05 août

Publié le par Saints & Saintes

Saint Abel de Lobbes Bénédictin d'origine écossaise, puis archevêque de Reims (+ 770)

Notre-Dame de Reims est une cathédrale du XIIIe siècle

Malgré sa bonne réputation, Charles Martel, vainqueur des Arabes à Poitiers, fut aussi un grand amateur des biens d'Eglise dont il s'emparait par personnes interposées, en nommant des abbées de monastères et des évêques qui partageaient avec lui les revenus ecclésiastiques. Pépin le Bref, son fils, voulut réformer cette manière de faire et il nomma Abel, moine de Lobbes en Belgique, comme évêque de Reims. L'évêque destitué, Milon, lui rendit la vie impossible d'autant que Pépin de Bref était fort occupé à guerroyer. Au bout de trois ans, lassé, saint Abel se retira dans son monastère. Il donna à l'Eglise sa prière pour compenser ce qu'il ne pouvait lui donner par son ministère épiscopal.

Autre biographie:
Moine d’origine irlandaise (ou écossaise, selon certains auteurs). Dès qu’il en a la possibilité, il émigre en France avec plusieurs compagnons et offre ses services à Pépin d’Hérisal qui les envoie évangéliser la Frise. Le succès de son entreprise incite Saint-Boniface à lui confier le pallium de l’archevêché de la ville de Reims, qui depuis le décès de Saint-Rigobert est occupé par Milon, un usurpateur autoproclamé. Mais rapidement, Abel doit subir l’hostilité des partisans de Milon, qui refusent d’accepter Abel. Celui-ci décide donc de quitter son archevêché et se retire à l’abbaye bénédictine de Lobbes (Belgique), dont il est plus tard nommé abbé (+ vers 750)

Abbaye de Lobbes au XVIIIe siècle

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abel_de_Lobbes
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_archev%C3%AAques_de_Reims
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame_de_Reims
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Lobbes



Dédicace de Sainte-Marie-Majeure basilique romaine

Mémoire liturgique de la dédicace de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome, sur l’Esquilin.
En 366, la Sainte Vierge apparut à un riche couple sans enfant et, en même temps, au pape Libère pour leur demander la construction d'une basilique à l'endroit qui serait désigné par de la neige qui tomba le 5 août.
En 434, le pape Xyste III l’offrit au peuple de Dieu après le Concile d’Éphèse dans lequel la Vierge Marie fut saluée comme Mère de Dieu.
On lui donna d'abord le nom de Sainte-Marie des Neiges, puis de basilique de Libère, puis de Sainte-Marie de la Crèche, car les reliques de la Crèche y ont été apportées de Bethléem.
Appelée maintenant Sainte-Marie-Majeure, c'est une des plus belles églises de Rome.

Fresque du couronnement de la très-sainte Vierge Marie. Détail.
Basilique Sainte-Marie-Majeure. Rome.

Voir aussi:
http://www.magnificat.ca/cal/fran/08-05.htm#neiges
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Marie-Majeure
http://www.vatican.va/various/sm_maggiore/index_fr.html
http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2009/08/05/index.html



Saint Cassien d'Autun Evêque d'Autun (+ 334)

La cathédrale Saint-Lazare d'Autun fut construite au XIIe siècle.

Il avait succédé à saint Reticius et ne arda pas à devenir réputé pour ses miracles.
Une biographie du IXe siècle le mentionne comme originaire d'Egypte.
Panorama sur la ville d'Autun

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%AAque_d%27Autun
http://fr.wikipedia.org/wiki/Autun



Saint Christos de Preveza (+ 1668)

île de Kos dans le Dodécanèse

Martyr dans l'île de Kos, arrêté par des janissaires qui proféraient des blasphèmes contre le Christ. Comme il les avait repris, il fut condamné à être brûlé vif.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cos_(Dod%C3%A9can%C3%A8se)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dod%C3%A9can%C3%A8se



Saint Émygde (Emidius) (+ vers 303)

Palazzo dei Capitani del Popolo à Ascoli Piceno

Emidio ou Emidius.
Saint patron de la ville d'Ascoli Piceno dont il fut le premier évêque à la fin du IIIe siècle. La cathédrale de la ville porte son nom. La légende dit qu'il était si bon évangélisateur que les romains l'avaient décapité. Il prit alors sa tête et se rendit dans un cimetière proche pour y être enterré. Il y a un petit temple au lieu où il fut décapité et la grotte où il apporta sa tête est un bon exemple d'architecture baroque, l'église Saint Emidio à la grotte. Il est considéré comme le protecteur de la ville contre les tremblements de terre depuis 1703 quand plusieurs villes du centre de l'Italie furent détruites et que Ascoli Piceno fut épargnée. D'autres légendes circulent à son sujet...

À Ascoli Piceno dans les Marches, saint Emigde, vénéré comme premier évêque de la cité et martyr.
Martyrologe romain

Autre biographie:
Fils d’une illustre famille de la ville de Trèves. À l’âge de 23 ans, il s’engage dans la vie religieuse, contre la volonté de ses parents. Au cours d’un pèlerinage qu’il effectue à Rome, il opère plusieurs miracles et détruit plusieurs statues d’idoles païennes. Alerté, le préfet tente de le capturer, mais un ange apparaît à Émygde pour l’avertir du danger, ce qui lui donne le temps de s’enfuir. Il se rend auprès du pape Marcellin, qui le nomme alors évêque d’Ascoli Piceno. Mais lorsqu’il arrive au siège de son évêché, il n’a pas le temps de s’installer que déjà le peuple gronde. Il est donc arrêté et subit le martyr par décapitation.
Saint- Émygde est invoqué pour faire cesser les tremblements de terre.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ascoli_Piceno



Saint Eugène * d'Aitolie (+ 1682)

Vue du sommet du Mont Sinaï

Originaire de l'ouest de la Grèce, il était devenu moine et eut la joie de célébrer sa première Liturgie au sommet du Mont-Sinaï. Il consacra sa vie à la défense de l'Orthodoxie en cette période où l'oppression turque pesait lourdement sur le peuple grec. Pour ce faire il sacrifia tout son temps à l'enseignement, bien qu'il souhaitait la solitude monastique. Son culte a été officiellement reconnu par le Patriarcat oecuménique en 1982.

*Eugène est un prénom masculin qui provient du grec Εὐγένιος (Eu̍génios) signifiant bien-né. Le prénom partage la même origine que le mot eugénique.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archev%C3%AAch%C3%A9_du_Sina%C3%AF
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Sina%C3%AF



Saint Eusignios d'Antioche (4ème s.)

Autel de l'église Saint Pierre à Antioche, creusée dans la roche, sans doute la première église chrétienne. Elle comporte notamment un souterrain qui aurait permis aux premiers chrétiens de fuir en cas de poursuites.

Il servit dans l'armée impériale sous les empereurs Constance Chlore, saint Constantin et enfin Julien l'Apostat. Il refusa de renier sa foi au Christ et mourut écorché vif puis décapité.

Autre biographie:
St-Eusigne d'Antioche Ancien soldat ayant servi sous le règne de Constantin Chlore et converti au christianisme. Alors qu’il est déjà très âgé, il refuse de sacrifier aux idoles et subit le martyr sous le règne de Julien l'Apostat (+ 362)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antioche



Bienheureux François Zanfredini tertiaire franciscain à Pesaro, ermite à Montegranaro (+ v. 1350)
A la mort de ses parents, François distribua son héritage aux nécessiteux et fonda trois ermitages. Il se retira sur les pente du mont Saint Bartolo sous un rocher qui semblait retenu par une intervention divine. La tradition dit qu'il avait un coq comme animal de compagnie pour le réveiller le matin et que des villageois bien intentionnés le tuèrent un jour où François était malade pour lui donner à manger. Peiné par ce qu'ils avaient fait, il prit l'animal mort dans ses mains et fit un signe de croix qui ranima le coq.

À Montegranaro dans les Marches, vers 1350, le bienheureux François Zanfredini, appelé Checco de Pesaro, du Tiers-Ordre de saint François. Il distribua tous ses biens aux pauvres et vécut dans un ermitage qu’il s’était construit, donnant, pendant quarante ans, un exemple de pénitence, de prière et de bonnes œuvres.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://www.comune.montegranaro.fm.it/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Montegranaro



Saint Froult (7ème s.)
Il est vénéré de nos jours encore en Saintonge dans l'Ouest de la France. On raconte de lui bien des légendes merveilleuses et des miracles obtenus grâce à son intercessin. On ne l'oublie pas puisqu'une localité s'est plaçée sous son patronage : Saint Froult-17780.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Froult



Saint Jean de Cambrai (+ 879)

Cathédrale Notre-Dame Cambrai

Attaché à la cour impériale de Lothaire, il était le chantre de sa chapelle et Hincmar de Reims obtint qu'il fut nommé évêque de Cambrai et d'Arras. Il s'acquitta avec zèle de son ministère et nous le voyons présent aux nombreux conciles locaux qui travaillaient au bien de l'Eglise : à Soissons en 866, à Troyes en 867, à Verberie en 869, à Douzy en 871, à Châlon sur Saône en 875.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Cambrai#IXe.C2.A0si.C3.A8cle
http://fr.wikipedia.org/wiki/Archidioc%C3%A8se_de_Cambrai



Saint Jean de Chozeba (+ 1960)

Monastère Mar Saba ou laure de Saint-Sabas

D'origine roumaine. Après son service militaire, en 1936, il s'installa au monastère de Saint-Sabas en Terre Sainte, où vivaient alors ensemble des moines grecs et des moines roumains. Lors du soulèvement des Arabes contre les Anglais, il se dépensa tellement auprès des malades et des blessés, qu'il en tomba gravement malade lui-même. Incarcéré par les Anglais comme roumain, pendant la Seconde Guerre mondiale, il resta prisonnier pour soutenir ses confrères. Mais, dans toutes ces épreuves, il vivait une vie ascétique intense et mettait en application la prière intérieure. En 1953, il put enfin se retirer au désert non loin de Chozeba, ne venant au monastère que pour les Liturgies des grandes fêtes. Il supporta les agressions des Arabes qui voulaient le déloger de sa grotte perchée dans la montagne. Il remit son âme à Dieu dans cette solitude et l'Eglise roumaine l'a canonisé en juin 1992.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_Mar_Saba



Sainte Marguerite de Cesolo veuve en Italie (+ v. 1385)
Margherita da Cesolo (la Picena) née en 1325 dans le village de San Severino dans une pauvre famille chrétienne, se maria pour ne pas contrarier ses parents. A la mort de son mari elle consacra sa vie aux pauvres et à la prière; elle marchait pieds nus dans la ville (elle était surnommée 'les pieds nus'), couchant sur des brindilles et s'infligeant des pénitences.

À Setempeda [San Severino], dans les Marches, vers 1385, sainte Marguerite, veuve.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/San_Severino_Marche



Saint Memmie évêque de Châlons en Champagne (3ème s.)

Cathédrale Saint-Étienne de Châlons, le monument présente des parties romanes du XIIe siècle (crypte, tour du bras nord du transept dont le rez-de-chaussée abrite une rare verrière romane) mais fut reconstruit en style gothique rayonnant. L'abside, le transept et trois travées de la nef étaient achevés en 1261.

Premier évêque de Châlons en Champagne, il fut le premier évangélisateur de cette région.
Une localité et de nombreuses églises lui sont dédiées et se sont placées sous son patronage : Saint Memmie-51470
"Saint Memmie, premier évêque du diocèse, prêcha l’évangile dans notre région.
On raconte que Memmie, d’abord repoussé par les Châlonnais, se retira dans les bois du Bauchet, où il attendit l’heure de Dieu en priant et en travaillant. Un tableau et un vitrail de la cathédrale montrent Memmie ressuscitant le fils du gouverneur qui s’était noyé.
Les miracles de l’évêque touchèrent le cœur des habitants et sa prédication en convertit beaucoup. Saint Memmie fut donc le premier évêque de Châlons.
Autour de son tombeau s’est développé le village de Saint Memmie : on y conserve ses reliques et celles de Sainte Pome, sa sœur, de Saint Donatien et de Saint Domitien qui lui succédèrent.
Douze églises du diocèse ont Saint Memmie pour patron et tout un quartier de Courtisols porte son nom."
Site du diocèse de Châlons
http://catholique-chalons-en-champagne.cef.fr/spip.php?article37
Paroisse Saint Memmie: "Les reliques de St Memmie qui ont été considérées comme protectrices de la Cité ainsi que celles de sa Sœur Pome sont conservées dans l’église paroissiale."

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Memmie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Ch%C3%A2lons-en-Champagne
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-%C3%89tienne_de_Ch%C3%A2lons



Sainte Nonna Mère de famille à Nazianze (+ 374)

Elle vécut en Cappadoce. Elle convertit son époux. Son fils, saint Grégoire de Nazianze le Théologien, admirait beaucoup sa piété et sa fidélité au respect du dimanche, jour du Seigneur.

À Naziance en Cappadoce, l’an 374, sainte Nonne, épouse de saint Grégoire l’Ancien et mère des saints Grégoire le Théologien, Césaire et Gorgonia.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsaout/aout05.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nonna



Saint Oswald Roi de Northumbrie (+ 642)

Vitrail de Saint Oswald, dans la Cathédrale de Gloucester

Roi de Northumbrie, il fut baptisé par saint Colomban. Il s'employa à christianiser son royaume et collabora à la fondation de l'abbaye de Lindisfarne. L'un de ses voisins, Panda, encore païen, lui déclara la guerre. Fait prisonnier, saint Oswald eut la tête tranchée, ce qui le fit considérer comme un martyr. Son culte se répandit en Allemagne et jusqu'en Italie du Nord.
http://nominis.cef.fr/contenus/saints/121/Saint-Colomban.html

Un internaute nous signale:
"Le culte de Saint Oswald, roi de Northumbrie, est également célébré dans les Côtes d'Armor, notamment dans la commune de Lantic dont il est le saint patron. Ce prénom était encore récemment trés répandu dans la région"

À Maserfield en Angleterre, l’an 642, saint Oswald, martyr. Roi de Northumbrie, vaillant guerrier mais plus encore ami de la paix, il propagea avec vigueur la foi chrétienne dans la région et fut tué au combat par des païens en haine du Christ.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Oswald



Saint Paris évêque de Teano en Campanie (4ème s.)

Teano

À Teano en Campanie, au IVe siècle, saint Paris, évêque, dont on dit qu’il fut le premier à occuper ce siège.
Martyrologe romain

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Teano
http://www.comune.teano.ce.it/



Bienheureux Pierre-Michel Noël prêtre martyr à Rochefort (+ 1794)

Les pontons de Rochefort

Prêtre du diocèse de Rouen né le 23 février 1754 à Pavilly, Seine-Maritime, déporté sur les Deux-Associés.
Béatifié le 1er octobre 1995 par Jean-Paul II.

Les bienheureux martyrs des pontons de Rochefort (diocèse de Sens-Auxerre)
http://catholique-sens-auxerre.cef.fr/spip1.9/Les-bienheureux-martyrs-des.html

Depuis 1910, chaque deuxième quinzaine d'août, a lieu un pèlerinage en souvenir des prêtres déportés (diocèse de La Rochelle)
http://www.catholique-larochelle.cef.fr/Ile-Madame,246

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Pierre-Michel Noël, prêtre de Rouen et martyr. Sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut détenu, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, et y mourut du scorbut.
Martyrologe romain

Croix de galets, île Madame.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pontons_de_Rochefort
http://www.foi-et-contemplation.net/amis/pretres/pretres-deportes/Hist-Pretres-Refrac.php
http://fr.metapedia.org/wiki/Les_pontons_de_Rochefort



Bienheureux Roger le Fort Fondateur d'un monastère et d'un hôpital (+ 1367)

Cathédrale Sainte-Croix d'Orléans

Originaire de la région de Limoges, il est élevé par son oncle qui est évêque de Toulouse. Il est étudiant à Orléans et il est élu évêque de cette ville, à son grand étonnement. Il se consacre totalement à cette charge apostolique. Nommé ensuite à Limoges, il y fonde un monastère. Nommé enfin à Bourges, il fonde un hôpital. Et c'est là qu'il meurt ayant donné tous ses biens aux pauvres.

La cathédrale Saint-Étienne de Limoges, le musée et le jardin de l'Évêché

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_d%27Orl%C3%A9ans
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Sainte-Croix_d%27Orl%C3%A9ans
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Limoges
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Saint-%C3%89tienne_de_Limoges



Saint Venance, évêque de Viviers (+ 544)

L'actuelle mairie de Viviers, ancien palais épiscopal construit par Jean-Baptiste Franque.

Sa vie n'est relatée qu'avec des verbes au conditionnel : il dut être élevé à la dignité du sacerdoce; sa vie obscure fut, sans doute, faite d'une grande sainteté; il fut de ces évêques que l'on admire... la tradition le fait participer au concile d'Epone et l'Eglise de Viviers lui est reconnaissante de tant de mérites et de vertus.

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89p%C3%B4ne#De_l.E2.80.99Antiquit.C3.A9_au_Moyen_.C3.82ge
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9v%C3%AAques_de_Viviers
http://fr.wikipedia.org/wiki/Viviers_(Ard%C3%A8che)



Saint Viatre (6ème s.)

Abbaye de Saint-Mesmin 1707 dessin Louis Boudan

ou Viator.
Moine de l'abbaye de Saint Mesmin près d'Orléans, il se retira dans la Sologne, au sud de la Loire pour y servir Dieu avec une plus grande liberté de temps et d'esprit. Le culte de notre saint s'est perpétué jusqu'à nos jours à Saint Viatre - 41210 où il est invoqué contre les fièvres des marécages de la Sologne.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Vi%C3%A2tre

Messages d'internautes:
- "La légende prétend qu'il a été enterré dans un cercueil taillé dans un tronc de Tremble. Ainsi, le premier nom du village fut-il Tremblevy (Vy pour Viatre) jusqu'au XIXème. On éleva une église sur sa tombe, l'église de Saint Viatre, ancien Diocese d'Orléans."

- "Tremblevy, vy pour vicus (village) Tremuli vicus le village du tremble.

- A voir le merveilleux retable de la Renaissance qui raconte la vie de saint Viâtre;

anciens noms du village : Tremuli vicus, Tremblevy, Tremblevif (17ème s), Saint-Viâtre le 6 nov 1854.
Fête locale 1er dimanche d'août ou 5 août"

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Viatre
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_Saint-Mesmin_de_Micy



Saint Yon (3ème s.)

L’église de Saint-Yon

On le dit disciple de saint Denys l'aréopagite. Il est vénéré en Ile de France dans la région d'Arpajon où il mourut martyr, décapité par ordre du préfet Julien. Paris le fêtait mais semble l'avoir oublié. Les habitants de la vallée de l'Orge se souviennent de lui : Saint Yon-91650.
Eglise Saint Yon, diocèse d'Evry.
http://catholique-evry.cef.fr/Saint-Yon,685

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_Yon



Les Églises font mémoire…

Anglicans : Oswald (+642), roi de Northumbrie, martyr

Catholiques d’occident : Dédicace de la basilique de Sainte Marie Majeure (IVe s.)

Coptes et Éthiopiens (29 abib/hamlë) : Translation du corps d’André (357), apôtre (Église copte-orthodoxe)

Luthériens : Franz Härter (+1874), père des Diaconesses de Strasbourg

Orthodoxes et gréco-catholiques : Vigile de la Transfiguration de Notre Seigneur Jésus Christ ; Eusigne d’Antioche (+362), martyr ; Jean de Neamt-Hozevitul (+1960), ermite (Église roumaine)



LES MARTYRS JUIFS DE KITZINGEN (m.1243)
En ce jour, en 1243, dans la cité bavaroise de Kitzingen, un certain nombre de juifs, hommes et femmes, sont jugés et torturés parce que soupçonnés d’avoir utilisé du sang humain pour fêter la Pâque.
À la fin d’un procès sommaire, leur condamnation à mort est décrétée ; leurs cadavres, réduits en lambeaux le long des rues, restèrent exposés quatorze jours durant, avant que les autorités civiles n’accordent l’autorisation de les ensevelir. Comme bien d’autres épisodes d’intolérance envers les fils d’Israël qui caractérisèrent l’histoire du Moyen-Age, le carnage de Kitzingen se produisit sous la responsabilité de gouvernants chrétiens, qui avaient à l’évidence oublié que les premiers défenseurs de leur foi avaient dû beaucoup peiner pour disculper les disciples de Jésus Christ de semblables accusations d’homicide rituel.

Lecture

Venez, vous qui êtes desséchés, vous les broyés, vous les brisés,
Disposez-vous en cercle autour de moi pour former un grand anneau :
Grand-pères, grand-mères, pères, mères qui tenez à votre cou les tout-petits.
Venez, ossements des hébreux réduits en poussière et en cendres.

(Yitzhak Katzenelson, Le chant du peuple juif massacré)

Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kitzingen
http://fr.wikipedia.org/wiki/Juifs_d%27Allemagne

 

Publié dans Calendrier

Commenter cet article