10 juillet

Publié le par Saints & Saintes

Saint Benoît de Nursie, patriarche des moines d'Occident (+ v. 547)


C'était un jeune noble de Nursie en Ombrie. A 15 ans, on l'envoie à Rome faire ses études, accompagné de sa nourrice. Rome est terrible aux âmes pures : tentations charnelles, tentations intellectuelles et politiques.
Benoît s'enfuit, car c'est "Dieu seul" qu'il cherche et il ne veut pas courir le risque de le perdre. Il aboutit à une caverne de Subiaco où un ermite accepte de lui servir de guide dans sa quête de Dieu. Benoît y médite de la meilleure façon de vivre pour trouver Dieu. Mais il est difficile de passer inaperçu quand on rayonne de sainteté.
Les moines d'un monastère voisin l'invitent à devenir leur Père abbé. Bien mal leur en a pris : il veut les sanctifier et les réformer. Ils en sont décontenancés et tentent de l'empoisonner.
Il retourne à sa caverne de Subiaco où des disciples mieux intentionnés viennent le rejoindre. Il les organise en prieuré et c'est ainsi que va naître la Règle bénédictine. La jalousie d'un prêtre les en chasse, lui et ses frères, et ils se réfugient au Mont-Cassin qui deviendra le premier monastère bénédictin.
Il y mourra la même année que sa soeur sainte Scholastique. Emportées au Moyen Age d'une manière assez frauduleuse, leurs reliques sont désormais sur les bords de la Loire, à Fleury sur Loire, devenu Saint Benoît sur Loire-45730.
Saint patron de l'Europe: "Messager de paix, fondateur de la vie monastique en Occident...
Lui et ses fils avec la Croix, le livre et la charrue, apporteront le progrès chrétien aux populations s'étendant de la Méditerranée à la Scandinavie, de l'Irlande aux plaines de Pologne" (Paul VI 1964)
Père du monachisme, patron de l'Europe:
La catéchèse de l'audience générale Place St.Pierre, le 9 avril 2008, en présence de 20.000 personnes, a été consacrée à la figure de saint Benoît de Nursie, "le père du monachisme occidental, dont la vie et les oeuvres imprimèrent un mouvement fondamental à la civilisation et à la culture occidentale. La source principale pour approcher la vie de Benoît est le second livre des Dialogues de saint Grégoire le grand, qui présente le moine comme un astre brillant indiquant comment sortir "de la nuit ténébreuse de l'histoire", d'une crise des valeurs et des institutions découlant de la fin de l'empire romain. Son oeuvre et la règle bénédictine ont exercé une influence fondamentale pendant des siècles dans le développement de la civilisation et de la culture en occident, bien au-delà de son pays et de son temps. Après la fin de l'unité politique il favorisa la naissance d'une nouvelle Europe, spirituelle et culturelle, unie par la foi chrétienne commune aux peuples du continent".
"Benoît naquit vers 480 dans une famille aisée qui l'envoya étudier à Rome. Mais avant de les avoir terminées, il gagna une communauté monastique dans les Abruzzes. Trois ans plus tard il gagnait une grotte de Subiaco dans laquelle il vécut isolé trois ans...résistant aux habituelles tentations humaines comme l'auto-affirmation de soi et le nombrilisme, la sensualité, la colère et la vengeance. Sa conviction -a précisé le Saint-Père- était que seul après avoir dominé ces épreuves" il aurait été en mesure d'aider autrui. En 529, Benoît fonda l'ordre monastique qui porte son nom et se transporta à Montecassino, site élevé et visible de loin. "Selon saint Grégoire, ce choix symbolique voulait dire que si la vie monastique trouve sa raison d'être dans l'isolement, le monastère a également une fonction publique dans la vie de l'Eglise comme de la société".
Toute l'existence de Benoît de Nursie, a dit le Pape, "est imprégnée de la prière, qui fut le fondement de son oeuvre, car sans elle il n'y a pas expérience de Dieu. Son intériorité n'était cependant pas détachée de la réalité et, dans l'inquiétude et la confusion de son temps, Benoît vivait sous le regard de Dieu, tourné vers lui, tout en étant attentif aux devoirs quotidiens envers les besoins concrets des gens". Il mourut en 547 et sa règle donne des conseils qui, au-delà des moines, sont utiles pour qui chemine vers Dieu."Par sa mesure, son humanité et son clair discernement entre l'essentiel et le secondaire en matière spirituelle, ce texte reste éclairant jusqu'à nos jours".
En 1964 Paul VI fit de Benoît le saint patron de l'Europe, de ce continent qui, profondément blessé car "à peine sorti de deux guerres et de deux idéologies tragiques, était à la recherche d'une nouvelle identité. Pour forger une nouvelle unité stable les moyens politiques, économiques et juridiques sont importants. Mais il faut trouver un renouveau éthique et spirituel tiré des racines chrétiennes de l'Europe. Sans cette lymphe vitale, l'homme reste exposé au danger de succomber à la vieille tentation de se racheter tout seul...ce qui est que la vielle utopie du XX siècle européen...qui a provoqué un recul sans précédent dans un histoire humaine déjà tourmenté".
Source: AG/SAINT BENOIT/... VIS 080409 (540)
Saint-Benoît est le patron des écoliers, des travailleurs agricoles, des ingénieurs civils, des teinturiers, des fermiers, des architectes italiens, des spéléologues, de l’Europe et des religieux. Il est invoqué pour soulager les piqûres d’orties et pour guérir les maladies inflammatoires et les maladies des reins. On lui demande également d’intervenir pour éviter d’être empoisonné et pour conjurer les mauvais sorts.

- Des internautes nous disent:
"décédé le 21 mars. Comme le 21 mars tombait souvent en carême, dès le 8è Siècle, il est fêté le 11 juillet date de la célébration de la translation des reliques à Fleury/Saint-Benoît-sur-Loire"
"l'essentiel de sa sépulture a bien été retrouvé au Mt Cassin, et ne se situe pas à St Benoit sur Loire (peut être transfert de quelques reliques selon la tradition non démontrée)"

- Voir aussi:
Médaille de saint Benoît (en anglais)
http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.osb.org%2Fgen%2Fmedal.html
Vie de Saint Benoît telle que la rapporte son biographe, Saint Grégoire le Grand (abbaye Saint-Benoît-du-Lac)
http://www.st-benoit-du-lac.com/benoit/viedestbenoit/viestbenoitentree.html



Prière de Jean-Paul II en l'honneur de saint Benoît

O saint Patriarche, nous vous invoquons : levez vos bras paternels largement ouverts vers le Très Sainte Trinité et priez pour le monde, pour l'Eglise, et particulièrement pour l'Europe, pour votre Europe dont vous êtes le patron céleste : pour que celle-ci n'oublie pas, ne refuse pas, ne rejette pas l'extraordinaire trésor de la foi chrétienne qui, pendant des siècles a animé et fécondé l'histoire et le progrès moral, civil, culturel, artistique de ses différentes nations ; que, par la vertu de sa matrice chrétienne, elle soit porteuse et génératrice d'unité et de paix parmi les peuples du continent et ceux du monde entier ; qu'elle garantisse à tous ses citoyens la sérénité, la paix, le travail, la sécurité, les droits fondamentaux, comme ceux qui concernent la religion, la vie de famille, le mariage.


Voir aussi:
http://missel.free.fr/Sanctoral/07/11.php
http://www.magnificat.ca/cal/fran/03-21.htm#benoit
http://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_de_Nursie
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/051.htm



Saint Abonde Martyr à Courdoue (+ 854)


Vue aérienne du centre historique de Cordoue avec la grande mosquée au premier plan.

prêtre espagnol à Ananelos, il affirma sa foi au christ, sans crainte du martyre.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cordoue



Saintes Anne Xinzhi, Marie Guozhi, Anne Jiaozhi, Marie Lih martyres en Chine (+ 1900)


Canonisées le 1er octobre 2000 par Jean-Paul II avec les martyrs de Chine .
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_20001001_zhao-rong-compagni_fr.html

À Liugongyin, près de Anping dans la province chinoise de Hebei, en 1900, les saintes Anne An Xinzhi, Marie An Guozhi, Anne An Jiaozhi et Marie An Lihua, vierges et martyres. Dans la persécution de la secte de Yihetuan, comme les idolâtres ne purent d’aucune façon les amener à apostasier, elles furent décapitées.
Martyrologe romain


Carte indiquant la localisation du Hebei (en rouge) à l'intérieur de la Chine

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Revolte_des_Boxers
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hebei



Saint Bertevin (10ème s.)


Eglise de Saint Berthevin-53940

Il naquit dans la région de Lisieux et c'est aujourd'hui que le diocèse de Bayeux célèbre sa fête. Lors des invasions normandes il dût se retirer aux environs de Laval puis fut le précepteur des enfants du comte de Laval. Malheureusement ses vertus gênaient quelques jaloux dont la vie morale n'était pas sans péché. L'un d'eux, pour s'en débarrasser, le perça de son glaive et le jeta à l'eau. Retiré de la rivière, son corps fut entouré de vénération et c'est ainsi que sa mémoire est conservée dans cette région : Saint Berthevin-53940.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Berthevin_(Mayenne)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Berthevin
http://www.ville-saint-berthevin.fr/



Bienheureux Bertrand Abbé de Grandselve (+ 1149)
Abbé de l'abbaye cistercienne de Grandselve au diocèse de Toulouse. Il en fit une abbaye très puissante et l'historien Mabillon commente: "Il était charitable pour tous, humble dans son cœur, fort dans l'adversité et incomparable dans son ingénuité."

Au monastère de Granselve, dans le pays toulousain, en 1149, le bienheureux Bertrand, abbé. Désireux de stabiliser la discipline régulière, il agrégea son monastère à l’Ordre cistercien. (11 juillet au martyrologe romain)
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Grandselve



Saint Cindée de Pamphylie (4ème s.)


La Pamphylie en tant que province de l'Empire romain

Livré à la torture, il fut obligé de courir vers le lieu de son supplice avec des souliers de fer cloués aux pieds. Son biographe raconte qu'au sortir de la ville, on rencontra un homme qui portait un chargement de bois. Les soldats voulurent le réquisitionner. Saint Cindée insista pour que l'on payât l'homme puis voulut transporter lui-même ce bois qui devint le bûcher de son martyre.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pamphylie



Saint Drostan abbé (+ v. 610)
Moine bénédictin, disciple de saint Colomba, il fut abbé de Deer (Dier), comté d'Aberdeen, et évangélisa le Nord de l'Ecosse.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Colomba

A lire aussi: St Drostan In Caithness
http://209.85.229.132/translate_c?hl=fr&u=http://www.caithness.org/history/articles/saintdrostan.htm&rurl=translate.google.com&usg=ALkJrhiYO5Bn2bfANZ-40AZeg-rs9lYbJg

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aberdeen



Sainte Euphémie de Chalcédoine Martyre en Bithynie (+ 305)


Vierge et martyre à Chalcédoine. Arrêtée, elle connut d'abord diverses tortures avant d'être livrée aux bêtes qui la déchirèrent.

Un internaute nous écrit:
"En Orient, elle a reçu le titre rare de « mégalomartyre » (grande martyre). Elle a deux fêtes dans l'année : le jour de son martyre, le 16 septembre, et le 11 juillet. Sainte Euphémie était de Chalcédoine, et sur son tombeau on édifia une grande basilique. C'est cette basilique qui fut choisie pour accueillir le IVe concile oecuménique. Selon l'historien Nicéphore, les pères du concile, après des jours de discussions sans fin, décidèrent de demander à Dieu de trancher sur la question de la double nature (homme et Dieu) du Christ. Chacun des deux camps déposa dans la tombe d'Euphémie l'exposé de sa doctrine, et les pères se mirent en prière. Quand ils ouvrirent le tombeau, la thèse orthodoxe se trouvait sur la poitrine de la sainte, et la thèse hérétique à ses pieds. C'était le 11 juillet 451. La deuxième fête de sainte Euphémie commémore donc ce miracle. Saint Ambroise parle ainsi d'Euphémie: «Cette illustre vierge, cette glorieuse Euphémie, conserva la gloire de la virginité et mérita de recevoir la couronne du martyre. Priscus son adversaire est vaincu. Cette vierge sort intacte d'une fournaise ardente, les pierres les plus dures reviennent à l'état de cendre; les bêtes féroces s'adoucissent et se baissent devant elle. Sa prière lui fait surmonter toute espèce de supplice. Percée en dernier lieu par la pointe du glaive, elle quitte sa chair qui était sa prison pour se joindre avec liesse aux choeurs célestes. Que cette vierge sacrée, Seigneur, protège votre Église; qu'elle prie pour nous qui sommes pécheurs : puisse cette Vierge pure nourrie dans votre maison vous présenter nos voeux.»"


Basilica Saint Euphemia in Rovinj, Croatia

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet11.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Euph%C3%A9mie
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/140.htm



Saint Fabricien (?)
Saint Fabricien (de fabricius= séché dans la fumée de la forge) serait un martyr vénéré avec saint Philibert à Tolède.
Les reliques d'un saint Fabricien martyr, sont vénérées dans l'église de St André de Chelles, Diocèse de Meaux. Fête le 11 juillet.

Voir aussi:
http://eglisecatho-meaux.cef.fr/spip/article.php3?id_article=542



Saint Hidulphe ou Hydulphe évêque (+ 707)


Statue polychrome du XVIIIe siècle dans l'église abbatiale de Moyenmoutier

D'origine bavaroise, nous le trouvons, moine, au baptême de sainte Odile, puis appelé par l'archevêque de Trèves pour l'associer à sa charge pastorale et lui succéder.
Il fit construire le monastère de Moyenmoutier, près de Saint-Dié dans les Vosges. C'est là qu'il se retira pour se préparer à la joie de la contemplation éternelle.
Saint Hydulphe, site du diocèse de Saint-Dié.
http://www.catholique-vosges.fr/Saint-Hydulphe.html

"Tu as réuni, Seigneur, en saint Hydulphe
le zèle du pasteur
et la vie de prière du moine ;
Donne-nous de savoir comme lui
te chercher dans le recueillement
et t’honorer dans le service de nos frères."

Autre biographie:
Originaire de Ratisbonne, en Bavière, il devient moine bénédictin à Trier. L’archevêque Numérien ayant été mis au courant de ses qualités, il le prend à son service et le forme pour qu’il devienne son successeur. En 665, il introduit la règle de Saint-Benoît au monastère de Saint-Maximin et en 676, il abandonne sa charge pour fonder l’abbaye bénédictine de Moyenmoutier, dont il devient l’abbé. Il se lie bientôt d’amitié avec Saint- Dié (Déodat), qui dirige le monastère de Jointures, non loin de là. Lorsque Saint-Dié décède, Hidulphe prend également la direction de son monastère et il dirige les deux maisons simultanément.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hydulphe
http://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A9gation_de_Saint-Vanne_et_Saint-Hydulphe



Saint Jean de Bergame Evêque de Bergame (7ème s.)


Basilique Santa Maria Maggiore de Bergame (XIIe siècle)

Evêque de Bergame, il évangélisa les lombards encore païens.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bergame



Saint Ketille prêtre danois (+ v. 1151)


Viborg : vue sur la cathédrale aux deux clochers

Kield, Kjeld ou Exupère
Ses reliques se trouvent dans la cathédrale de Viborg.

"A partir de son évangélisation au neuvième siècle, le Danemark a connu une grande vitalité religieuse, dont témoignèrent entre autres au Moyen Age de nombreux monastères et des saints qui méritent une mention spéciale: le roi Knud, Kjeld de Viborg, l’Abbé Guillaume."
Paul VI à sa Majesté Margrethe II, Reine du Danemark, 11 novembre 1977
http://www.vatican.va/holy_father/paul_vi/speeches/1977/november/documents/hf_p-vi_spe_19771111_regina-danimarca_fr.html

À Viborg au Danemark, vers 1151, saint Ketille, prêtre. Chanoine régulier, il fut un professeur très zélé à l’école capitulaire et un prêtre exemplaire.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Viborg



Saint Léonce Archevêque de Bordeaux (+ 564)


Cathédrale Saint-André de Bordeaux, consacrée en 1096.

Archevêque de Bordeaux, il était né dans une riche famille. Il distribua tous ses biens familiaux pour les Eglises locales et construisit l'église Sainte Eutrope à Saintes comme bien d'autres à Bordeaux. On le trouve parmi les souscripteur du concile de Paris au milieu du 6ème siècle. Saint Grégoire de Tours parle de son ministère pastoral.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archev%C3%AAque_de_Bordeaux
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bordeaux



Saint Marcien martyr à Iconium (2ème s.)
Jeune martyr courageux du IIe siècle (?) à Konya en Turquie.

À Iconium en Lycaonie, saint Marcien, martyr, qui, sous le préfet Perennis, obtint la palme par beaucoup de tourments.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Iconium



Sainte Marcienne vierge martyre (+ v. 303)
À Césarée de Maurétanie, vers 303, sainte Marcienne, vierge, qui fut livrée aux bêtes et obtint ainsi la couronne du martyre.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar%C3%A9e_de_Maur%C3%A9tanie



Bienheureuses Marie-Elisabeth, Marie-Claire et Marie-Marguerite religieuses martyres à Orange (+ 1794)


Voir les Martyres d'Orange béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1473/Saintes-Martyres-d-Orange.html

À Orange en Provence, l’an 1794, les bienheureuses vierges et martyres Rosalie-Clotilde Bès (Soeur Sainte-Pélagie), Marie-Élisabeth Pélissier (Soeur Saint-Théoctiste), Marie-Claire Blanc (Soeur Saint-Martin), sacramentines de Bollène, et Marie-Marguerite de Barbegie d’Albarède (Soeur Sainte-Sophie), ursuline de Pont-Saint-Esprit, guillotinées sous la Révolution française pour leur fidélité à la vie religieuse.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://diocese-avignon.fr/spip/Les-32-bienheureuses-religieuses-d



Saint Nectaire de Sainte-Anne (+ 1820)
Originaire de la région d'Ephèse, il se mit au service d'un Turc et devint musulman, croyant toute sa famille disparue. Ayant appris que sa mère vivait encore, il vint la revoir, et c'est là qu'il redevint chrétien. Il s'exila d'abord à Constantinople; habillé comme un européen, puis en Russie et enfin au Mont-Athos. Il avait alors vingt-deux ans. Il retourna dans son pays d'origine et se déclara chrétien. Dans sa prison, il put recevoir la Sainte Eucharistie et s'en fut courageusement à la mort, décapité.



Saint Nicodème d'Albanie Tailleur dans la région de Korytsa (+ 1722)
Tailleur dans la région de Korytsa, il voulut épouser la servante d'un turc. Celui-ci exigea leur conversion à l'Islam. Ce qu'ils firent l'un et l'autre. Mais, pris de remords, il alla se cacher dans un monastère du Mont-Athos pour y expier sa faute. Ce qui ne le contenta pas. Il demanda à son père spirituel la permission de confesser publiquement le Christ là où il l'avait renié. Revenu dans son pays, il affirma sa foi chrétienne et fut considéré comme un renégat. il fut arrêté, torturé pendant trois jours et trois nuits, puis décapité.



Sainte Olga Princesse de Kiev, mère de Sviatoslav (+ 969)


ou Hélène. C'est la première chrétienne qu'ait connue la Russie.
Née à Pskov (anciennement Pleskov) ou dans le voisinage.
En 913, elle avait épousé le prince de Kiev, l'un de ces seigneurs venus sur le Dniepr, naviguant de la Baltique à la la Mer Noire et Byzance. Après l'assassinat de son époux, elle exerça la régence et demanda le baptême à Constantinople en 945.
Ce sera son petit-fils, saint Vladimir, qui, par son baptême, imposera à son peuple le christianisme en 988.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_1518.html


Olga de Kiev, peinte par Viktor Vasnetsov (1848-1926)
Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet11bis.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Olga



Saint Pie Ier Pape (10 ème) de 140 à 155 (+ 155)


Il connut bien des difficultés doctrinales durant ses quinze années de pontificat, en particulier la gnose répandue par Marcion.(http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcion) Il connut et rencontra le philosophe chrétien et l'apologiste saint Justin. On lui attribue la fixation de Pâques, non pas au jour du calendrier mais au dimanche.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints_1256.html


Saint Pie Ier et sainte Praxède, vierge.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pie_Ier
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/07/11/index.html



Saints Placide et Sigisbert martyrs en Suisse (7ème s.)


Abbaye de Disentis

Sigisbert (ou Sigebert) était probablement un moine de Luxeuil accompagnant saint Colomban vers l'Italie. Il s'arrêta en Suisse dans les Grisons à Disentis. Il édifia une chapelle et un groupe de compagnons se joignit à lui. Placide lui donna des terres et Sigisbert fonda un monastère. Placide rejoignit la communauté mais le gouverneur irrité de voir un monastère étranger qui représentait pour lui un danger pour l'indépendance de la Rhétie fit assassiner Placide le 11 juillet 630. Sigisbert mourut en 636 et on l'ensevelit dans la tombe de son disciple. Une ancienne inscription dit: 'La même tombe unit dans la mort ceux qui pendant la vie avaient cultivé ensemble leurs vertus'.

A lire: Saints, martyrs et bienheureux en Suisse par Gian-Franco Schubiger, Michel Maret
http://books.google.fr/books?id=hk6P-IL_uTMC&printsec=frontcover

À Disentis en haute Rhétie, au VIIe siècle, les saints Placide, martyr, et Sigisbert, abbé. Ce dernier, compagnon de saint Colomban, construisit en cet endroit le monastère de Saint-Martin, et le premier couronna par le martyre une vie monastique.
Martyrologe romain

Autre biographie:
Sigisbert : Moine irlandais, il fait partie des douze religieux qui accompagnent Saint-Colomban lorsqu’il émigre dans les Gaules. Il demeure sous sa direction pendant plus de vingt ans mais décide de s’en séparer pour prendre la direction de la Suisse, où il s’installe comme ermite. Le seigneur des lieux, un nommé Placide, fort impressionné par le saint, décide de tout quitter pour prendre l’habit et se placer sous sa direction. Un monastère est bientôt fondé pour accueillir les nombreux disciples qui affluent en grand nombre. La nouvelle communauté prend le nom de Saint-Martin et elle est placée sous la règle de Saint-Colomban. Malheureusement, à la suite d’un différend qui survient avec un notable des environs, Placide est victime d’un guet-apens et assassiné. Sigisbert, très affecté par la mort de son fidèle disciple, s’éteint peu de temps après.


Autel de saint Placide de Disentis

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Disentis



Saints Savin et Cyprien Abbés (+ 683)
Tous deux originaires de la Gaule Lyonnaise, aujourd'hui la Bresse, ils furent moines en Poitou, sans doute à Ligugé. Saint Savin, poursuivi par des païens, se retira sur une île de la Gartempe et c'est là qu'il fut martyrisé. Saint Cyprien s'échappa mais fut rejoint à quelque distance de là, à Antigny, où il fut mis à mort. Saint Savin sur Gartempe-86310.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Saint-Savin-sur-Gartempe



Bienheureux Thomas Benstead et Thomas Sprott prêtres et martyrs en Angleterre (+ 1600)
Échappés d'une prison élisabéthaine, les prêtres Thomas Hunt, du Norfolk, et Thomas Sprott, de Skelsmergh, continuèrent leur apostolat auprès des catholiques persécutés. Peu de temps après ils furent arrêtés à nouveau et condamnés.

À Lincoln en Angleterre, l’an 1600, les bienheureux Thomas Benstead et Thomas Sprott, prêtres et martyrs, livrés au supplice en raison de leur sacerdoce, un jour incertain de ce mois, sous la reine Élisabeth Ière.
Martyrologe romain



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Benoît de Nurcie, abbé du Mont Cassin, père du monachisme occidental

Catholiques d’occident : Benoît, abbé

Coptes et Éthiopiens (4 abib/hamlë) : Translation des reliques de Cyr et Jean à Menouthi (412 ; Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Benoît de Nurcie, père des moines en Italie ; Renée de Ferrare (+1575), soutien de la Réforme en France

Maronites : Euphémie de Chalcédoine (IIIe-IVe s.),martyre

Orthodoxes et gréco-catholiques : Euphémie de Chalcédoine, mégalo-martyre ; Serge et Germain de Valaam (+1353), thaumaturges (Église russe)

Vieux Catholiques : Placide, martyr, et Sigisbert (VIIIe s.), abbé

Publié dans Calendrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article