07 mai

Publié le par echosdelabastide

 Bienheureuse Gisèle * Epouse de saint Etienne de Hongrie et mère de saint Emeric (+ 1060)

Gisèle et son époux Étienne Ier de Hongrie.

Epouse du roi saint Etienne de Hongrie, un prince d'une grande bonté et qui, dit-on, était toujours d'humeur joyeuse. Elle participa avec lui à l'évangélisation de son pays.
A la mort du roi, elle fut chassée du royaume et se retira au monastère de Niederburg dont elle devint l'abbesse.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/7905/Saint-Etienne-de-Hongrie.html

*Gisèle est un prénom féminin d'origine germanique, venant de gīsel signifiant "otage" (cf. allemand Geisel).

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gis%C3%A8le_de_Bavi%C3%A8re
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_Ier_de_Hongrie



Saint Agostino Roscelli fondateur de la communauté des Soeurs de l'Immaculée (+ 1902)

Agostino Roscelli est un prêtre originaire de l'Italie. Il est le fondateur de la communauté des Soeurs de l'Immaculée à Gênes (Genova), le 15 octobre 1876.
Il est né le 27 juillet en 1818, d'une humble famille, dans un tout petit village, Bargone. Il a étudié à Gênes et devenu prêtre, le 19 septembre 1846, il passa sa longue vie à aider les gens dans le besoin: les pauvres, la jeunesse, les prisonniers.
Le 7 mai 1902, la veille de la fête de l'Ascension, il entre dans la maison du Père.
Aujourd'hui, les Soeurs de l'Immaculée continuent son oeuvre dans l'éducation et la formation des jeunes, ainsi que dans les hôpitaux, en Italie, en Amérique latine, au Canada et en Roumanie.
Béatifié le 7 mai 1995 puis canonisé le 10 mai 2001 par le pape Jean-Paul II.
Site Internet du Vatican:
Agostino Roscelli (1818-1902)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20010610_roscelli_fr.html
Discours du pape Jean-Paul II aux pèlerins venus pour la canonisation de 5 bienheureux le lundi 11 juin 2001
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/speeches/2001/documents/hf_jp-ii_spe_20010611_canonization_fr.html



Bienheureux Albert * de Bergame ou de Villa d'Ogna tertiaire dominicain (+ 1279)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bergame
Paysan, il supporta avec patience les récriminations de sa femme qui lui reprochait sa trop grande générosité pour les pauvres. Devenu veuf, il abandonna ses champs, sa maison et son pays, et vécut pauvre, frère de la Pénitence de Saint-Dominique à Crémone en Lombardie.
"...né dans un petit village du territoire de Bergame, de parents d'une condition basse et méprisable selon le monde, mais vertueux, et qui l'élevèrent chrétiennement... Lorsqu'il fut parvenu à un âge plus mûr, il s'appliqua à l'agriculture en la compagnie de son père. Tandis que son corps était courbé sous le travail, son esprit était élevé en Dieu dans une haute contemplation. Il s'engagea dans l'état du mariage pour obéir à ses parents. Il eut à souffrir de la part de sa femme les reproches les plus piquants, occasionés par sa grande libéralité envers les pauvres; il les endura avec patience... Ayant été longtemps persécuté par quelques personnes puissantes qui voulaient s'emparer du champ que possédait son père, il se retira à Crémone où il s'adonna avec une nouvelle ferveur aux œuvres de miséricorde. Peu de temps après il entra dans le tiers-ordre de saint-Dominique, qu'on appelait alors la milice de Jésus-Christ, et dans la suite les Frères de la Pénitence. Il résolut d'acquérir la perfection évangélique... il excella en particulier dans la charité envers les malades, les étrangers et les personnes dénuées de tout secours. Il alla par dévotion visiter les saints lieux de Jérusalem... Il vécut dans une parfaite humilité, et mourut saintement le 7 mai de l'an 1279..."
(source: Bibliothèque sacrée, ou Dictionnaire universel historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques par Charles Louis Richard)
http://books.google.fr/books?id=PK5IAAAAMAAJ

*Albert pourrait être la transformation du germanique adalberht composé de adal signifiant «noble», «ancien», et berht signifiant «célèbre», «illustre», «brillant».



Saint Antoine de Kiev Moine reclus de la Laure des Grottes de Kiev (+ 1073)
Originaire des environs de Tchernigov, il se rend tout d'abord au Mont-Athos. Revenu en Russie, il parvient, en 1013, à Kiev et, après avoir visité les quelques monastères de la ville, il s'installe dans les grottes de Berestovo, creusées jadis par les "Rus" ou Varègues, qui créèrent les principautés slaves de Novgorod à Kiev, sous l'hégémonie des princes Oleg (+ 911) puis saint Vladimir (+ 1015). Après bien des péripéties, il fonde ainsi le monastère, la Lavra des grottes de Kiev (Perchersky) et il encourage son disciple saint Théodose à suivre le "typikon" (Règle) du Studion de saint Ephrem à Constantinople. Lui-même obtint du prince Iziaslav, toute la colline dominant les grottes, puis, retiré dans la solitude, il devint ainsi le patriarche des moines de Russie.
Il figure à la date du 7 mai au martyrologe romain et à celle du 10 juillet sur des calendriers orthodoxes.



Saint Céneré moine ermite dans le pays manceau (+ v. 669)

Oratoire de Saint-Céneré.

Les frères bénédictins italiens Céneré et Céneri ou Sérénic et Sérène.
Après avoir visité les tombeaux de saint Martin de Tours et de saint Julien du Mans, Céneré termina sa vie dans la solitude et l’austérité. Son frère devint abbé d'une communauté.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/516/Saint-Julien-du-Mans.html

"Les ermites ont un grand rôle dans l'évangélisation des campagnes : On peut nommer St Fraimbault (55O), St Calais, St Céneré, St Siviard, St Léonard."
(source: diocèse du Mans)
Un village de la Mayenne dans l'arrondissement de Laval perpétue son nom: 53150 Saint Cénéré. Son frère Céneri est aussi commémoré par un village de l'Orne.
"Céneri naquit à Spolète en Ombrie entre 620 et 625. Très jeune, accompagné de son frère Céneré, il part à Rome au service du pape, entre dans l'ordre des bénédictins. Cinq ans plus tard, une vision lui ordonne de partir à l'ouest. Les deux frères franchissent les Alpes et, vers 659, arrivent à Saulges dans le diocèse du Mans."
(source: site de Saint Céneri le Gerei 61250)
http://www.saintceneri.org/

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9n%C3%A9r%C3%A9_de_Saulges
http://fr.wikipedia.org/wiki/Oratoire_de_Saint-C%C3%A9ner%C3%A9
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saulges



Saint Codrat (3ème s.)
ou Quadrat. fêté dans l'Eglise d'Occident le 8 mai. A Nicomédie, capitale de l'empire d'Orient à cette époque, les chrétiens furent enfermés dans les prisons et n'en sortaient que de deux manières : libres s'ils offraient aux idoles, torturés et condamnés à mort s'ils restaient fidèles au Christ. Codrat venait soutenir les prisonniers jusqu'au jour où, découvert comme chrétien, il fut lui-même emprisonné. Flagellé, déchiré par des tessons de poteries cassées, il ne pouvait plus se déplacer quand il fut conduit à la mort. On le mit sur un chariot et on le fit attendre deux heures tandis que le gril rougissait lentement sur les flammes. Puis on l'y étendit tandis qu'il chantait l'action de grâce de donner sa vie au Christ.



Saint Domitien de Maastricht Evêque (+ 560)
Evêque de Maestricht. Il fut un bon évêque. Nous avons de lui ses interventions au concile d'Orléans de 541 où sa science et sa sainteté furent remarquées.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maastricht



Sainte Flavia Domitilla Martyre romaine (+ 95)
De la famille consulaire des Clemens, apparentée à l'empereur Domitien l'un des plus cruels persécuteurs des chrétiens. Elle fut déportée dans l'île de Pandateria, une île de la mer Tyrrhénienne où avaient déjà été exilées les impératrices Agrippine et Octavie. Elle y témoigna du Christ avec bien d'autres martyrs.



Saints Flavius et ses frères martyrs de Nicomédie en Bithynie (+ v. 300)
Flavius, évêque de Nicomédie, et ses deux frères Auguste et Augustin, furent martyrisés sous Dioclétien dans cette ville.



Saint Jean d'York Evêque et archevêque d'York (+ 721)
ou Jean de Beverley. Moine de Withby, il eut pour pères spirituels saint Adrien et saint Hilde. Il était évêque d'York quand il éleva au sacerdoce Bède le Vénérable dont il avait remarqué la science des Saintes Ecritures et sa connaissance de la théologie.



Saint Jean le Psychaïte (+ 825)
Fils de prêtre, originaire de Galatie, il fut ordonné diacre par le patriarche saint Taraise et on lui attribua la direction du petit monastère dans le quartier de Psycha, sur la rive européenne du Bosphore. Il y déploya une intense activité, le reconstruisit après la destruction causée par l'invasion des Bulgares. Il connut ensuite les persécutions et l'exil durant la persécution iconoclaste. Lors de l'amnistie de l'empereur Jean, il put revenir en son monastère, où il rendit son âme à Dieu.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/702/Saint-Taraise.html



Saint Jean Zedaznelli (5ème s.)
La Géorgie était chrétienne depuis sainte Nino, mais la vie monastique y était encore inconnue. Saint Jean quitta la région d'Antioche avec plusieurs de ses compagnons syriens, sur inspiration de saint Syméon Stylite le jeune et s'en vint trouver l'archevêque Euloge. Leur piété et leur prédication firent accourir les foules auprès d'eux. Pour cette raison, l'archevêque choisit plusieurs frères pour devenir évêques de Tsilkalni et de Nekressi. Seul saint Shio resta dans la solitude d'une grotte près de Mtzekhta, la résidence patriarcale. Grâce à saint Jean et à ses saints compagnons, le monachisme géorgien connut à partir du VIème siècle un admirable essor et fut à l'origine de toute une grande tradition patristique.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_260.html



Bienheureuse Marie-Louise Trichet Religieuse française (+ 1759)

Elle était née dans une famille chrétienne de Poitiers et fonda un nouvel institut religieux au service des pauvres, des aveugles et des estropiés. Elle se mit sous la direction de saint Louis Marie de Montfort et, à l'époque de "la philosophie des Lumières", elle comprit l'importance de la véritable sagesse, le Christ, Sagesse éternelle incarnée. C'est pourquoi elle donna ce nom aux religieuses de sa congrégation : les Filles de la Sagesse.
http://www.montfort.org/French/fdlsfr.htm

Ses reliques reposent à Saint-Laurent sur Sèvre, en Vendée, où le pape Jean-Paul II vint les vénérer lors de son pèlerinage en 1996.
La fête de Marie-Louise Trichet est célébrée le 7 Mai (jour de sa naissance). Elle est décédée le 28 avril, mais pour éviter la confusion avec la fête de saint Louis-Marie de Montfort qui est décédé lui aussi le 28 avril, Rome a décidé de placer sa fête le jour de sa naissance sur terre... et non celui de sa naissance "au ciel" selon la tradition.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_1049.html

Bse Marie-Louise Trichet et la "Croix de Poitiers"
Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Louise_Trichet
http://www.montfort.org/French/MLouisefr.htm
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.ewtn.com%2Flibrary%2Fmontfort%2FHandbook%2FMarloui.htm



Sainte Mesme (4ème s.)
La tradition fait d'elle une martyre, dans la région de Dourdan, en pays chartrain. Elle fut honorée dans le diocèse de Chartres et une localité nous rappelle sa mémoire : Sainte Mesme-78730.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Mesme



Saint Misselin (6ème s.)
L'historien saint Grégoire de Tours fait l'éloge de ce prêtre de Tarbes qui sut chasser les Goths dont les cruautés inouies s'exerceaient dans le pays de Bigorre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bigorre

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Arcizac-Adour#Personnalit.C3.A9s_li.C3.A9es_.C3.A0_la_commune



Saint Nil de La Sora (+ 1508)

Icône de 1908 représentant le staretz Nil Sorsky.

ou Nil Sorski qui propagea en Russie la grande tradition de l'hésychasme dont il est l'un des maîtres spirituels avec saint Grégoire Palamas. Il était de Moscou et se fit moine au monastère Saint Cyrille du Lac-Blanc. Pour son profit spirituel, il partit en pèlerinage jusqu'à Constantinople, de monastère en monastère et vécut même au Mont Athos où il apprit le grec et médita en profondeur les écrits des Pères sur la garde de l'intellect et la prière du coeur. Il revint au Lac Blanc avec le projet d'y introduire le mode de vie des skites. Humble et menant une vie ascétique, il rédigea un "typikon" sur les modes de vie des moines, en particulier la suppression de leurs grandes propriétés, malgré l'opposition de saint Joseph de Volokolamsk. Refusant d'entrer dans une querelle pénible, il se retira dans l'hésycha, se réconcilia avec saint Joseph et s'endormit en paix dans son skite de la Sora.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/9094/Saint-Gregoire-Palamas.html
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/8143/Saint-Joseph-de-Volokolamsk.html

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai07bis.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nil_Sorsky
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fstnil.narod.ru%2Findexe.html



Saint Notkar Balbulus (Bienheureux) (840-912)
Moine bénédictin à l’abbaye de Saint-Gall, prêtre, poète, musicien, professeur, écrivain et historien.



Saint Pachome d'Oussaki (+ 1730)
Martyr. Originaire de Biélorussie, il fut capturé par les Tatares, qui le vendirent comme esclave aux Turcs. Il refusa de se convertir malgré son propriétaire, un tanneur, qui, après vingt sept ans de services, lui rendit la liberté. Il partit pour le Mont-Athos où il vécut pendant environ douze ans. Mais il avait la résolution de témoigner pour Jésus-Christ par un martyre volontaire. Il retourna à Oussaki et par sa conduite devant la maison de son ancien maître, il se fit arrêter et condamner à la décapitation.



Saint Réginald (Renald) Ermite à Falasconi (XIIe siècle)



Sainte Rose Venerini vierge de Viterbe (+ 1728)

Rosa Venerini ouvrit, avec les Maîtresses religieuses (Maestre Pie Venerini ou Pieuses Maîtresses) formées par Lucie Filippini, les premières écoles d’Italie pour l’éducation des filles. Elle est la fondatrice de la première école publique féminine en Italie.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/860/Sainte-Lucie-Filippini.html

Béatifiée le 4 mai 1952 à Rome par Pie XII et canonisée par Benoît XVI le 15 octobre 2006.
"Nous pouvons résumer le charisme de Rosa Venerini en peu de mots. Elle vécut toute sa vie, captivée par deux grandes passions: la passion pour Dieu et la passion pour le salut des âmes.
Lorsqu’elle comprit que les jeunes filles et les femmes de son temps avaient besoin d’être éduquées et instruites sur les vérités de la foi et de la morale, elle n’épargna ni temps, ni fatigue, ni luttes, ni difficultés de tout genre, afin de répondre à cet appel de Dieu."
(source: biographie de Rosa Venerini - 1656-1728 - site du Vatican)
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20061015_venerini_fr.html


Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rose_Venerini



Saint Sérenic (7ème s.)
et son frère saint Sérené, reclus aux diocèses de Sées et du Mans. Même si nous n'avons que peu de détails, nous savons par la tradition que leur vie fut merveilleuse de miracles. Leurs interventions dans la vie de l'Eglise furent toujours pour la gloire de Dieu. Leur culte se répandit dans toute la région et leurs reliques furent vénérées jusque dans l'Anjou.

Autre biographie:
St-Sérène … et Sérénic, frères italiens fils d’un médecin de Spolète, en Italie. Il reçoivent l’habit bénédictin à Rome puis émigrent en France où ils s’installent comme ermites sur les bords de la Sarthe. Sérène passe le reste de sa vie à l’ermitage tandis que Sérénic devient l’abbé d’une communauté de plus de 150 moines bénédictins (+ vers 669)



Sainte Sessétrude Vierge, moniale à Faremoutiers (VIIe siècle)
Sessétrude de Meaux, vierge.



Saint Villain (Villanus) Moine italien à Fontavellane, évêque de Gubbio (+ 1237)



Les Églises font mémoire…

Coptes et Ethiopiens (29 barmüdah/miyazya) : Eraste (1er s.), un des 70 disciples (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Othon le Grand (+1525), empereur

Orthodoxes et gréco-catholiques :L’apparition de la Croix à Jérusalem (351) ; Sava (+1681), métropolite d’Ardeal (Église serbe)
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsmai/mai07.html

Publié dans Saints

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article