09 août

Publié le par Saints & Saintes

Les saints du jour (lundi 09 Août)

Artus Wolffort. Flandres. XVIe.

Saint Matthias Apôtre (1er s.)
Judas vient de se pendre. Il lui faut un successeur pour compléter le chiffre de 12 apôtres choisis par le Maître pour marquer les 12 tribus d'Israël. Parmi les témoins de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus, le conseil présente deux candicats possibles. Saint Matthias est choisi par Dieu lui-même, le maître du sort et de l'existence. Il suivait Jésus depuis le baptême du Jourdain. On en fait l'évangélisateur de l'Ethiopie, d'autres le font mourir martyr en Judée.


Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsaout/aout09.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Matthias_(ap%C3%B4tre)
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/047.htm
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2008/02/24/25-fevrier-saint-matthias-apotre-et-martyr-63.html



Sainte Thérèse Bénédicte de La Croix Martyre à Oswiecin (Auschwitz) en Pologne (+ 1942)


Née dans le judaïsme, Edith Stein était professeur d'université à Wroclaw (Breslau) et elle se tourna progressivement vers le Christ, malgré les difficultés nées de l'incompréhension de sa famille. Au temps de l'invasion nazie et de la persécution anti-juive, elle devint carmélite à Cologne traduisant dans sa vie les "sept demeures" de sainte Thérèse d'Avila et s'unissant, par la Croix, aux souffrances de son peuple. Réfugiée aux Pays-Bas, elle y fut arrêtée au carmel d'Echt, et elle meurt à Auschwitz huit jours plus tard. Elle avait partagé la persécution de son peuple, portant le don de soi jusqu'au martyre pour le Christ.
Sur le site du Vatican:
http://www.vatican.va/news_services/liturgy/saints/ns_lit_doc_19981011_edith_stein_fr.html
proclamée co-patronne de l'Europe le 1e octobre 1999:
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/motu_proprio/documents/hf_jp-ii_motu-proprio_01101999_co-patronesses-europe_fr.html
Morte à Auschwitz parce qu'elle était juive.

"Notre amour pour le prochain est la mesure de notre amour pour Dieu. Pour les chrétiens et pas seulement pour eux, personne n'est 'étranger'. L'amour du Christ ne connaît pas de frontière"

(Edith Stein)

Lecture

Celui qui fut jadis son maître, le philosophe Husserl, fit cette réflexion à propos de l’entrée d’Edith au Carmel : « En fin de compte, il y a au fond de tout juif un absolu et un amour pour la ‘sanctification du Nom de Dieu’ », autrement dit pour le martyre.


Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9r%C3%A8se_B%C3%A9n%C3%A9dicte_de_la_Croix
http://www.carmel.asso.fr/-Edith-Stein-.html
http://www.gesuiti.it/moscati/Francais/Fr_Edith_F1.html
http://www.edithstein.fr/1508.html
http://www.eleves.ens.fr/aumonerie/seneve/numeros_en_ligne/ete98/isa.html
http://agora.qc.ca/encyclopedie/index.nsf/Impression/Edith_Stein



Saint Amour Martyr (8ème s.)

Église de Saint-Amour (commune française, située dans le département du Jura et la région Franche-Comté.)

Martyr en Franche-Comté

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amour_(homonymie)#Saint_chr.C3.A9tien
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Amour_(Jura)



Saint Auteur (5ème s.)


Armoiries que les évêques de Metz portaient: de gueules au dextrochère de carnation vêtu d’azur mouvant d’une nuée d’argent, tenant une épée du même garnie d’or et accostée de deux cailloux aussi d’or.
Les pierres rappellent le martyre de Saint-Étienne, lapidé, et la main tenant l’épée celui de Saint-Paul, qui eu la tête tranchée. Ces deux saints sont les saints patrons du diocèse.

Evêque de Metz au moment où la ville fut prise par les Huns. Il fut même fait prisonnier avec beaucoup de ses concitoyens. Il obtint des barbares leur libération et répara les désastres par sa sagesse et ses vertus.
Ses reliques reposent avec celles de saint Céleste à l'abbaye de Marmoutier.
(voir page 12 de Chantiers historiques en Alsace)
http://www-umb.u-strasbg.fr/tele/pdf/Chantiers5.pdf

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Auctor_de_Metz
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioc%C3%A8se_de_Metz



Sainte Candide-Marie de Jésus fondatrice de la Congrégation des Filles de Jésus en Espagne (+ 1912)


Le Tormes et la Cathédrale, dominant la vieille ville de Salamanque

Cándida María de Jesús Cipitria y Barriola - Née en 1845 - Béatifiée le 12 mai 1996 à Rome par Jean-Paul II
- homélie en italien .
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/homilies/1996/documents/hf_jp-ii_hom_19960512_beatificazioni_it.html

Cándida María de Jesús Cipitria y Barriola (au siècle Juana Josefa), religieuse espagnole fondatrice des Filles de Jésus (1845 - 1912) canonisation le 17 octobre 2010.
http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/actualites/six-bienheureux-prochainement-canonises-6284.html

À Salamanque en Espagne, en 1912, la bienheureuse Candide-Marie de Jésus (Jeanne-Josèphe Cipitria), vierge, qui fonda la Congrégation des Filles de Jésus pour fournir une aide à l’éducation chrétienne des enfants.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Salamanque



Bienheureux Claude Richard prêtre martyr à Rochefort (+ 1794)


Les pontons de Rochefort

Claude Richard, né le 19 mai 1741 à Lérouville (Meuse) religieux bénédictin à Moyenmoutier (Vosges), déporté sur le "Deux-Associés", mort le 9 août 1794.
(diocèse de Saint-Dié)
http://www.catholique-vosges.fr/Bienheureux-Jean-Baptiste.html

Béatifié le 1er octobre 1995 par Jean-Paul II.
Les bienheureux martyrs des pontons de Rochefort (diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/spip1.9/Les-bienheureux-martyrs-des.html

Depuis 1910, chaque deuxième quinzaine d'août, a lieu un pèlerinage en souvenir des prêtres déportés
(diocèse de La Rochelle)
http://www.catholique-larochelle.cef.fr/Ile-Madame,246

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Claude Richard, prêtre bénédictin et martyr. Sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut expulsé de Moyenmoutier dans les Vosges et déporté sur un bateau négrier. Au plus fort de la contagion qui sévit à bord, il s’offrit pour assister ses confrères malades et fut lui-même emporté au bout de quelque semaines.
Martyrologe romain

"Si nous sommes les plus malheureux des hommes, nous sommes aussi les plus heureux des chrétiens!" phrase, prononcée par l’un des prêtres qui va devenir leur commune devise.


Croix de galets, île Madame.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pontons_de_Rochefort
http://www.foi-et-contemplation.net/amis/pretres/pretres-deportes/Hist-Pretres-Refrac.php
http://fr.metapedia.org/wiki/Les_pontons_de_Rochefort
http://fr.wikipedia.org/wiki/Clerg%C3%A9_r%C3%A9fractaire



Saint Domitien Evêque de Châlons en Champagne (2ème s.)


les armes de l'évêché de Châlons

On en fait un compagnon de saint Memmie. Les traditions veulent qu'il ait été un homme d'une grande piété et un fameux prédicateur. C'est du moins ce que nous dit un ancien manuscrit relativement récent puisqu'il doit dater du 14ème siècle, soit 12 siècles après l'existence de notre saint.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/7801/Saint-Memmie.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Ch%C3%A2lons-en-Champagne



Saint Ernier moine à Ceaucé dans l'Orne (6ème s.)

 


L’évangélisation de notre région a pu venir d’abord par les moines qui s’établirent dans l’un ou l’autre de ces petits "pays". Le Perche garde le souvenir de Ste Céronne, une moniale venue de la région de Béziers, morte en 490. Le Passais reçut au 6ème siècle Ernier, Bômer, Fraimbault, Auvieu, venus de Mici, près d’Orléans.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/9110/Sainte-Ceronne.html
(source: histoire du diocèse de Séez)
http://diocesedeseez.cef.fr/Histoire-du-diocese-de-Seez.html

Au VIème siècle, Céaucé fut l’une des premières paroisses de la région. L’évêque du Mans envoya de nombreux ermites pour prêcher le christianisme dans les campagnes. St Ernier, l’ermite chargé de notre région, remplaça les mercures romains par des calvaires et fut sans doute à l’origine des pèlerinages du «petit tour». St Ernier était, en outre, le protecteur des moissons. Ces processions existent encore aujourd’hui et la relique du «bras de St Ernier» se trouve toujours dans l’église.
(source: Mairie de Ceaucé)
http://www.mairie-ceauce.fr/article1.html

C'est là que vient s'établir au VIe siècle, un ermite, Saint Ernier, envoyé par Saint Innocent, alors évêque du Mans. Il fonde un ermitage au coeur des solitudes boisées du Passais et ses miracles défraient tôt la chronique. En son honneur se tient une procession aux étranges rites, chaque année vers le 10 août.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/7343/Saint-Innocent.html
(source: blog 'Thème du voyage' - 'la paroisse de Banvou dans l'Orne')
http://philseb61.blogspot.com/2009_04_08_archive.html

Autre contact: Ceaucé fait partie de la paroisse Saint Sauveur en Domfrontais.
http://diocesedeseez.cef.fr/-SAINT-SAUVEUR-EN-DOMFRONTAIS-.html

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ceauc%C3%A9



Bienheureux Falcus ermite en Calabre (14ème s.)
Falcus et Nicolas, ermites en Calabre

À Palene en Calabre, vers le XIVe siècle, le bienheureux Falcus, ermite.
Martyrologe romain



Saint Felim évêque de Kilmore en Irlande (6ème s.)


Phelim, Felim, Fedlin ou Fidleminus
Moine irlandais disciple de Saint Columba, il est honoré comme saint patron de Kilmore.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/1296/Saint-Colomba.html
(site du diocèse de Kilmore en anglais)
http://www.kilmorediocese.ie/index.php?option=com_content&view=article&id=13&Itemid=35


Cathédrale Saint-Felim de Kilmore

À Kilmore, en Irlande au VIe siècle, saint Fedlin, évêque.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-Felim_de_Kilmore



Saint Hathmar (+ 815)


Paderborn

ou Hathumar. Premier évêque de Paderborn en Westphalie. Il était des douze enfants que les Saxons des grandes familles vaincus livrèrent à Charlemagne. Elevé dans les sciences humaines et la foi chrétienne, il adhéra au Christ, devint prêtre et puis évêque. Il extirpa les superstitions païennes et, à l'expérience de sa propre foi, consolida la foi dans le coeur des fidèles qu'il convertissait.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paderborn



Saint Jean de Fermo (+ 1322)


Panorama de Fermo

Dès son enfance, il fut d'une grande piété. A 10 ans, il entra chez les Chanoines Réguliers de Fermo. A 13 ans, il rejoint les Franciscains et, dès lors, mène, dans un grand dénuement, une vie d'ermite sur le mont Alverne où saint François d'Assise avait reçu ses stigmates. Il prêche aussi, exhortant les fidèles à ne vivre que pour le Christ.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fermo



Bienheureux Jean de Salerne Prêtre et confesseur dominicain à Florence (+ 1242)


L'église Santa Maria Novella, la première basilique de Florence, est située sur la place Santa Maria Novella, construite à partir de 1278 par les frères Sisto et Ristoro, dominicains, l'église Santa Maria Novella remplace l'oratoire Santa Maria delle Vigne, édifié sur le même emplacement dès le IXe siècle (d'où son qualificatif de Novella).

Prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, il reçut l'habit de l'Ordre des mains même de saint Dominique. Il fonda à Florence le couvent de Sainte-Marie Nouvelle, et mena une action intrépide contre les hérétiques patarins.

Autre biographie:
Noble italien apparenté à la famille princière Normande. Étudiant à l’Université de Bologne, il reçoit l’habit des Frères Prêcheurs en 1219, puis fonde une nouvelle fraternité de Dominicains près de Florence en 1220. Le nombre de religieux s’accroît rapidement, ce qui conduit la communauté à fonder un nouveau couvent (Sainte-Marie-Nouvelle) à Florence (1190-1242)


La nef centrale de l'église Santa Maria Novella.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Florence
http://fr.wikipedia.org/wiki/Santa_Maria_Novella



Saint Julien et ses huit compagnons, martyrs à Constantinople (+ 729)
Martyrs à qui l'empereur Léon III l'Isaurien fit subir de cruelles tortures durant la persécution contre les Saintes Images. Devant leur fermeté et leur fidélité à l'Orthodoxie, ils furent tous décapités. On commença à parler d'eux vers 869. Cela ne veut pas dire qu'ils n'aient pas existé, car l'empereur Léon II fit périr de nombreux opposants à ses édits iconoclastes.

À Constantinople, commémoraison de plusieurs martyrs. Parce qu’ils avaient défendu une antique image du Sauveur placée sur la porte de bronze du palais impérial, que l’empereur Léon l’Isaurien avait ordonné de retirer, ils furent, dit-on, mis à mort vers 729.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_l%27Isaurien



Sainte Marie la Patricienne (+ 730)
L'empereur Léon III de Constantinople refusait le culte des Saintes Images. Il avait donné ordre de descendre l'icône du Christ à la porte de bronze (Chalkie) de son palais, l'icône dite de Chalkie. Des chrétiens voulurent en empêcher le soldat qui exécutait l'ordre et le firent tomber de son échelle, puis, avec la foule en furie, l'achevèrent. L'empereur ordonna que soient décapités neuf moines en otage, ainsi qu'une patricienne du nom de Marie. Ils furent jetés en prison, fustigés chaque jour pendant huit mois puis décapités. Ces événements marquèrent le début de la persécutions contre les défenseurs des Saintes Icônes. L'Eglise grecque l'a inscrite d'une manière toute particulière dans son synaxaire.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_l%27Isaurien



Saint Martin de Brive (+ 407)


Collégiale Saint-Martin de Brive

Il naquit en Espagne dans une famille païenne et idolâtre. Devenu chrétien dans sa jeunesse, il quitta son pays et séjourna dans le Périgord. Son enthousiasme pour le Christ lui fit renverser un autel païen. La foule se rua sur lui, le lapida et un agresseur furieux lui trancha la tête. Un village garde sa mémoire : Saint Martin La Meanne-19320.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Martin-la-M%C3%A9anne


Eglise de Saint-Martin-la-Meanne

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Coll%C3%A9giale_Saint-Martin_de_Brive
http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA19000042



Bienheureux Maurille Archevêque de Rouen (+ 1067)


Cathédrale Notre-Dame de Rouen, son édification débute en 1145.

Né au diocèse de Reims, il étudia à Liège en Belgique puis se fit moine à Fécamp. Il partit pour l'Italie avec le moine Gerbert, futur abbé de Saint Wandrille, espérant y trouver la solitude. C'est ainsi qu'il fut mis à la tête de l'abbaye Sainte Marie de Florence. Cela ne dura qu'un temps car, un beau jour, des moines mécontents de son gouvernement, tentèrent de l'empoisonner. Il repartit pour Fécamp et c'est alors qu'il fut appelé à devenir archevêque de Rouen, l'un des plus éminents de son époque.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archev%C3%AAque_de_Rouen
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame_de_Rouen



Saint Nathy évêque et abbé en Irlande (6ème s.)


Cathédrale Notre-Dame-de-l'Annonciation-et-Saint-Nathy de Ballaghaderreen est le siège du diocèse d’Achonry

Nathy, appelé Cruimthir c'est à dire 'le prêtre', est né à Sligo en Irlande et était disciple de saint Finnian de Clonnard qui le nomma évêque, il aurait fondé un monastère. Il est le saint patron du diocèse d'Achonry
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/9577/Saint-Finnian-de-Leinster.html
(site en anglais)
http://www.achonrydiocese.org/

Au monastère d’Achonry en Irlande, au VIe siècle, saint Nathy, évêque et abbé.
Martyrologe romain


Comté de Roscommon en Irlande ou se situe le diocése d'Achonry

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame-de-l%27Annonciation-et-Saint-Nathy_de_Ballaghaderreen
http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Ballaghaderreen_Cathedral&oldid=cur



Bienheureux onze martyrs espagnols (+ 1936)


Dans la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile, en 1936, onze bienheureux martyrs:
- à Barbastro, Florentin Asensio Barroso, évêque, fusillé par des miliciens
- à Barcelone, sept religieux de l’Ordre de Saint-Jean de Dieu: Ruben de Jésus (Ruben Lopez Aguilar), Arthur (Louis Ayala Niño), Jean-Baptiste (Joseph Velasquez Palacz), Eugène (Alphonse-Antoine Ramirez Salazar), Étienne (Gabriel Maya Gutiérrez), Melchiade (Raymond Ramirez Zuluaga), Gaspar (Louis-Modeste Paez Perdomo)
- à Azanuy près de Huesca, Faustin Oteiza, prêtre, et Florentin Felipe, religieux, des Clercs réguliers des Écoles religieuses
- à Argès, près de Tolède, Guillaume Plaza Hernandez, de la Fraternité des prêtres ouvriers diocésains
- à Carcaixent, dans la région de Valence, Germain (Joseph-Marie Garrigues Hernandez), prêtre capucin.
Béatifiés le 4 mai 1997.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Martyrs_de_la_guerre_d%27Espagne
http://www.conferenciaepiscopal.es/santos/martires.htm



Bienheureux Richard Bere prêtre chartreux et martyr à Londres (+ 1537)


L’ancienne prison de Newgate, remplacée au XVIIIe siècle.

Né à Gladstonbury, il fait ses études à Oxford avant de rejoindre les Chartreux à Londres et de se joindre à la protestation contre le divorce d'Henry VIII et de la reine Catherine d'Aragon. Ils furent affamés dans la prison de Newgate.

À Londres, en 1537, le bienheureux Richard Bere, prêtre chartreux et martyr. À cause de sa fidélité à l’évêque de Rome et de sa défense du mariage chrétien, il fut, sur l’ordre du roi Henri VIII, longtemps enfermé, avec ses confrères de la Chartreuse de la cité, dans un cachot affreux, où il mourut de faim.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_de_Newgate



Saint Romain Martyr à Rome (+ 258)

La voie Tiburtine sur une carte du Latium antique
(1886, G. Droysens Allgemeiner Historischer Handatlas)

Il gardait le diacre saint Laurent dans sa prison. Touché par sa foi et sa fermeté, il fut converti au Christ par lui. Dénoncé par ses camarades, il fut condamné à être brisé par la bastonnade, puis à être décapité.

À Rome, au cimetière de Saint Laurent, sur la voie Tiburtine, vers 258, saint Romain, martyr.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Voie_Tiburtine



Églises font mémoire…

Anglicans : Mary Summer (1921), fondatrice de l’Union des mères

Coptes et Éthiopiens (3 misra/nahasë) : Siméon le Stylite l’Ancien (IVe-Ve s.), moine (Église copte)

Luthériens : Adam Reusner (+1575), poète souabe ; Edith Stein, de Breslau, témoin jusqu’au sang

Maronites : Matthias, apôtre ; Jean-Marie vianney (+1859), curé d'Ars

Orthodoxes et greco-catholiques : Germain de l’Alaska, moine (Église orthodoxe d’Amérique) ; Clément, évêque d’Okhrida (Église serbe).



GERMAIN DE L’ALASKA (env.1756-1836) moine


Monastère de Valaam

Les chrétiens de tradition byzantine font mémoire en ce jour de Germain de l’Alaska (Eglise romaine le 13 Décembre), fondateur du monastère de new Valaam et patron de l’Église orthodoxe d’Amérique. Né près de Moscou vers 1756, Germain était entré à seize ans dans la Laure de la Trinité de Saint Serge, qu’il quitta ensuite pour rejoindre le monastère de Valaam, sur le Lac Ladoga.
Suite à la découverte des îles Aleutines, Germain fut envoyé pour évangéliser l’Alaska. Mal équipé pour affronter les rigueurs polaires de la Sibérie et de l’Alaska, attaqué par les hommes qui étaient chargés de guider l’expédition russo-américaine, et abandonné par le petit nombre de compagnons moines et prêtres qui lui étaient d’abord restés fidèles, Germain se retrouva seul sur l’île aleutine du Pin.
Sans se décourager, avec pour seules armes sa foi et sa vocation monastique, Germain créa un petit centre de prière qui devint avec le temps le monastère de New Valaam.
Autour de sa demeure simple, il recueillit avec une sollicitude paternelle un nombre toujours plus grand d’indigènes. Jusqu’au dernier de ses jours, il se dévoua pour eux, et surtout pour les garçons orphelins depuis leur jeune âge, partageant avec eux ses connaissances rudimentaires de l’agriculture et des métiers les plus simples, et exerçant en même temps son ministère de père spirituel.
Germain mourut le 15 novembre 1836 (le 28 selon le calendrier grégorien), entouré de l’affection de ses premiers disciples ; on le considère comme le saint patron des chrétiens de l’Alaska et de tous les orthodoxes d’Amérique.

Lecture

Un vrai chrétien est façonné par la foi et l’amour qu’il nourrit pour le Christ. Ce ne sont certainement pas nos péchés qui sont un obstacle à notre croissance chrétienne selon tout ce que nous a dit le Sauveur : « Je ne suis pas venu appeler les justes », a t-il osé dire, « mais les pécheurs pour qu’ils se convertissent. Il y a plus de joie dans le ciel pour un pécheur qui fait pénitence que pour quatre-vingt-dix-neuf justes ». Il a dit la même chose à la pécheresse qui baisa ses pieds. Mais au pharisien Simon il a dit ensuite : « Si quelqu’un a de l’amour, il lui sera beaucoup pardonné, mais à celui qui n’a pas d’amour on demandera compte même de la plus petite dette ». Un chrétien qui entend ces paroles devrait se sentir plein d’espérance et de joie ; il ne devrait pas admettre en lui le découragement. C’est pourquoi il nous faut avoir le bouclier de la foi.

(Germain de l’Alaska, Lettre 5)

Prière

Bienheureux père Germain, toi la première lumière qui illumina notre terre, nous t’offrons nos louanges. Toi qui te tiens libre devant le Seigneur, sois notre secours, notre consolateur, l’admirable protecteur de notre Église. Avec tendresse nous t’invoquons : réjouis-toi, notre bienheureux père Germain, toi qui as été le plus grand thaumaturge de notre pays.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Valaam

 

Publié dans Calendrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article