soulagement des pauvres et leurs forces à soigner les malades qu'ils abritaient dans leur maison.
Ste-Basilisse Épouse de Saint-Julien, un couple résidant en Égypte. Après avoir choisi de vivre dans la continence, les deux époux accueillent en leur demeure tous les indigents qui s’y présentent et leur procurent nourriture et soins : Basilisse s’occupe des femmes tandis que Julien soigne les hommes. Victime de la persécution de Dioclétien, le couple est condamné à mort après avoir été supplicié.

Voir aussi:
http://www.levangileauquotidien.org/www/popup-saints.php?language=FR&id=1072&fd=0
[url]http://www.audecathare.fr/villages/mouthoumet.htm[/url]

Bouquet spirituel: Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croyez point. Jn 4,48

Saint Julien

SAINT JULIEN L'HOSPITALIER
et SAINTE BASILISSE
Martyrs
(313)

Saint Julien naquit à Antioche, capitale de la Syrie, de parents illustres et craignant Dieu. A l'âge de dix-huit ans, ils le sollicitèrent de s'engager dans les liens du mariage. Après quelques jours de réflexion, ayant eu une vision, Dieu lui promit que sa future épouse conserverait avec lui sa virginité et que leur union serait pour beaucoup une occasion de salut. Il consentit alors à épouser une jeune fille, nommée Basilisse, que ses parents lui présentèrent. Le soir même des noces, les pieux époux s'étant mis en prière, Basilisse sentit dans la chambre un suave parfum de fleurs, quoiqu'on fût au coeur de l'hiver. Son époux lui expliqua comment ces fleurs signifiaient la bonne odeur de la virginité, et il obtint sans peine qu'elle consentit à vivre avec lui dans la continence parfaite. Leur voeu fut aussitôt récompensé, car un choeur de Saints et de Saintes, conduit par Jésus et Marie, leur apparut dans une nuée brillante, et les deux époux entendirent une harmonie toute céleste qui remplit leur âme d'une joie inénarrable.

Leurs parents étant morts, ils consacrèrent tous leurs revenus au soulagement des pauvres et des malades; ils firent même de leur maison une espèce d'hôpital. Il y avait des logements séparés pour les hommes et pour les femmes. Basilisse avait soin des personnes de son sexe, et Julien, que son immense charité avait fait surnommer l'hospitalier, avait soin des hommes. La pieuse épouse mourut la première, après avoir reçu un avertissement céleste, et prédit à son époux qu'il recevrait bientôt la palme du martyre. En effet, la persécution s'étant élevée, Julien connu par son zèle pour la religion de Jésus-Christ, ne tarda pas à être jeté en prison. Son interrogatoire, ses supplices, furent accompagnés d'étonnants prodiges et surtout de nombreuses conversions. Épargné par le feu et par les bêtes féroces, Julien eut enfin la tête tranchée, le 9 janvier 313. Son tombeau fut illustré par une foule de miracles; dix lépreux y furent guéris le même jour.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.



Saint Marcellin (6ème s.)
L'on ne sait de lui que sa maladie qui le rendit infirme. En 1643 on montrait encore son bréviaire que les démons auraient brûlé, mais il ne semble pas que la date de l'édition correspondait aux dates de sa vie.



Sainte Marcienne (4ème s.)

Elle vivait en Mauritanie, actuellement l'Algérie, à l'époque de la persécution de Dèce. Elle fut livrée trois fois à des gladiateurs pour être deshonorée. Si grande fut sa pudeur dans une telle nudité qu'ils la respectèrent. Tertullien déclare à ce propos :"Lorsque vous avez exposé une chrétienne à la brutalité d'un gladiateur, vous avez confessé par là qu'une atteinte à la pudeur est pire que toute peine et toute mort. Mais elle fut respectée et vous n'avez rien gagné." Elle fut mise à mort dans les jeux du cirque sous les dents d'un léopard.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcienne_de_Dellys



Sainte Paschasie (2ème s.)
qui est honorée à Dijon où elle mourut martyre. Elle fut disciple et coopératrice de saint Benigne dans son évangélisation de la Bourgogne.
Vierge en Bourgogne, elle offre l’hospitalité à Saint-Bénigne, dont elle devient la disciple. Après la mort de ce dernier, elle est arrêtée à son tour puis emprisonnée avant de périr par le feu sous le règne de Marc-Aurèle. La basilique Saint-Bénigne de Dijon a été fondée sur le lieu de sa sépulture.



Vénérable Pauline Jaricot Laïque (+ 1862)

Conférence du cardinal Tomko sur le thème de l'actualité du message de Pauline Jaricot et sur le sens de la mission aujourd'hui. (site du Vatican)
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cevang/documents/rc_con_cevang_doc_19990918_tomko-jaricot_fr.html
centenaire de la naissance de Pauline Jaricot. (site du Vatican)
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cevang/documents/rc_con_cevang_doc_19990919_tomko-jaricot_fr.html
Coopération missionnaire : Pauline Jaricot, une grande figure de l’Eglise
http://www.mission.catholique.fr/lorette-la-maison-de-pauline/archives-168/l-inauguration-le-5-mai-2005/

Voir aussi:
http://catho62-bruay.cef.fr/rosaire/jaricot/jaricot.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pauline_Jaricot
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.philomena.org%2F



Saint Philippe de Moscou Métropolite de Moscou et de toute la Russie (+ 1569)

Il entra au monastère de Solovski, au delà du cercle polaire et si grandes furent sa probité et ses vertus qu'il y fut élu comme higoumène. Désigné pour être métropolite de Moscou, il sut résister aux cruautés du tsar Ivan le Terrible et il lui dit la Vérité dans la cathédrale même de la Dormition au Kremlin. Les chrétiens, et même les évêques, par peur du tsar ne le soutinrent pas. Il fut déposé par un concile local, exilé dans un monastère près de Tver et c'est là que le bourreau favori de l'empereur vint l'étrangler.
'Quand la puissance d'Ivan le Terrible était à son sommet, le métropolite de Moscou, Saint Philppe osa protester ouvertement contre cette effusion de sang et cette injustice et le proclama à sa face pendant une célébration liturgique. Ivan le fit emprisonner puis étrangler.'
(source: site de l'Eglise orthodoxe)
http://orthodoxeurope.org/page/13/1.aspx
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjanvier/janv09.html



Saint Pierre de Sébaste Evêque en Arménie, Frère de saint Grégoire de Nysse et de saint Basile (+ 391)
Evêque en Arménie, issu d'une étonnante famille de saints : Non seulement il était le frère de saint Basile de Grand et de saint Grégoire de Nysse et sa soeur fut sainte Théosobie. Il était aussi le fils de saint Basile l'ancien et de sainte Emilienne et petit-fils de sainte Macrine. Elevé au siège de Sébaste, il donna les preuvres de la plus ardente charité et d'une grande fidélité théologique, en particulier lors du concile oecuménique de 392 à Constantinople.



Saints Polyeucte et Néarque (3ème s.)

Saint Polyeucte.

Officiers de la douzième légion romaine en Arménie. Néarque était chrétien et son ami Polyeucte encore païen. La persécution devait les séparer. Mais alors la foi les unit. Ils furent arrêtés, parce qu'il était demandé aux soldats de sacrifier l'encens à l'empereur. Pauline, l'épouse de Polyeucte, le poussait à renier Jésus-Christ. Néarque et lui furent décapités. Une tragédie de Corneille perpétue ce combat de la foi.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Polyeucte_de_M%C3%A9lit%C3%A8ne



Saint Vaneng Ami de Clotaire III, roi des Francs (+ 688)
ou Waneng. Conseiller de la régente sainte Bathilde puis gouverneur du Pays de Caux en Normandie, il consacra une partie de sa fortune à fonder l'abbaye de Fécamp où il vint, plus tard, partager la prière et la vie des moines.

Autre biographie:
Fils d'un couple de nobles francs de la région de Rouen, il devient capitaine des armées du roi Clotaire II. Proche conseiller de la reine Bathilde, il devient le tuteur de son fils, le futur Clotaire III. Il se lie également d'amitié avec Saint-Ouen, l'archevêque de Rouen et avec Saint-Vandrille, l'abbé de Fontenelles. Marié et père d’un fils (qui deviendra moine à Fontenelles), il est aussi très pieux et très respecté. Le roi lui confie d'ailleurs le gouvernement de la province de Caux, où il consacre une partie de ses revenus à bâtir des monastères, dont l'abbaye de Fécamp, qu’il place sous la direction de Sainte-Hildemarque. Il finit ses jours comme simple serviteur dans cette abbaye.



Les Églises font mémoire...

Catholiques d’occident : Les 40 martyrs de Sébaste (+320); calendrier mozarabe)

Coptes et Ethiopiens (30 kiyahk/tahsas): Second jour de la Nativité glorieuse;
Mémoire de l’adoration des Mages ; Jean, higoumène de Scété (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Jean Laski (+1560), réformateur en Frise orientale et en Pologne

Orthodoxes et Gréco-catholigues : Polyeucte de Mélitène (IIIe s.), martyr.

Publié dans Calendrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article